Mandevilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dipladénia)
Aller à : navigation, rechercher

Mandevilla est un genre de plantes vivaces tropicales ou subtropicales de la famille des Apocynaceae, originaires d'Amérique du Sud, dont certaines espèces sont cultivées comme plantes ornementales pour leurs fleurs. Ces espèces sont appelées « mandévillas », « mandévilléas » ou « dipladénias » du nom d'un genre, Dipladenia, maintenant considéré comme synonyme de Mandevilla.

Ce genre doit son nom à un diplomate britannique en Argentine et amateur de jardins, Henry Mandeville (1773-1861) qui rapporta un premier exemplaire de Mandevilla laxa (espèce nommée alors Echites laxus) en Angleterre[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lindley créa le genre[2] Mandevilla en 1840 (Edwards's Bot. Reg. 26: t. 7.).

Le genre Dipladenia fut créé par Alphonse De Candolle (Prodrome, livre VIII, p. 481, 1854) dans la famille des Apocynaceae[3] afin de regrouper toutes les plantes qui ne portent que deux glandes au nectaire. Il donne vingt espèces : D. pastorum, D. tenuifolia, ... D. atropurpurea.

Robert Woodson dans son étude[4] de 1933 des espèces néotropicales des Apocynoideae, fit plusieurs remaniements importants. Dans sa nouvelle circonscription du genre Mandevilla, il inclut comme synonymes des genres comme Exothostemon (G. Don) Woodson, Dipladenia A. DC., Laseguea A. DC., Amblyanthera Müll. Arg., Heterothrix Müll. Arg., et une partie de Echites P. Browne[5].

Une révision significative de Mandevilla a été publiée en 1948 par Pichon[6] qui semble avoir la faveur des spécialistes. Il étend la circonscription de Woodson (1933) en incluant les Macrosiphonia parce que les critères discriminants utilisés par Woodson étaient inconsistants et arbitraires[5].

Description[modifier | modifier le code]

Ce sont des petites plantes grimpantes à fleurs formant des lianes de 2 m, aux tiges grêles et volubiles. Elles portent des feuilles coriaces, veinées d'un vert brillant. Sa période de floraison va de mars à novembre et donne des fleurs de couleurs variées (blanc, rouge, jaune, rose).

Une espèce de couleur blanche, Mandevilla boliviensis, est épiphyte. Elle est originaire du Costa Rica et de Bolivie.

Origine[modifier | modifier le code]

Ce sont des espèces originaires d'Amérique du Sud, où l'on trouve 90 espèces (Bolivie et Brésil, en particulier dans la Serra dos Órgãos), ainsi qu'en Amérique centrale où l'on trouve 21 espèces. La limite septentrionale est le Mexique, la limite méridionale, l'Argentine.

Culture[modifier | modifier le code]

D'avril à novembre elles offrent une succession de fleurs en trompettes largement ouvertes, aux tons vifs, rose, rouge, jaune ou blanc.

Il est recommandé de les cultiver en pots à sortir dès les beaux jours dans un terreau riche et léger, à maintenir frais en permanence. Il faut les placer dans un endroit très éclairé et même au soleil direct. Dans le Midi de la France, il est cependant préférable de les soumettre à une exposition légèrement tamisée. Il est préférable de les faire hiverner à 10 °C. Si la culture se fait dans une véranda, il faut faire attention aux araignées rouges et aux cochenilles.

Il existe une centaine d'espèces et de nombreux hybrides. Dans les roses, il existe D. sanderi 'Rosea', D. splendens ou D. × amoeana 'Alice du Pont', rose foncé, au port vraiment grimpant. Parmi les hybrides à fleurs rouges 'Cerise' est un grand classique avec son rouge intense, ou alors 'Red Hiding Hood', ou 'Atropurpurea', à petites fleurs pourpres. Dans les blancs, il existe 'Amabylis', très volubile, et M. laxa. Pour les fleurs jaunes, 'Citron' ou 'Tropical Dream', ce dernier offre un feuillage panaché de blanc.

Ce sont des plantes prisées pour la culture en serre.

Toxicité[modifier | modifier le code]

Le dipladénia est toxique par ingestion, de plus sa sève est irritante.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Amblyanthera Müll.Arg.
  • Dipladenia A.DC.
  • Eriadenia Miers
  • Laseguea A.DC.
  • Mitozus Miers
  • Salpinctes Woodson

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon Kew Garden World Checklist (8 oct. 2011)[7] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Botanica. The Illustrated AZ of over 10000 garden plants and how to cultivate them, Könemann, 2004, p. 561 ISBN 3-8331-1253-0
  2. Taxonomicon
  3. BHL
  4. Woodson R.E., « Studies in the Apocynaceae IV, The American genera of Echitoideae », Ann. Missouri Bot. Gard., vol. 22,‎ 1933 (lire en ligne)
  5. a et b Mary E. Endress André O. Simões, « IS MANDEVILLA (APOCYNACEAE, MESECHITEAE) MONOPHYLETIC? EVIDENCE FROM FIVE PLASTID DNA LOCI AND MORPHOLOGY1 », Annals of the Missouri Botanical Garden, no Dec 2006,‎ 2009, p. 565-591 (ISSN 0026-6493, lien [565:IMAMME2.0.CO;2 DOI]?)
  6. Pichon M., « Classification des Apocynacées: X Genre Mandevilla », Bult. Mus. Hist. Nat., vol. 2, no 20,‎ 1948
  7. Kew Garden « World Checklist », consulté le 8 oct. 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :