Dioné (mère d'Aphrodite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dioné.
Hestia, Dioné et Aphrodite. Figures K, L et M du fronton Est du Parthénon, vers 447-433 av. J.-C. British Museum.

Dans la mythologie grecque, Dioné (en grec ancien Διώνη / Diốnê) est une déesse archaïque, mère d'Aphrodite.

Parèdre de Zeus (son nom est la version féminine de « Zeus » en grec), elle était assimilée à la Déesse mère et faisait l'objet d'un culte important dans le sanctuaire oraculaire de Dodone. À ce titre, Dioné était considérée à la fois comme une puissance agraire et comme une déesse du Chêne, l'arbre tutélaire de ce bois sacré[1].

Elle apparaît au chant V de l’Iliade : c'est auprès d'elle que se réfugie sa fille, Aphrodite, blessée au cours du combat par Diomède. Elle passait d'ailleurs pour l'épouse de Zeus avant que les mythes ne donnent à Aphrodite une tout autre ascendance et que Zeus ne soit associé à Héra.

Dioné est la fille d'Océan et de Téthys, une des Océanides. Certaines versions font de Dioné plutôt une Titanide (fille de Gaïa et d'Ouranos ou d'Éther), et lui attribuent aussi Amphitrite pour fille et Dionysos pour fils[2].


Plus tard, les auteurs grecs en ont fait une déesse ou une Hyade assumant diverses fonctions très variables mais souvent secondaires (voir notamment Dioné l'Hyade, qui semble avoir été une hypostase tardive). Dioné semble même parfois être un synonyme pour Aphrodite.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Graves, op. cit., chap. XIV et XXVII.
  2. Cf. Robert Graves, Les Mythes grecs [détail des éditions], chap. XIV, citant notamment les scholies de Pindare et les fragments orphiques.