Diocèse d'Oran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diocèse d'Oran
(la) Dioecesis Oranensis
Image illustrative de l'article Diocèse d'Oran
Notre-Dame du Salut à Santa-Cruz, dépendant du diocèse d'Oran
Pays Algérie
Église Catholique
Rite liturgique Romain
Création 25 juillet 1866
Titulaire actuel Jean-Paul Vesco
Paroisses 7
Prêtres 20
Religieux 16
Religieuses 47
Superficie 56 000[1] km2
Population totale 7 250 000
Population catholique 400
Pourcentage de catholique 0 01 %
Site web www.ada.asso.dz/articles.php?lng
Notice sur hierarchy catholic : Consulter
Image illustrative de l'article Diocèse d'Oran
Localisation du diocèse

Le diocèse d'Oran, en Algérie, a été érigé canoniquement le 25 juillet 1866 par le pape Pie IX. Il est un suffragant de l'archidiocèse d'Alger. Son évêque est Mgr Jean-Paul Vesco qui siège à la cathédrale d'Oran située dans le quartier El Maqarri (ex Saint-Eugène).

Histoire[modifier | modifier le code]

Aux premiers siècles de l'ère chrétienne, il y avait ni plus ni moins que 123 diocèses dans la Maurétanie Césarienne, avec Tlemcen qui était un important siège apostolique. Au Ve siècle, l'évêque Honorat fut exilé par le roi Huneric pour avoir nié l'arianisme.

L'invasion arabe a détruit beaucoup d'églises, mais l'historien Abou-Obed-El Bekri rapporte qu'en 963, il y avait des églises et des chrétiens à Tlemcen. Les soldats chrétiens sont au service des rois maures jusqu'en 1254. En 1290, une bulle de Nicolas IV indique qu'Oran est sous la juridiction d'un évêché marocain.

Oran, probablement d'origine maure, est prise par les Espagnols dans une croisade en 1509, et ceux-ci gouvernent jusqu'en 1708, puis de 1732 à 1792. Après une longue polémique opposant le cardinal Jimenez de Cisneros au franciscain Luis Guillen qui, alléguant une bulle papale, prétend être l'évêque d'Oran, la ville dépend pendant toute la période de l'archevêque de Tolède, qui y est représenté par un vicaire[2]. Les Français occupent la région le 10 décembre 1830.

Le pèlerinage de Notre-Dame du Salut est fondé en 1849. Il y avait des ordres religieux dans ce diocèse avant la loi sur les associations de 1901. Au début du XXe, il y a plus de 273 500 diocésains catholiques répartis dans 82 paroisses d'Oranie.

La population catholique, déjà très amoindrie par l'exode massif de 1962, continue de s'étioler jusqu'en 1965, et l'église diocésaine se dessaisit au profit des autorités civiles de nombreux biens immobiliers sans usage désormais : églises, presbytères, salles paroissiales, écoles. De 1963 à 1973, la quasi-totalité des églises des villes et villages d'Oranie sont remises aux autorités algériennes[3]. Elles sont transformées en mosquées ou bâtiments culturels, et parfois désaffectées.

Le diocèse actuel[modifier | modifier le code]

La circonscription du diocèse s'étend sur les wilayas d'Aïn Témouchent, Mascara, Mostaganem, Oran, Relizane, Saïda, Sidi Bel Abbès, Tlemcen, et sur une partie de celles de Tiaret et de Naâma. Il y a actuellement seulement 400 fidèles catholiques répartis dans sept paroisses de ce diocèse, une fraction infime de la population totale de 7 250 000 habitants. Le dialogue interreligieux est nécessaire dans la vie de tous les jours.

Vingt prêtres exercent leur ministère dans la métropole oranaise, et il y a vingt fidèles par prêtre, le taux le plus faible au monde. Les fidèles chrétiens sont presque tous partis après la guerre d'Algérie. Les violences politiques des années 1990 ont empiré la situation, car en 1990 il y avait 7 000 fidèles.

Les lieux de culte habituels sont au nombre de douze: quatre dans la wilaya d'Oran, quatre dans celle de Tlemcen, et les quatre autres à Mascara, Mostaganem, Sidi Bel Abbès et Tiaret.

La salle faisant office de cathédrale dans les locaux de l'évêché d'Oran a été consacrée, après embellissement, le 26 novembre 2010[4]. Cette cathédrale Sainte-Marie est la troisième cathédrale oranaise, après l'église Saint-Louis située dans le vieil Oran, quartier El Houari (cathédrale de 1867 à 1913, aujourd'hui désaffectée), et la cathédrale du Sacré-Cœur de Jésus inaugurée en 1913, consacrée le 30 avril 1930, et devenue bibliothèque en 1984.

Évêques[modifier | modifier le code]

Ordres religieux dans l'histoire du diocèse[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sur le site du diocèse
  2. Esprit Fléchier, Histoire du cardinal Ximenez, Nîmes, 1827, Tome n°1, p. 331-336; Alfred Salinas, Oran la Joyeuse, mémoires franco-andalouses d'une ville d'Algérie, L'Harmattan, 2004, p. 94; (es) Gregorio Sánchez Doncel, Presencia de España en Orán (1509-1792), Toledo 1991, p.449 Lire en ligne
  3. Jacques Gandini, Églises d'Oranie 1830-1962, éd. Gandini 1992, p. 50
  4. Bulletin diocésain d'Oran, Le lien N°373, novembre-décembre 2010
  5. Jacques Gandini, Églises d'Oranie 1830-1962, éd. Gandini 1992, p.34, et (en) Notice sur catholic-hierarchy
  6. (en)Notice sur catholic hierarchy

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Gandini, Églises d'Oranie, 1830-1962, Vallauris 1992