Dino Cinieri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dino Cinieri
Fonctions
Député de la 4e circonscription de la Loire
En fonction depuis le 19 juin 2002
Élection 16 juin 2002
Législature XIIe, XIIIe, XIVe (Cinquième République)
Prédécesseur Bernard Outin (PCF)
Maire de Firminy
19 mars 200121 mars 2008
Prédécesseur Bernard Outin (PCF)
Successeur Marc Petit (PCF)
Biographie
Date de naissance 9 juillet 1955 (58 ans)
Lieu de naissance Firminy (Loire)
Nationalité Française
Parti politique UMP
Profession Consultant en sécurité

Dino Cinieri, né le 9 juillet 1955 à Firminy (Loire), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est élu maire de Firminy en mars 2001, mettant fin à 30 années de gestion communiste.

Il est élu député le 16 juin 2002, pour la XIIe législature (2002-2007), dans la 4e circonscription de la Loire. Il fait partie du groupe UMP et est membre du Parti chrétien-démocrate.

Il est réélu en juin 2007. Il est président du groupe d'amitié France-République tunisienne et est également vice-président des groupes d'amitié France-Brésil, France-Inde et France-Maroc, ainsi que secrétaire des groupes France-Égypte, France-Italie et France-Guinée équatoriale à l'Assemblée nationale.

En mars 2008, il perd son siège de maire de Firminy face au PCF Marc Petit.

Il soutient dès juillet 2011 la candidature de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2012[1], alors que Christine Boutin avait annoncé son intention de se présenter. Sa ligne de conduite par rapport aux convictions du Parti chrétien-démocrate demeure ambiguë[2],[3].

Il est réélu de peu pour un troisième mandat de député à l'issue d'une triangulaire difficile lors des élections législatives de juin 2012. Il est alors élu secrétaire de l'Assemblée nationale et est membre de la commission économique.

Autres[modifier | modifier le code]

Ancien franc-maçon, il a été membre de la Grande Loge nationale française (GLNF)[4].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Mandats locaux
Mandats parlementaires

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]