Dingane kaSenzangakhona

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dingane)
Aller à : navigation, rechercher


Dingane kaSenzangakhona
Dingane par le capitaine Allen Francis Gardiner (1836)
Dingane par le capitaine Allen Francis Gardiner (1836)

Titre Roi des Zoulous
(1828 – 1840)
Prédécesseur Chaka kaSenzangakhona
Successeur Mpande kaSenzangakhona
Biographie
Dynastie Zoulou
Naissance 1795
Décès 1840 (à 45 ans)
Forêt de Hlatikhulu (en), KwaZulu-Natal
Père Senzangakhona kaJama

Dingane kaSenzangakhona (vers 1795-1840) était un chef zoulou d'Afrique du Sud devenu roi en 1828. Son nom est associé à la défaite zoulou de la bataille de Blood River qui avait suivi le massacre de Piet Retief et des familles voortrekkers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gravure représentant le kraal de Dingane (vers 1840)

Impliqué avec son frère Umthlangana dans le complot qui aboutit à l'assassinat de leur demi-frère le roi Shaka, Dingane devint le roi des Zoulous en 1828. Il hérita ainsi d'un appareil militaire performant et d'un immense empire conquis à coup de sagaies après avoir fait près de deux millions de victimes.

En novembre 1837, Piet Retief, un leader voortrekker qui avait franchi les montagnes du Drakensberg à la tête d'un convoi de 26 familles, demanda à Dingane l'autorisation de s'établir dans la région de Tugela tout en lui faisant part de son désir de vivre en paix avec le peuple zoulou. Dingane lui donna son accord en échange d'une action de représailles que devait mener Retief contre un chef de la tribu rivale locale des Tlokwa. Ce qui fut fait. Il s'agissait en fait d'un test des capacités militaires des Boers. Leur succès fut perçu comme une menace par Dingane.

L'acte de cession de la région de Tugela-Umzimvubu, bien que datée du 4 février 1838, fut signé par Dingane le 6. Dingane invita alors Retief à venir assister à une représentation de ses soldats. Sur un signal donné par le roi zoulou, les soldats foncèrent sur Retief et les 70 Boers désarmés. Retief, son fils, ses hommes et ses serviteurs, soit une centaine de personnes au total, furent massacrés sur la colline de Kwa Matiwane. Leurs corps éventrés furent dévorés par des animaux sauvages, selon la coutume zoulou concernant le sort des ennemis.

Dingane donna alors l'ordre d'attaquer les campements boers de la région et de massacrer tous ceux qui s'y trouveraient. À Weenen, plus de 500 Boers, hommes, femmes et enfants furent massacrés. À Blaauwkrans et Boesmanspruit, 280 Boers et 200 métis, hommes, femmes et enfants furent aussi exterminés.

Les Boers tentèrent des contre-offensives mais Piet Uys et Gert Maritz furent tués alors que l'autre chef boer Hendrik Potgieter abandonna le Natal et partit s'établir au Transvaal.

Alertés par des survivants qui s'échappèrent, les familles boers se rassemblèrent autour d'Andries Pretorius, un riche fermier venant de Graaff-Reinet.

Le 16 décembre 1838, au bord de la rivière Ncome, 15000 guerriers zoulous foncèrent sur quelque 500 Boers et 340 métis repliés derrière leurs chariots rangés en cercle (laager). La bataille se termina par la mort de 3000 guerriers zoulous et quelques blessés boers. Le sang colora de rouge la rivière Ncome qui fut dorénavant appelé Blood River (« rivière sanglante »).

En 1839, Dingane organisa une expédition contre les Swazis pour compenser les défaites et pertes territoriales subies à l'issue du conflit avec les Boers. La bataille du Lubuya scella l'échec de cette expédition dont le résultat désastreux contribua au mouvement de mécontentement qui se manifesta contre la politique de Dingane et à la rébellion de Mpande son demi-frère [1].

Celui-ci rejoignit les Boers avec ses partisans et avec leur aide, affronta victorieusement l'impi de Dingane à la bataille de Magango le 30 janvier 1840[2]

Les armées vaincues furent poursuivies par 400 Boers jusqu'au kraal de Dingaan en fuite vers le nord. Mpande fut alors reconnu roi par les Boers auxquels il céda la moitié du Natal.

Dingane prit la fuite avant d'être abattu dans la forêt de Hlatikhulu par Zulu Nyawo, Sambane et Nondawana au cours d'une expédition militaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. John Laband page 110
  2. Ian Knight page 270

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John Laband, Rise and Fall of the Zulu Nation, Arms and Armour Press, Londres, 1997, (ISBN 1-85409-421-1)
  • (en) Ian Knight, The Anatomy of the Zulu Army, from Shaka to Cetshwayo 1818-1879, Greenhill Books, Londres, 1999, (ISBN 1-85367-363-3)