Dimítris Khristófias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dimitris Christofias)
Aller à : navigation, rechercher
Dimítris Khristófias
Δημήτρης Χριστόφιας
Dimítris Khristófias, en 2008.
Dimítris Khristófias, en 2008.
Fonctions
6e président de la République de Chypre

(&&&&&&&&&&&018275 ans, 0 mois et 0 jour)
Élection
Prédécesseur Tássos Papadópoulos
Successeur Níkos Anastasiádis
9e président de la Chambre des représentants
Prédécesseur Spýros Kyprianoú
Successeur Mários Karogián
Secrétaire général du Parti progressiste
des travailleurs
Prédécesseur Ezekías Papaioánnou
Successeur Ándros Kyprianoú
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Dikomo (Chypre)
Nationalité chypriote
Parti politique AKEL
Diplômé de Institut des sciences
sociales de Moscou
Académie des sciences
sociales de Moscou
Religion Athéisme

Signature

Dimítris Khristófias
Présidents de la République de Chypre

Dimitris Christofias ou Dimítris Khristófias (en grec Δημήτρης Χριστόφιας ; on trouve également la transcription Demetris en anglais), né le à Dhikomo, est un homme politique chypriote devenu président de la République le 24 février 2008. Il fut secrétaire général de l'AKEL (Parti communiste) de 1988 à 2009, et était le président de la Chambre des Représentants chypriote jusqu'à son élection à la tête de l'État.

Dimítris Khristófias, qui était le premier dirigeant communiste chypriote candidat à une présidentielle, devient également le premier et le seul chef d'État membre d'un parti communiste au sein de l'Union européenne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Dimítris Khristófias est né le 29 août 1946 à Dhikomo, dans le district de Kyrenia, depuis occupé par la Turquie. Son père, un entrepreneur progressiste mort en 1987, était membre de la Fédération panchypriote du travail (PEO).

Le jeune Dimítris termine ses études secondaires au lycée commercial de Nicosie, où il est diplômé en 1964. À 14 ans, il rejoint l'organisation lycéenne PEOM. À 18 ans, il entre à l'EDON (Organisation de jeunesse proche de l'AKEL), au syndicat du PEO, et à l'AKEL. Au 5e congrès de l'EDON en 1969, il est élu au comité central.

Il étudie, de 1969 à 1974, à l'Institut de Sciences sociales et à l'Académie de Sciences sociales à Moscou. Il en sort avec le diplôme de Docteur en Histoire[1]. C'est dans cette ville qu'il rencontre sa future femme et mère de ses trois enfants, Elsie Chiratou.

Ascension chez les communistes[modifier | modifier le code]

En 1977, il est élu secrétaire général de EDON, poste qu'il occupe jusqu'en 1987.
Au 15e congrès de l'AKEL, tenu en 1982, il entre au Comité central du Parti. Au congrès suivant, en novembre 1986, il devient membre à part entière du bureau politique du Comité central, puis du secrétariat l'année suivante. Enfin, en avril 1988, à la mort d'Ezekías Papaioánnou, le poste de secrétaire général lui revient.

Député[modifier | modifier le code]

C'est en 1991 qu'il est élu pour la première fois à la Chambre des Représentants. Son mandat est reconduit aux élections législatives de 1996 et 2001. Le 7 juin 2001, il devient président de la Chambre, réélu à ce poste en 2006. Il est à ce moment également membre du Conseil national, le corps consultatif du président de la République.

Président de la République[modifier | modifier le code]

Le premier tour de l'élection présidentielle, qui a eu lieu le 17 février 2008, donna un résultat très serré entre les trois candidats : Khristófias, Ioánnis Kasoulídis du DISY (centre-droit), et le président sortant Tássos Papadópoulos. En deuxième position avec 33.3% des suffrages, Khristófias affronta Kasoulídis (33.5%) lors du deuxième tour, le 24 février. Bénéficiant du soutien du DIKO (parti de Papadopoulos, de centre-gauche)[2], il l'emporta avec 53.37% des voix.

La nouvelle est accueillie avec joie par le Parti de la gauche européenne[3]. Lors d'un discours triomphant à Nicosie, où flottent des drapeaux rouges, le premier président communiste de Chypre promet alors de reprendre les négociations en vue de la réunification de l'île. Il en fait la priorité absolue du nouveau gouvernement.

Le 22 mai 2011, le Rassemblement démocrate (DISY), principale formation d'opposition, obtient une majorité relative lors des élections législatives, lesquelles sont remportées toutefois par l'alliance de gauche entre l'AKEL et le Parti démocrate (DIKO).

Face à l'impopularité de son gouvernement, il ne concoure pas pour un second mandat, lors de l'élection présidentielle de février 2013.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. "Doctor of Philosophy in History (Ph.D.History)"
  2. Le DIKO siège avec le Parti socialiste Européen au Parlement Européen (voir l'article DIKO.
  3. "Félicitations! Dimitris Christofias: President de la Republique de Chypre", Parti de la gauche européenne, 24 février 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]