Dimbokro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dimbokro
Pont abritant le chemin de fer, créé en 1910
Pont abritant le chemin de fer, créé en 1910
Administration
Pays Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Région N'zi
Maire Bilé Diéméléou Amon Gabriel
Démographie
Gentilé Dimbokrofouè
Population 61 497 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 6° 39′ N 4° 42′ O / 6.65, -4.7 ()6° 39′ Nord 4° 42′ Ouest / 6.65, -4.7 ()  
Divers
Langue(s) parlée(s) Baoulé, français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire

Voir la carte administrative de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Dimbokro

Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire

Voir la carte topographique de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Dimbokro

Dimbokro est une ville du centre de la Côte d'Ivoire, située à 240 km au nord de la capitale économique Abidjan et à 80 km au sud-est de la capitale politique Yamoussoukro, dans la zone d'influence du royaume baoulé. La ville est le chef-lieu de la région du N'zi et a une population estimée en 2010 à plus de 60 000 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dimbokro est le chef-lieu (et la seule commune) du département qui porte son nom, et la préfecture de la région du N'zi. Le département compte par ailleurs 73 localités rurales et s'étend sur 1601,3 km2[1].

Au cours des fêtes tournantes de commémoration de l'indépendance, l'agglomération a hérité d'un ensemble de réalisations qui en font sa fierté.

Histoire[modifier | modifier le code]

PANGO, puits colonial

30 janvier 1950 : En riposte à une grève des achats des produits importés et à la défense des prix légaux payés aux producteurs africains de café et de cacao, ainsi qu'à plusieurs manifestations demandant la libération de nombreux dirigeants du PDCI (suite aux incidents entre le RDA et des partis créés et soutenus par « l'oppression coloniale »[2]), et sous prétexte de défendre la liberté du commerce, les administrateurs coloniaux font intervenir l'armée à Bouaflé le 21 janvier (3 morts), à Dimbokro le 30 janvier (14 morts, 50 blessés), à Séguéla. le 2 février (3 morts) et tentent le 27 janvier d'arrêter Félix Houphouët-Boigny. À Dimbokro, le Commandant de Cercle[3],[4],[5] fait tirer sur la foule qui manifeste devant sa résidence. Il en ressort que, en dehors des forces de l'ordre, des civils européens ont tiré. Les réunions du RDA sont par la suite interdites par la France.

Administration[modifier | modifier le code]

Une loi de 1978[6] a institué 27 communes de plein exercice sur le territoire du pays. Le département de Dimbokro est constitué de la seule commune de Dimbokro.

Liste des maires successifs
Date d'élection Identité Parti Qualité Statut
1959 Samba Ambroise KONE PDCI-RDA - élu
1980 Ernest Léon Amon PDCI-RDA Diplomate élu
1985 Bernard Koffi N'Guessan PDCI-RDA Homme politique élu
1990 Bernard Koffi N'Guessan PDCI-RDA Homme politique élu. Au terme de ce mandat, il n'en a plus sollicité.
1996 Gabriel N'Zi N'Guessan PDCI-RDA Dentiste élu. Candidat unique à cette élection
2001 Gabriel N'Zi N'Guessan PDCI-RDA Dentiste réélu
2013 Amon Gabriel Diéméléou Bilé PDCI-RDA Ingénieur des télécoms élu

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1975 1988 2010
31 073 38 183 61 497


Infrastructures[modifier | modifier le code]

Dimbokro est constituée de plusieurs quartiers dénommés Belleville, Sokouradjan, Dioulakro, Commerce, CITE, quartier présidentiel, Ceg, Blaidy, Languy-Broukro (Broukro-sur-Nzi), Koffikro,Kennedy et Comikro.

Économiques[modifier | modifier le code]

  • La gare : Non loin du centre-ville, on peut admirer le vieux pont ferroviaire du N'zi construit en 1908. La ville possède une gare desservie par la ligne Abidjan-Ouagadougou construite par la Régie des chemins de fer Abidjan-Niger.
  • Le marché couvert : La structure a brûlé en 2006.
  • L'usine textile, appelée Utexi (Union Industrielle des Textiles de Côte d'Ivoire), a fermé en 2002. ré-ouvert en ce moment(2013)
  • La scierie
  • Groupe OLAM société de transformation des noies de cajou d’origine indienne.

Administratives[modifier | modifier le code]

  • Mairie
  • Hôtel du Département
  • Préfecture
  • Commissariat de police
  • Brigade de gendarmerie nationale
  • Peloton de gendarmerie nationale
  • Gardes forestiers

Judiciaires[modifier | modifier le code]

  • Le tribunal
  • La maison d'arrêt et de correction

Sanitaires[modifier | modifier le code]

  • centre hospitalier chr
  • District sanitaire dit des Grandes Endémies
  • cliniques
  • PMI
  • trois pharmacies

Scolaires[modifier | modifier le code]

  • Lycée Moderne de Dimbokro
  • Collège Moderne de Dimbokro
  • Collège le Challenge
  • Groupe scolaire du Centre construit en 1999.
  • Collège la Nouvelle Alliance
  • College LAFISSOU Dimbokro
  • College Koffi Ackant
  • College N'zi-comoe

culturelles[modifier | modifier le code]

cultes[modifier | modifier le code]

  • Paroisse Saint-Joseph (catholique)
  • Église méthodiste Unie (protestante)
  • Mosquée de Dioulakro
  • Mosquée de Sokouradjan
  • Mosquée de Belleville
  • Eglice protestante CMA
  • Eglise baptiste oeuvres et missions
  • Eglise des Assemblees de Dieu

hôtelières[modifier | modifier le code]

  • Hôtels : le Manvy dans le quartier du Commerce, le Pétrolier, les Rosiers, la Villa des Hôtes

autres[modifier | modifier le code]

  • Caisse d’Épargne
  • Agence de la BIAO
  • Agence banque atlantique

Associations de la ville[modifier | modifier le code]

  • AFUT (Association des Frères Unis de Tangoumassou), siège Tangoumassou
  • Amicale des Étudiants de Dimbokro(A E D)
  • AMicale des Anciens des Lycées et collèges de Dimbokro Etudiants à Yamoussoukro (AMALDEY)

Sports[modifier | modifier le code]

La localité dispose d'un club de football, le NZi FC, qui évolue en [[MTN Ligue 3 ]].

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Villes voisines[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. tresor.gov.ci Fiche Technique de la Circonscription Financière de DIMBOKRO
  2. F. Houphouët-Boigny, à Treichville (Côte d'Ivoire), janvier 1949, pour désigner "La France métropolitaine")
  3. À l'époque coloniale, le Cercle était la division administrative de la région. Il était administré par le « commandant de cercle », placé sous l'autorité du gouverneur. Le gouverneur était placé sous l'autorité du gouverneur général, lui-même dépendant du Ministre des colonies
  4. Liste des ministres français de la Marine et des Colonies
  5. Administrateurs de l'A.OF.
  6. Loi no 78-07 du 9 janvier 1978

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'artisanat et le petit commerce dans l'économie ivoirienne - Éléments pour une analyse à partir de l'étude de quatre villes de l'intérieur : Agboville, Bouaké, Dimbokro, Katiola de Benoit Lootvoet, paru aux éditions de l'ORSTOM.

Liens externes[modifier | modifier le code]