Dimanche d'août

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dimanche d'août

Titre original Domenica d'agosto
Réalisation Luciano Emmer
Scénario Sergio Amidei
Franco Brusati
Cesare Zavattini
Acteurs principaux

Anna Baldini
Andrea Compagnoni
Ave Ninchi
Emilio Cigoli

Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Sortie 18 février 1950
Durée 88 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Dimanche d'août (titre original : Domenica d'agosto) est un film italien réalisé par Luciano Emmer et sorti en 1950.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un dimanche d'août 1949 à Rome : les habitants de la capitale se rendent en masse vers la plage d'Ostie. Dans la ville désertée ne demeurent que quelques personnes. Puis, le soir, tout un chacun retourne chez soi, prêt à reprendre ses occupations professionnelles le lendemain...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

  • « Reprenant le thème du dimanche comme parenthèse dans la vie quotidienne (...), Luciano Emmer montre l'Italie qui change et qui découvre la civilisation du loisir après les années de guerre (...). Il n'y a pas encore de vacances mais de modestes escapades dominicales pour une société qui ignore la notion de week-end », écrit Jean A. Gili[1].
  • Mais, ce qu'il faut surtout noter dans ce « chef-d'œuvre d'analyse sociale »[2], c'est la performance scénaristique, imputable essentiellement à Sergio Amidei, qui entraîne le croisement réussi des destinées d'une quinzaine de personnes. « L'éventail des âges, des classes sociales, des situations personnelles, crée une petite fresque de la population romaine de 1949. »[3]
  • Concrètement, Domenica d'agosto, comme les quatre films suivants de Luciano Emmer, relèveront d'un choix structurel identique. Le rôle de Sergio Amidei est capital, et Furio Scarpelli nous l'explique ainsi : « Amidei inventa ce genre de films que nous appelons les "histoires parallèles", avec différents épisodes d'une aventure collective qui se déroulent en même temps mais séparément. Simultanéité de représentation d'une foule, dont on suit ensuite des individus. C'est lui qui a tenté la greffe du néoréalisme dramatique (...) sur la comédie. »[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. in : Le cinéma italien, Éditions de La Martinière.
  2. Lorenzo Codelli : in Dictionnaire du cinéma, Éditions Larousse.
  3. in : Dictionnaire mondial des films, Éditions Larousse.
  4. in : Positif, n°193, mai 1977.

Articles connexes[modifier | modifier le code]