Dikhil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dikhil
Porte de Dikhil
Porte de Dikhil
Administration
Pays Drapeau de Djibouti Djibouti
Démographie
Population 35 000 hab. (2012)
Densité 3 500 hab./km2
Géographie
Coordonnées 11° 07′ 00″ N 42° 22′ 00″ E / 11.1167, 42.366711° 07′ 00″ Nord 42° 22′ 00″ Est / 11.1167, 42.3667  
Altitude 507 m
Superficie 1 000 ha = 10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Afrique

Voir sur la carte Afrique administrative
City locator 11.svg
Dikhil

Géolocalisation sur la carte : Djibouti

Voir sur la carte Djibouti administrative
City locator 11.svg
Dikhil

Dikhil, est une ville de la République de Djibouti, chef-lieu de la région du même nom.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Dikhil se situe dans le sud-est de la Région de Dikhil et l'ouest de la République de Djibouti, à une centaine de kilomètres de Djibouti, la capitale, et une dizaine de kilomètre de l'Éthiopie.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Dikhil est traversée par l'oued Chekkeyti, qui draine les plateaux d'Oukoula et s'écoule, au nord, vers le graben de Hanlé.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Dikhil se situe à une altitude moyenne de 507 m, dans une dépression, cernée de collines.

La formation géologique de Dikhil se compose en surface de conglomérats (roches détritiques et sédiments lacustres), ainsi que d'argile, de gypse, de diatomite et de limon graveleux, dans les strates inférieures[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Dikhil est de type tropical aride, avec une température moyenne annuelle de 26 °C et seulement 187 mm de précipitations, concentrées sur les mois d'août à novembre.

Cependant, l'altitude permet d'obtenir, outre un faible taux d'humidité, des températures plus agréables que sur le littoral, s'élevant, en moyenne, à 30 °C l'été et à 17 °C l'hiver, avec toutefois de fortes variations entre le jour et la nuit.

Transports[modifier | modifier le code]

La Nationale 1, reliant Galafi (frontière éthiopienne) à Djibouti, est l'unique route goudronnée desservant Dikhil.

La ville possède, par ailleurs, un petit aéroport et des cars assurent quotidiennement la liaison avec la capitale.

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte d'objets dont des récipients en céramique et en verre, et des outils en basalte, par Roger Joussaume et ses collègues de l'Institut Supérieur d'Études et de Recherches Scientifiques et Techniques (ISERTS), notamment à Handoga Dikhil, en 1986, fait remonter l'occupation du site au troisième ou quatrième millénaire avant notre ère.

Période coloniale[modifier | modifier le code]

En décembre 1927, les autorités coloniales françaises envoient un détachement militaire en reconnaissance, afin de préparer l'installation d'un poste de défense, destiné à sécuriser les frontières de la Côte française des Somalis. Le poste est fondé le 26 mars 1928 et un fort est édifié. Il est tenu par une milice de recrutement local sous le commandement d'un officier français, soutenue par une section de tirailleurs sénégalais, à partir de 1933.

La ville se développe en contrebas du fort, dans la plaine, près de la palmeraie, toujours existante, et, en 1930, devient le chef-lieu d'une nouvelle circonscription administrative, appelée Cercle de Dikhil. En 1933, une piste d'aviation est aménagée et, trois ans plus tard, en 1936, la route d'Ali Sabieh est prolongée jusqu'à Djibouti.

Le 18 janvier 1935, au lieu-dit de Moraito, Albert Bernard, commandant du cercle, et une quinzaine de miliciens trouvent la mort en affrontant un groupe assaïamara qui retournait vers l'Éthiopie après un raid de prédation. La circonscription devient alors un cercle militaire.

En décembre 1942, 1 000 soldats britanniques, assistés de militaires de la France libre occupent la ville restée jusqu'alors, comme toute la colonie, sous l'autorité du régime de Vichy.

Après l'indépendance[modifier | modifier le code]

Durant la guerre de l'Ogaden, en 1977 et 1978, Dikhil accueille, avec Ali Sabieh, les trois quarts des 8 000 réfugiés Issas d'Éthiopie.

En 1979, le premier président de Djibouti, Hassan Gouled Aptidon, fonde à Dikhil le parti Rassemblement populaire pour le progrès, qui domine encore aujourd'hui la vie politique djiboutienne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Dikhil[modifier | modifier le code]

Moussa Djama Guedi

mohamed cheiko

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la population de Dikhil, majoritairement composée d'Issas et d'Afars, est estimée à environ 35 000 habitants.

Éducation[modifier | modifier le code]

Dikhil dispose de quatre écoles primaires et d'un collège d'enseignement secondaire.

Santé[modifier | modifier le code]

Dikhil dispose d'un hôpital.

Sport et loisirs[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Dikhil repose majoritairement sur le maraîchage, puis sur les activités tertiaires, notamment liées au tourisme.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Fort, érigé à la fin des années 1920 par les autorités coloniales françaises ;
  • Monument, élevé à la mémoire d'Albert Bernard et ses miliciens, morts au combat, le 19 janvier 1935, au lieu-dit de Moraito ;
  • Palmeraie.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

  • Albert Bernard (1909-1935), élève-administrateur en charge du cercle de Dikhil (7/1934-1/1935), est tué avec une quinzaine de miliciens au cours d'un affrontement avec les membres d'un «rezzou assaïamara», au lieu-dit Moraito, le 18 janvier 1935 ;
  • Wilfred Thesiger (1910-2003), explorateur britannique, est passé à Dikhil en 1934 après avoir traversé l'Awsa[2] ;
  • Daher Ahmed Farah, homme politique djiboutien, né à Dikhil en 1962 ;
  • Abdourahman Mohamed Guelleh, maire de Djibouti, né à Dikhil.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gasse F. (coord.), Notice explicative : carte géologique de la République de Djibouti à 1/100 000 : Dikhil, ISERST, Paris, 1987.
  2. Thesiger (Wilfred), Carnets d’Abyssinie, Paris, Hoëbeke, 2003, 270 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]