Ceci est un bon article. Cliquez pour plus d'informations

Digimon Rumble Arena 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Digimon Rumble Arena 2
image

Éditeur Bandai Games (Japon)
Atari (Europe)
Développeur Bandai Games
Black Ship Games

Date de sortie Playstation 2
Icons-flag-jp.png 29 juillet 2004
Icons-flag-us+ca.png 3 septembre 2004
Icons-flag-eu.png 15 octobre 2004

GameCube
Icons-flag-jp.png 29 juillet 2004
Icons-flag-us+ca.png 6 septembre 2004
Icons-flag-eu.png 15 octobre 2004

Xbox
Icons-flag-us+ca.png 3 septembre 2004
Icons-flag-eu.png 4 octobre 2004
Genre Action, combat
Mode de jeu Un à 4 joueurs (maximum)
Plate-forme PlayStation 2, GameCube, Xbox
Média DVD, disque optique
Langue Anglais (dialogues)
Français (textes)
Contrôle Manette

Évaluation

Digimon Rumble Arena 2 (デジモンバトルクロニクル, Dejimon Batoru Kuronikuru?, originellement intitulé Digimon Battle Chronicle)[1],[2],[3] est un jeu vidéo de combat et d'action développé et distribué par la branche commerciale Bandai Games. Le jeu a été développé par Black Ship Games[1] et distribué par Bandai Games en Amérique du Nord et par Atari en Europe. Il a initialement été commercialisé en 2004[4] sur les trois « consoles 128 bits » : PlayStation 2, GameCube et Xbox[5].

Suite de Digimon Rumble Arena, commercialisé deux ans auparavant sur PlayStation en 2002, le jeu reprend le même principe que son prédécesseur : le joueur incarne un digimon et combat un ou plusieurs autres de ses semblables dans différentes arènes destructibles. Digimon Rumble Arena 2 a été moyennement accueilli par l'ensemble des critiques[6].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Digimon Rumble Arena 2 met en scène les différents digimon protagonistes et antagonistes des quatre premières saisons de l'anime dérivés de la franchise médiatique Digimon ainsi que de différents éléments tirés des jeux vidéo d'action et de combat[7]. La progression du jeu s'effectue principalement dans un mode nommé « solo », dans lequel le joueur a pour but premier de gagner chacun des combats auxquels il participe pour débloquer de nouveaux personnages et de nouvelles arènes[7]. Lorsqu'un mode est sélectionné, au choix parmi les trois proposés depuis le menu principal, le joueur peut incarner l'un des quarante-cinq digimon et sélectionner l'une des dix différentes arènes jouables. Le système de cet opus est pratiquement similaire à celui de Super Smash Bros Melee et se focalise principalement sur les combats[7],[8].

Modes[modifier | modifier le code]

Trois modes de jeux sont accessibles dans le menu principal (« solo », « entraînement » et « multijoueurs »[7]) et la vitesse des mouvements pendant les combats peut être par la suite sélectionnée entre lente, moyenne et rapide[9]. Le mode « solo » comprend une arborescence de combats qui inclut quelques niveaux à passer dont un à trois autres personnages à affronter durant les combats. De plus, le joueur fait face à quelques « attaques surprises » ainsi qu'à un boss à chaque fin de niveau[7],[m 1]. Le mode « entraînement » est un mode à part dans lequel le joueur peut s'entraîner contre un ou plusieurs digimon contrôlés par ordinateur ou par d'autres joueurs ; aucune progression n'est effectuée dans ce mode et le nombre de vies est illimité. Le mode « multijoueurs » comprend au maximum quatre joueurs pouvant se battre en équipe ou individuellement[7].

Personnages[modifier | modifier le code]

Quarante-cinq digimon jouables sont représentés au total[9],[10], soit onze initialement proposés au début du jeu[m 2] possédant vingt-cinq formes de digivolutions, et neuf autres à débloquer. Le joueur peut déverrouiller les personnages bloqués en les battant lors d'un combat en mode « solo »[m 2]. Le jeu met en scène les personnages des quatre premières saisons de l'anime dérivé de la franchise et regroupe plus précisément les différents digimon protagonistes et antagonistes des séries Digimon Adventure, Digimon Adventure 02, Digimon Tamers et Digimon Frontier[10].

Chaque personnage possède ses propres mouvements, techniques, attaques et digivolutions[m 3]. La puissance peut varier d'un digimon à un autre et les techniques varient également entre attaques simples, combos, coups spéciaux, parades et projections[7]. Les digimons, hormis cinq des huit débloquables — Duskmon, MaloMyotismon, Diaboromon, Omnimon et Neemon — ont la capacité d'accéder à la digivolution (le pouvoir de se transformer en un digimon plus puissant) et seuls deux formes de digivolutions temporaires par digimon sont disponibles[11]. Les digivolutions sont accessibles lorsque le digimon remplit sa « digi-jauge » d'un nombre suffisant de « digi-bonus » (digi-œufs bleus), éparpillés dans l'arène ou directement absorbés, ayant émanés d'un ou plusieurs adversaires qui ont été précédemment attaqués. Un digimon, lorsqu'il est mis K.O, revient automatiquement dans le combat sous son niveau précédent[11]. Seules trois vies sont données à chaque personnage lors d'un match. Un personnage les ayant toutes perdues est déclaré perdant du match et peut, s'il le désire, recommencer le combat dès le début.

Arènes[modifier | modifier le code]

Le jeu met à disposition un total de dix différentes arènes destructibles. Chacune d'entre elles contient des pièges à éviter ou à envoyer sur un adversaire potentiel lors des combats, causant par la suite des dégâts plus ou moins importants[7]. Huit arènes sont initialement accessibles et deux autres sont à débloquer[m 4]. La première des huit arènes initialement exposées dans le menu se nomme « Les Ruines de la Jungle » et représente les ruines antiques d'une civilisation oubliée entourées d'arbres sur lesquels le joueur peut sauter et qu'il peut également abattre. La dernière des huit arènes se nomme « La Ville des Jouets », une ville composée de diverses variétés de jouets et de pièges qui s'écroulent au fur et à mesure de la progression du combat[m 4]. Les deux arènes à débloquer sont « Le Palais de Glace », une plateforme composée de glace et de plusieurs étages de neige[11], et « Le Désert », une plateforme inhospitalière basée dans un monde en effervescence permanente[11].

Certains mini-jeux ont également été inclus comme notamment le « Roi de la Colline », durant lequel le joueur doit rester le plus longtemps possible aux côtés d'un drapeau situé au centre d'une plateforme pour augmenter ses points et ses chances de gagner[m 5], et « Poursuite », durant lequel le joueur doit poursuivre et attraper un petit digimon nommé Calumon également pour augmenter ses chances de gagner[m 5]. De plus, un petit nombre de bonus a été ajouté dans les arènes, ce sont des objets qui permettent au joueur de tirer avantage ou désavantage lors des combats[m 1],[m 6].

Développement[modifier | modifier le code]

Digimon Battle Chronicle est le titre original du jeu sous sa version japonaise.

Deux ans après la commercialisation du premier opus Digimon Rumble Arena (Digimon Tamers Battle Evolution, au Japon), la branche commerciale Bandai tente d'ajouter un deuxième jeu uniquement composé de combats à sa liste de jeux vidéo dérivés de la franchise[8]. Bandai s'intéresse particulièrement aux meilleurs ventes de jeux vidéo durant 2004, et vient à la conclusion que le meilleur moyen de rehausser la popularité de ses jeux vidéo est de s'inspirer de la série Super Smash Bros[8]. Cette nouvelle version de Digimon Rumble Arena possède des graphismes mieux travaillés, développés en deux et trois dimensions, et contient des environnements interactifs, bien que le contrôle des personnages soit resté simpliste[8]. Le contrôle se focalise principalement sur des enchaînements de combos que le joueur peut infliger à ses adversaires. Combattre avec un digimon demande de la mémorisation et de la synchronisation plutôt que du réflexe[8]. Le système de santé est représenté par une barre durant les combats. Cette barre contient une jauge de santé, le score du joueur ainsi qu'une jauge permettant la digivolution et une attaque suprême[m 1].

Le jeu utilise le doublage. La version européenne du jeu est tirée de la version nord-américaine et seuls les textes ont été traduits[12]. Malgré quelques ressemblances avec le jeu Super Smash Bros Melee, Digimon Rumble Arena 2 a plutôt bien été accueilli par l'ensemble des rédactions et a été classé 152e meilleur jeu de l'année 2004 sur PlayStation 2 sur Game Rankings[6]. Après sa commercialisation, le jeu est classé « A » par Computer Entertainment Rating Organization (CERO)[4], « 12+ » (12 ans et plus) par Pan European Game Information (PEGI)[1] et « T » (Teen) par Entertainment Software Rating Board (ESRB)[13].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Digimon Rumble Arena 2
Média Nat. Notes
PS2 GC XB
Famitsu JA 7,1/10[14]
IGN US 7/10[8],[15],[16]
Jeuxvideo.com FR 14/20[7] 14/20[17]
Compilations de notes
GameRankings US 67 %[6] 66,8 %[18] 63,3 %[19]
Metacritic US 63 %[20] 71 %[21] 65 %[22]
MobyGames US 73 %[1] 65 %[3] 72 %[2]

Dès sa sortie, Digimon Rumble Arena 2 a bien été accueilli par l'ensemble des rédactions. Ivan Sulic, du site britannique IGN, ironise et qualifie le jeu de copie de Super Smash Bros Melee et compare le style aux Power Rangers en ce qui concerne les combats et « la bagarre entre les gentils et les méchants ». Cependant, il attribue un 7 sur 10 au jeu mettant en avant les graphismes colorés et détaillés, mais estimant aussi que la jouabilité reste simpliste et finalement ennuyeuse à cause des mouvements répétitifs[8].

Romendil, rédactrice sur le site français Jeuxvidéo.com, attribue un 14 sur 20 rédigeant : « cette suite m'a plutôt agréablement surprise, car pour un clone du génial Super Smash Bros Melee, Digimon Rumble Arena 2 s'en sort de manière assez convaincante », mais elle change par la suite d'avis lors de la note finale et partage que « loin d'être une pâle copie du Super Smash Bros de Nintendo, Digimon Rumble Arena tient plutôt bien la route en proposant un véritable divertissement à plusieurs ». Selon elle, la bande-son expose « des voix moyennes, des bruitages peu impressionnants et des musiques d'ambiance quelconques », mais le gameplay se révèle « plus étoffé et beaucoup plus précis que dans le premier opus »[7].

Une moyenne générale de 67 % sur PlayStation 2 avec huit revues[6], 63,30 % sur Xbox avec dix revues[19] et de 66,80 % sur GameCube respectivement, avec six revues[18] est attribuée par Game Rankings. MobyGames accorde 73 %, 72 % et 65 % respectivement sur les trois consoles PlayStation 2, Xbox et GameCube[1],[2],[3]. pour finir, Metacritic accorde 63 %, 65 % et 71 % respectivement sur PlayStation 2, Xbox et GameCube[20],[21],[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Manuel du jeu, p. 19 à 20
  2. a et b Manuel du jeu, p. 62
  3. Manuel du jeu, p. 25
  4. a et b Manuel du jeu, p. 20 à 22
  5. a et b Manuel du jeu, p. 23
  6. Manuel du jeu, p. 24

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « Digimon Rumble Arena 2 sur PlayStation 2 », sur MobyGames (consulté le 20 décembre 2010)
  2. a, b et c (en) « Digimon Rumble Arena 2 sur Xbox », sur MobyGames (consulté le 20 décembre 2010)
  3. a, b et c (en) « Digimon Rumble Arena 2 sur GameCube », sur MobyGames (consulté le 20 décembre 2010)
  4. a et b (ja) « デジモンバトルクロニクル », sur PlayStation Japon (consulté le 20 juin 2010)
  5. (en) « Digimon Rumble Arena 2 sur GameCube », sur GameFAQs (consulté le 24 décembre 2010)
  6. a, b, c et d (en) « Notes attribuées au jeu sur PlayStation 2 », sur Game Rankings (consulté le 24 décembre 2010)
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (fr) Romendil, « Digimon Rumble Arena 2 sur PlayStation 2 », sur Jeuxvidéo.com,‎ 10 novembre 2004 (consulté le 6 octobre 2010)
  8. a, b, c, d, e, f et g (en) Ivan Sulic, « Revue de Digimon Rumble Arena 2 », sur IGN,‎ 10 septembre 2004 (consulté le 2 juillet 2010)
  9. a et b (en) Browmkey, « Digimon Rumble Arena 2. Bandai 2004. », sur IGN,‎ 27 juillet 2005 (consulté le 28 avril 2012)
  10. a, b et c (ja) « Présentation de tous les digimon du jeu », sur Bandai Games (consulté le 27 décembre 2010)
  11. a, b, c et d (en) Bronze Patamon, « Digimon Battle Chronicle/Digimon Rumble Arena 2 », sur GameFAQs,‎ 2004 (consulté le 25 avril 2012)
  12. (en) « Digimon Rumble Arena 2 », sur Digimon Wiki (consulté le 26 décembre 2010)
  13. (en) « Digimon Rumble Arena 2 », sur GameSpot (consulté le 24 avril 2012)
  14. (en) « Famitsu Weekly », sur Gamestats (consulté le 20 décembre 2010)
  15. (en) « Revue de Digimon Rumble Arena 2 sur Xbox », sur IGN (consulté le 20 décembre 2010)
  16. (en) « Revue de Digimon Rumble Arena 2 sur GameCube », sur IGN (consulté le 20 décembre 2010)
  17. (fr) Romendil, « Digimon Rumble Arena 2 sur GameCube », sur Jeuxvidéo.com,‎ 10 novembre 2004 (consulté le 6 octobre 2010)
  18. a et b (en) « Notes attribuées au jeu sur GameCube », sur Game Rankings (consulté le 24 décembre 2010)
  19. a et b (en) « Notes attribuées au jeu sur Xbox », sur Game Rankings (consulté le 24 décembre 2010)
  20. a et b (en) « Notes attribuées sur PlayStation 2 », sur Metacritic (consulté le 20 décembre 2010)
  21. a et b (en) « Notes attribuées sur GameCube », sur Metacritic (consulté le 20 décembre 2010)
  22. a et b (en) « Notes attribuées sur Xbox », sur Metacritic (consulté le 20 décembre 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 17 mai 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.