Digimon Frontier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Digimon Frontier

Description de cette image, également commentée ci-après

Logotype original de Frontier.

デジモンフロンティア
(Dejimon Furontia)
Genre Aventure, action, fantasy[1]
Thèmes Monstres, informatique
Anime japonais
Réalisateur
Yukio Kaizawa
Scénariste
Sukehiro Tomita
Akatsuki Yamatoya
Studio d’animation Tōei Animation
Compositeur
Takanori Arisawa
Chaîne Drapeau du Japon Fuji Television
1re diffusion 7 avril 200230 mars 2003
Épisodes 50

Autre

Digimon Frontier (デジモンフロンティア, Dejimon Furontia?) est la quatrième saison de la série d'animation japonaise, ou anime, dérivée et inspirée de la franchise médiatique Digimon créée par Akiyoshi Hongo. Avec un total de 50 épisodes, elle est initialement diffusée du 7 avril 2002 au 30 mars 2003 sur la chaîne de télévision Fuji TV au Japon. Elle est exportée et adaptée à l'international, à l'exception de la France et des pays francophones, vraisemblablement à la suite d'une audience grandement déclinante.

Dans cette saison, la série présente un nouveau concept dans lequel, contrairement aux saisons précédentes, les protagonistes se transforment eux-mêmes physiquement en digimon à l'aide d'entités numériques antiques. Elle compte les aventures de cinq personnages, six par la suite, initialement transportés dans le digimonde, un monde exclusivement composé de données informatiques parallèle au monde réel, dans lequel ils font la rencontre de deux accompagnateurs, Bokomon et Neemon, qui les guideront vers l'antagoniste principal, Cherubimon.

Scénario[modifier | modifier le code]

Depuis longtemps, une groupe de dix digimon ont donné leur vie pour vaincre les forces du mal qui menaçaient le digimonde. Ces guerriers ont créé des artéfacts depuis leurs propres données, les douze « esprits » avant de laisser le digimonde entre les mains de trois digimon célestes. Cependant, l'un de ces trois digimon, Cherubimon, décide d'emprisonner ces compagnons afin de régner en maître[2],[3]. Pour remédier à cette situation, un autre digimon céleste Ophanimon invoque cinq jeunes enfants élus du monde réel grâce aux Trailmon (digimon à l'apparence de trains hybrides). Dans le digimonde, ces cinq élus trouvent deux esprits, chacun pour se transformer en guerriers digimon. Cependant, tandis qu'ils trouvent leurs esprits respectifs, les cinq élus sont pris en chasse par plusieurs digimon, sbires de Cherubimon[4]. Après avoir tué quatre de ces cinq sbires par les élus, Koji Minamoto découvre que Duskmon, le cinquième guerrier légendaire maléfique, est le véritable frère jumeau de Koichi Kimura. Avec l'aide de Takuya, Koji réussit à libérer son frère, et ce dernier combat à leurs côtés sous la forme de Löwemon.

Après avoir battu Cherubimon, lorsque Takuya se transforme en EmperorGreymon, les élus apprennent que le véritable cerveau de toute cette machination est Lucemon. Désormais, les six digisauveurs se doivent de lutter contre les deux chevaliers légendaires envoyés par Lucemon pour scanner chaque donnée du digimonde et ainsi assister à sa renaissance. Au final, Takuya et Koji réussissent à battre les deux chevaliers, mais seulement peu après qu'ils ont réussi à scanner le digimonde entier et à faire revivre Lucemon (qui absorbe par la suite les deux chevaliers après qu'ils ont été battus par les élus, le rendant ainsi plus puissant qu'il ne devait l'être). À ce stade, après avoir battu Takuya et Koji sous leurs formes respectives EmperorGreymon et MagnaGarurumon, Lucemon annihile la lune. Il ouvre par la suite un portail vers le digimonde donnant accès au métro souterrain par lequel les sauveurs ont été amené. Il est ensuite confronté à la bande entière des élus. Cependant, Lucemon tue Koichi (qui se sacrifie pour sauver les autres élus). Fusionnant tous sous la forme ultime de Susanoomon en combinant les esprits de Takuya et de Koji, Lucemon est tué et absorbé. Cependant, toutes ses données maléfiques se transforment elle-mêmes en Lucemon, une forme purement maléfique, qui tente d'entrer dans le monde réel. Presque avoués vaincu, les esprits des dix guerriers légendaires reviennent à la vie, avec entre autres Ophanimon, Cherubimon et Seraphimon, donnant aux élus un nouvel espoir. Ensemble, ils forment un Susanoomon apparemment plus puissant, combattent et détruisent finalement Lucemon (du moins, la partie maléfique de Lucemon) et rendent ainsi la forme originelle du digimonde. Les enfants reviennent dans le monde réel et s'aperçoivent qu'il ne s'y est écoulé qu'une heure depuis leur départ. Ils retrouvent Koichi, qui avait en réalité atterrit dans le digimonde lors d'un coma, après une chute dans des escaliers. Les élus ont appris de leurs aventures.

Développement[modifier | modifier le code]

Début 2002, la société Tōei Animation annonce une quatrième saison précisément pour une diffusion le samedi 7 avril 2002 à h du matin sur la chaîne télévisée japonaise Fuji Television[5], peu après la fin de diffusion de Digimon Tamers le 31 mars 2002. Le projet est lancé par Takeo Haruna de la chaîne, aux côtés de ses collègues Kyotaro Kimura, Tooru Usuki, Hiromi Seki et Atsunari Baba[6]. Yukio Kaizawa, acteur de l’animation japonaise des séries Bikuriman et de quelques épisodes de One Piece participe également à la réalisation des épisodes[3].

Cette saison se lance tente de retourner aux bases scénaristiques de la première saison avec des enfants embarquant pour le digimonde[7], complètement différent des trois premiers animes annexés à la franchise médiatique Digimon[2], et notamment de la troisième saison Digimon Tamers jugée par l'audience générale comme la plus sombre[7]. L'histoire présente, cinq enfants d'âges différents, initialement inconnus les uns aux autres, sont embarqués dans le digimonde, aidés de petits objets électroniques appelés « d-tectors » conçus afin de les transformer physiquement en entités numériques pour combattre divers antagonistes[2]. Néanmoins, ils sont embarqués dans un digimonde contenant les éléments et designs surréalistes des trois précédentes saisons, mais dont l'histoire est plus longue et détaillée[2]. Selon Anime News Network, le Toei's Summer Anime Fair, annuellement organisé par la société Tōei Animation, qui présentait le film dérivé de la série, a été un fiasco. « Pour la toute première fois, le Toei's Summer Anime Fair s'est conclu par un échec au box-office japonais. L'édition de cette année, qui impliquait Digimon Frontier, Kinniku-Man the 2nd et Crash Gear Turbo, n'a gagné qu'un petit 800 millions de yens ($ 6,8 millions) au box-office japonais[8]. »

Personnages[modifier | modifier le code]

La série relate les aventures de cinq protagonistes élus humains — Takuya, Koji, Junpei, Izumi, et Tomoki — engagés dans une lutte contre toutes les menaces du digimonde, possédant la capacité de se transformer eux-mêmes physiquement en digimon à l'aide d'entités numériques antiques appelés « esprits », et de petits appareils électroniques appelés d-tectors[9],[10]. Selon Junko Takeuchi, la doubleuse originale de Takuya, chacun des protagonistes possède sa propre personnalité et varie souvent en contradiction avec les autres[11].

Le premier protagoniste et leader du groupe se nomme Takuya Kanbara, un jeune garçon actif, courageux et sportif, dont l'esprit est celui du feu et dont la forme digimon initiale est Agunimon. Le second protagoniste se nomme Koji Minamoto, un jeune garçon solitaire et introverti dont la forme initiale est Lobomon. Junpei Shibayama, un autre protagoniste, est le plaisantin du groupe dont la forme est Beetlemon. Ils sont accompagnés d'Izumi Orimoto, la seule fille fièrement indépendante du groupe, dont la forme initiale est Kazemon. Le dernier du groupe est Tomoki Himi, le plus jeune et également moins mature, dont la forme initiale est Kumamon. Ces cinq protagonistes seront par la suite rejoint par un sixième nommé Kōichi Kimura, le frère jumeau de Koji, dont la forme initiale est Duskmon. Ils sont accompagnés de deux guides digimon : Bokomon, un digimon en possession d'une encyclopédie contenant tout le savoir du digimonde, et Neemon, un simple résident du digimonde agissant d'une manière comique et parfois courageuse[2]. Chacun se doivent de battre de nombreux opposant dont les Shugo Kishi (littéralement « chevaliers royaux »), Cherubimon, et l'antagoniste final Lucemon[2].

Épisodes[modifier | modifier le code]

Prévue en début 2002, la série est initialement diffusée en 50 épisodes sur la chaîne télévisée japonaise Fuji TV du 7 avril 2002 au 30 mars 2003[5],[4]. Elle est par la suite exportée, adaptée sur le continent nord-américain, et diffusée aux États-Unis sur les chaîne de télévision UPN[12], ABC Family[12], et Toon Disney[4]. Dans la partie anglophone du Canada, elle est diffusée sur YTV du 9 septembre 2002 au 14 juillet 2003[4]. Dans la version américaine, les épisodes ont été, comme pour les précédentes saisons, éditées et parfois censurées[13] afin de s'adapter à une audience plus jeune. Au Brésil, l'émission a été diffusée sous le titre de Digimon 4[4].

En Europe, la version allemande est diffusée en Autriche sur ATVplus du 22 décembre 2003 au 4 mars 2004, et en Allemagne sur RTL2 du 16 février au 27 avril 2004[4]. En France, la série n'a pas été adaptée vraisemblablement à cause d'une audience grandement déclinante[3]

Médias[modifier | modifier le code]

Film et DVD[modifier | modifier le code]

Un film d'animation dérivé de la saison, originellement intitulée Digimon Frontier - Kodai Digimon Fukkatsu!, est diffusé au Japon le 20 juillet 2002[14]. Aux États-Unis, il est diffusé sur le bloc de programmations Jetix le 27 novembre 2005 à h[15]. En plus de ce film, de nombreux DVD ont été commercialisés. Dans les marchés nord-américains, un coffret DVD de la série est prévu pour commercialisé le 10 septembre 2013 distribué par New Video Group[16]. Le premier volet est commercialisé le 24 août 2007[17].

Musiques[modifier | modifier le code]

Le générique du début est intitulé FIRE!!, produit par Kōji Wada[4]. Le générique de fin est intitulé Innocent ~Mujaki na Mama de~ (イノセント〜無邪気なままで〜, Inosento ~Mujaki na Mama de~?, ep. 1-26), produit par Kōji Wada[4]. Les autres chansons de la série incluent , an Endless tale (ep. 27-50) produit par Kōji Wada et Ai Maeda (seiyū)[4] ; With The Will, produit par Kōji Wada[4], et The Last Element, produit par Ayumi Miyazaki[4]. Au Japon, un CD drama intitulé Digimon Frontier Original Story Tsutaetaikoto est publié. Il est joué dans la deuxième moitié de la série[18]. Également, un album, Digimon Frontier Uta to Ongaku Shū, a été distribué par le label discographique King Records le 22 août 2002 contenant la musique de fond de l'anime[19].

Jouets[modifier | modifier le code]

Comme pour les nombreuses séries annexées à la franchise Digimon, les personnages de Digimon Frontier sont commercialisés sous forme de jouets et peluches. Distribués par la société Bandai, ils ont été localement vendus pour 4,5 milliards de yen. Un manhua de Yuen Wong reprenant le scénario de la saison a également été publié[20]

Accueil[modifier | modifier le code]

La série est généralement bien accueillie par les adeptes et la presse spécialisée qui prônent en particulier la transformation hybride d'élus humains en esprits digimon[9],[21]. Sur Anime Planet, la série obtient une moyenne de 4,5 sur 10 avec comme verdict « une version médiocre de la première saison[7]. » La plus haute audience de cette série sur la chaîne Fuji Television à 10,3 %, l'audience la plus basse se situe à 4,7 %, et la moyenne d'audience se situe à 7,2 %.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Les Digimon (saison 4) », sur Animeka (consulté le 10 mai 2014).
  2. a, b, c, d, e et f (en) Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, p. 104.
  3. a, b et c (fr) Takato et GlassHeart, « Dossier (Digimon) — quatrième page (Introduction) », sur manga-news.com,‎ 21 mars 2014 (consulté le 9 avril 2014).
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) « Digimon Frontier (TV) », sur Anime News Network (consulté le 13 avril 2012).
  5. a et b (en) « Toei Confirms New Digimon Series », sur Anime News Network,‎ 9 février 2002 (consulté le 24 mars 2014).
  6. (en) onkeikun, « staff - digimon frontier », sur Digital Scratch,‎ 18 novembre 2009 (consulté le 3 mai 2014).
  7. a, b et c (en) « BASED ON 50 OF 50 EPS WATCHED », sur anime-planet.com,‎ 13 mai 2012 (consulté le 3 mai 2014).
  8. (en) « 2002/8/30---Toei Fair was a Failure (lien d'archive) », sur Anime News Network,‎ 30 août 2002 (consulté le 9 mai 2014).
  9. a et b (en) Carlos Ross, « Digimon S4: Digimon Frontier », sur T.H.E.M. Anime Reviews (consulté le 28 mars 2014).
  10. (en) « Digimon Seasons 1-4 DVD Collection (D) (Adventure/02/Tamers/Frontier) », sur Rightstuf (consulté le 10 mai 2014).
  11. (en) onkeikun, « interview - memories of our digimon frontier pt. 1 »,‎ 27 septembre 2009 (consulté le 5 mai 2014).
  12. a et b (en) Lesley Aeschliman, « Digimon », sur bellaonline (consulté le 9 mai 2014).
  13. (en) « Frontier Episodes », sur digimon-uncensored.com (consulté le 5 mai 2014).
  14. (en) « Digimon Frontier Movie », sur Anime News Network (consulté le 9 mai 2014).
  15. (en) « Digimon on Jetix », sur Anime News Network,‎ 1er novembre 2005 (consulté le 9 mai 2014).
  16. (en) Scott Green, « "Digimon Frontier" Season 4 and "Yu-Gi-Oh Classic" Season 1 Listed by Retailer - UPDATED », sur Crunchyroll,‎ 24 mai 2013 (consulté le 10 mai 2014).
  17. (en) « Memories of our digimon frontier pt. 1 »,‎ 27 septembre 2010 (consulté le 10 mai 2014).
  18. (en) « Digimon frontier: original story, things i want to tell you », sur Digital Scratch,‎ 24 juin 2009 (consulté le 10 mai 2014).
  19. (en) « Tarnisched Wings – Digimon Frontier » (consulté le 10 mai 2014).
  20. (ja) « 數碼暴龍04無限地帶 », sur rightman.net (consulté le 10 mai 2014).
  21. (en) Buzznet, « Buzznet's Anime Queen Reviews Digimon Froniter », sur yaoixalchemist.buzznet.com,‎ 14 mai 2012 (consulté le 6 avril 2014).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Brian Camp et Julie Davis, Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, Stone Bridge Press,‎ 2007, 408 p. (ISBN 1933330228, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]