Dieux de la Tærre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dieux de la Terre)
Aller à : navigation, rechercher
Pour une description des divinités du Monde de Faucongris, voir : Liste des dieux de la Tærre (Donjons et Dragons).

Le décor de campagne de Monde de Faucongris pour le jeu de rôle médiéval-fantastique Donjons et Dragons est un univers imaginaire dans lequel plusieurs panthéons divins règnent sur une planète baptisée Tærre (Oerth en anglais). La légion des divinités proposées recouvre un large spectre de sphères d’influence, qui permet aux joueurs de personnaliser les croyances spirituelles et les pouvoirs de leurs personnages, tout en fournissant au meneur de jeu une longue liste de dieux à partir desquels concevoir des temples maléfiques et leurs sbires. Bien que le monde de Faucongris, lorsqu’il n'était encore qu'un simple jeu "maison", ait commencé sans dieux particuliers, l’intérêt d'avoir des divinités disponibles à la fois pour les joueurs et pour des questions d'intrigue scénaristique devint rapidement évident. Le nombre de divinités a varié avec chaque nouvelle version publiée du décor de campagne, mais depuis de nombreuses années se comptent par douzaines. Ce n'est que depuis 1999 que le nombre des dieux a crû dramatiquement à presque 200, en raison du volume de nouvelles publications qui furent par la suite intégrées à l'univers de campagne.

Faucongris, une campagne "maison" avec très peu de divinités[modifier | modifier le code]

Lorsque Donjons & Dragons fut développé au début des années 1970 par Gary Gygax et Dave Arneson, l'un des archétypes des classes de personnage du jeu original était le clerc, un personnage qui recevait ses pouvoirs divins "des dieux". Cependant, lorsque Gygax commença à construire son propre univers de campagne baptisé Faucongris, il laissa de côté une facette culturelle, la religion organisée. Comme sa campagne était surtout construite autour des besoins de personnages de bas niveau, il ne pensait pas que des divinités spécifiques étaient nécessaires, car les interactions directes entre un dieu et un personnage de bas niveau étaient plus qu'improbables. Certains de ces joueurs s'emparèrent de la question et firent appel aux divinités scandinaves ou grecques telles Odin ou Zeus, ou même au Crom de Conan le Barbare dans les situations désespérées[1]. Cependant, certains des joueurs voulaient que Gygax crée et personnalise une divinité spécifique afin que leurs personnages clercs reçoivent leurs pouvoirs divins de quelqu'un de moins ambigu que "les dieux". Gygax, en plaisantant, créa deux dieux: Saint Cuthbert — qui amenait les incrédules à son point de vue à grands coups de gourdin[2] — et Pholtus, dont les adorateurs fanatiques refusaient de croire à l'existence des autres dieux. Et parce que ces deux divinités représentaient des aspects du Bien, Gygax finit par créer quelques divinités maléfiques pour fournir matière à infamie[3].

Dans "The Gnome Cache", un court feuilleton de Gygax qui se déroule à Faucongris, une chapelle de Saint Cuthbert (écrit "Saint Cuthburt") est mentionnée; c'est la première référence publiée à une divinité de Faucongris[4].

Les divinités de Faucongris et l'édition du premier livret du monde de Faucongris[modifier | modifier le code]

En 1980, TSR publia le monde de campagne de Gygax sous forme d'un livret à couverture souple de 32 pages, sous le titre 'World of Greyhawk. Cependant, à l'époque, Gygax n'y avait inclus aucun détail sur les divinités utilisées dans sa propre campagne.

Plusieurs scénarios furent rapidement publiés pour compléter l'édition du livret et l'un d'entre eux, C1 The Hidden Shrine of Tamoachan, présentait les premières divinités conçues spécifiquement pour le monde de Faucongris. Les aventures étaient conçus pour faire découvrir aux joueurs les humains de la Jungle d'Amédio, un peuple ressemblant fort aux Aztèques nommé Olmans, qui n'avait pas été décrit dans le premier livret. Les divinités olmannes — largement inspirées de la culture aztèque — étaient Mictlantecuhtli, le dieu de la mort, des ténèbres, du meurtre et de l'au-delà; Tezcatlipoca, le dieu du soleil, de la lune, de la nuit, de l'intrigue, des trahisons et de la foudre; et Quetzalcoatl, le dieu de l'air, des oiseaux et des serpents. Cependant, Gygax ne reconnut pas ces divinités dans aucun de ses travaux sur Faucongris et TSR ne publia plus d'autres références ou aventures utilisant ce décor, rendant de fait “orpheline” la culture olmane. Les divinités olmanes ne furent incluses dans aucune version du monde de Faucongris avant de réapparaitre en 1999 dans le supplément The Scarlet Brotherhood de Sean K. Reynolds et en 2005 dans la liste exhaustive des divinités publiées pour la campagne "Living Greyhawk"[5].

Sans divinités spécifiques à la Taerre dans le livret, de nombreux Maîtres de Donjon qui utilisaient le cadre du Monde de Faucongris empruntèrent des divinités génériques dans le supplément Deities and Demigods qui venait de sortir [6] pour leur campagne à Faucongris. Toutefois, le soulagement était en vue. Dans le numéro d'août 1982 de Dragon (numéro 64), Gygax donna de conseils sur la manière d'adapter les 23 divinités non-humaines du Deities and Demigods au monde de Faucongris[7], et il inclut une description de la première déité non-humaine spécialement conçue pour Faucongris, Raxivort (dieu des gobelinoïdes xvarts). Quelques mois plus tard, Gygax publia un long article très détaillé en cinq parties dans les numéros de novembre 1982 à mars 1983 (n° 67 à 71) de Dragon qui définissait un panthéon de divinités sur mesure destiné aux humains de Flannesse. A ses divinités originales, Saint Cuthbert et Pholtus, Gygax ajouta 17 autres déités:

Bien Neutralité Mal
Saint Cuthbert (franchise)[8] Célestian (étoiles)[9] Hextor (guerre)[8]
Pholtus (résolution)[9] Fharlanghn (voyage)[9] Iuz (oppression)[8]
Héronéus (chevalerie)[8] Istus (destin)[10] Érythnul (massacre)[11]
Éhlonna (forêts)[9] Obad-Haï (nature)[10] Incabulos (épidémies)[11]
Trithéréon (liberté)[9] Boccob (magie)[12] Nérull (mort)[11]
Zagyg (humour)[12] Olidammara (musique)[12] Ralishaz (folie)[11]
Wastri (sectarisme)[11]

Gygax utilisa également la hiérarchies des divinités telle qu'elle était définie dans le supplément fraîchement publié "Deities and Demigods": dieu majeur, dieu mineur et demi-dieu (plus tard, il ajoutera deux rangs sous les demi-dieux: les quasi-dieux et les héros divins). Même si les versions ultérieures du décor de campagne désigneront la plupart de ces divinités à l'adoration de peuples humains spécifiques, à ce moment-là elles étaient vénérées par tous les humains de Flannesse.

Les divinités de Faucongris et la boîte de jeu: quatre panthéons humains[modifier | modifier le code]

En 1983, le premier fut remplacé par une boîte de jeu World of Greyhawk, au contenu beaucoup plus volumineux. Gygax fut non seulement en mesure d’inclure les dix-neuf nouveaux dieux issus de ses précédents articles parus dans Dragon, mais aussi d'en rajouter 31 nouveaux, pour un total de 50 divinités. Cependant, bien que les informations concernant les 19 divinités originales aient été rééditées intégralement, seules trois des "nouvelles" divinités se virent accorder une description complète: Raxivort (dont la description complète avait été publiée dans Dragon l'année précédente), Ulaa et Xan Yaë; pour les autres nouvelles divinités, elle se limitait à une simple liste par nom et sphère d'influence.

À l'exception de Raxivort, toutes ces divinités étaient avant tout des divinités humaines. De son propre aveu, la vision que Gygax avait de Faucongris (et de D&D) était celle d'un monde centré sur les humains[13]. Dans les articles originaux de Gygax dans Dragon, il ne faisait mention de préférences raciales pour aucun des dieux; la boîte de jeu introduisit quatre peuples humains principaux: Suellois, Œridiens, Baklunis et Flannas, et assigna la plupart des divinités à la vénération de l'un ou l'autre de ces peuples. Les douze divinités du panthéon suellois avaient été créées par Len Lakofka, et il allait bientôt publier un article détaillé en cinq parties à leur sujet dans les numéros de juillet à novembre 1984 (#87–92) de Dragon. La plupart des autres dieux furent assignés à l'un des trois panthéons restants, tandis que quelques-uns seraient déclarés soit communs à tous les humains, soir d'origine inconnue:

Largement vénéré Baklunis Œridiens Flannas Suellois Inconnu
Bléredd (mines, Neutre) Geshtaï (rivières, Bien) Atroa (printemps, Bien) Allitur (éthique, Bien) Beltar (malice, Mal) Tharizdun (ténèbres éternelles, Mal)
Boccob (magie, Neutre) Istus (destin, Neutre) Célestian (étoiles, Neutre) Béreï (famille, Bien) Bralm (zèle au travail, Bien) Ulaa (collines, Bien)
Éhlonna (forêts, Bien) Xan Yaë (ombres, Neutre) Delleb (raison, Bien) Béorie (Tærre mère, Bien) Fortubo (pierre, Bien) Wastri (intolérance, Mal)
Incabulos (épidémies, Mal) Zuoken (maîtrise physique & mentale, Neutre) Érythnul (massacre, Mal) Iuz (oppression, Mal) Kord (athlétisme, Bien)
Joramie (volcans, Bien)   Fharlanghn (voyage, Neutre) Nérull (mort, Mal) Lendor (temps, Neutre)
Lirr (poésie, Bien)   Héronéus (chevalerie, Bien) Obad-Haï (nature, Neutre) Llerg (bêtes sauvages, Neutre)
Myhriss (amour, Bien)   Hextor (guerre, Mal) Pélor (soleil, Bien) Norébo (chance, Neutre)
Olidammara (musique, Neutre)   Kurell (jalousie, Neutre) Rao (paix, Bien) Phaulkon (air, Bien)
Ralishaz (folie, Mal)   Pholtus (résolution, Bien)   Phyton (beauté, Bien)
Saint Cuthbert (franchise, Bien)   Procan (océans, Bien)   Pyrémius (meurtre, Mal)
Trithéréon (liberté, Bien)   Rudd (chance, Neutre)   Syrul (tromperie, Mal)
Zagyg (humour, Bien)   Sotillion (été, Bien)   Xerbo (mer, Neutre)
    Telchur (hiver, Neutre)    
    Velnius (climat, Neutre)    
    Wenta (automne, Bien)    

Divinités supplémentaires[modifier | modifier le code]

Entre février et juin 1982, un an avant la sortie de al boîte de jeu, Roger E. Moore avait publié cinq articles dans Dragon (n° 58 à 62) décrivant des divinités des races non-humaines jouables par les joueurs (elfes, nains, demi-hommes, gnomes, demi-orques) et convenant à toute campagne générique de Donjons & Dragons. Dans le numéro 71 (mars 1983), Gygax indiquait que ces vingt-quatre divinités étaient dorénavant "compatibles Faucongris"[14]; ce qui portait le nombre de divinités de Faucongris de 50 à 74.

Dans le numéro de mars 1983 (n° 71) se trouvait un article détaillant quatre personnages uniques de Faucongris. Les deux premières "quasi-déités" (Heward et Kéoghtom) avaient été créées par Gygax pour être des PNJs. Le troisième, Murlynd, était un personnage créé par l'ami d'enfance de Gygax, Don Kaye avant sa mort prématurée en 1975. Le quatrième, un "héros divin" nommé Kélanen, fut développé pour illustrer le "principe de progression du pouvoir"[15].

Heward, Kéoghtom et Murlynd furent classés par Gygax comme des "quasi-déités", c'est-à-dire des "personnages qui se sont élevés au-dessus du statut de héros, mais qui ne sont pas encore des demi-dieux". Les autres quasi-déités mentionnées, mais non détaillées, comprenaient Daern, Johydée, Nolzur, Quall et Tuerny. Kélanen fut qualifié de "Héros divin", c'est-à-dire "un des individus très puissants qui pourrait être ou ne pas être une véritable divinité".

Avec quelques additions ou suppressions dans les versions à venir du cadre de campagne, les 50 dieux humains de la boîte de jeu et la plupart de dieux non-humains de Moore formeront le noyau dur des divinité de Faucongris pour les 22 années à venir. Cependant, les quatre quasi-déités de Gygax ne seraient mentionnées dans aucun supplément officiel de Faucongris avant 1998.

Faucongris renaît de ses cendres[modifier | modifier le code]

Fin 1985, Gygax, créateur du Monde de Faucongris, fut contraint de quitter TSR. Pendant plusieurs années après son départ, il n'y eut pas ou peu de changement au Monde de Faucongris et la boîte de jeu de 1983 resta le décor de campagne. Puis, en 1992, TSR publia un nouveau supplément pour Faucongris, From the Ashes. Toutes les divinités humaines des éditions précédentes étaient là une nouvelle demi-déesse, Mayaheine, s'y rajoutait. Toutefois, seuls les 7 dieux majeurs, 18 dieux intermédiaires et 6 demi-dieux bénéficiaient d'une pleine description; les 29 dieux mineurs n'avaient droit qu'à une seule ligne dans le tableau de résumé.

Les 24 divinités non-humaines tirées des articles de Roger E. Moore dans Dragon étaient conservées et 9 divinités gobelinoïdes et géantes supplémentaires issues du supplément Deities and Demigods s'y rajoutèrent. Cependant, les dieux non-humains eux aussi étaient simplement listés dans le tableau résumé; leurs descriptions complètes se trouvaient dans les articles originaux de Moore dans Dragon, dans l'Unearthed Arcana ou dans le vieux Deities & Demigods. Le supplément Dieux des Monstres, écrit par l'auteur de From the Ashes (Carl Sargent), avait été publié plus tôt la même années et, en même temps qu'il introduisait nombre de nouveaux dieux non-humains, fournissait de nombreux détails sur ces panthéons non-humains à ceux qui n'avaient pas accès aux suppléments plus anciens. Les divinités présentées pour la première fois dans le supplément Dieux des Monstres comprenaient la déesse elfe Sehanine Archelune, qui joue un rôle important dans From the Ashes.

En tout, “From the Ashes” portait le nombre total de divinité à 92.

Divinités humaines majeures de "From the Ashes"

Largement vénéré Baklunis Œridiens Flannas Suellois
Boccob (magie, Neutre) Istus (destin, Neutre) Pélor (soleil, Bien) Béorie (Tærre mère, Neutre)[16] Nérull (meurtre, Mal)
Incabulos (épidémies, Mal)   Rao (paix, Bien)    

Divinités humaines intermédiaires de "From the Ashes"

Largement vénéré Œridiens Flannas Suellois Inconnu
Éhlonna (forêts, Bien) Célestian(étoiles, Neutre) Obad-Haï (nature, Neutre) Kord (athlétisme, Good) Tharizdun (ténèbres éternelles, Mal)
Ulaa (collines, Bien) Érythnul (massacre, Mal) Wy-Djaz (mort, Neutre) Lendor (temps, Neutre)  
Olidammara (musique, Neutre) Fharlanghn (voyage, Neutre)      
Ralishaz (folie, Mal) Héronéus (chevalerie, Bien)      
Saint Cuthbert (honnêteté, Bien) Hextor (guerre, Mal)      
Trithéréon (liberté, Bien) Pholtus (résolution, Bien)[17]      
  Procan (océans, Bien)      
  Zilchus (argent, Bien)    

divinités humaines mineures de "From the Ashes"

Largement adorées Baklunis Œridiens Flannas Suellois
Bléredd (mines, Neutre) Geshtaï (rivières, Bien) Atroa (printemps, Bien) Allitur (éthique, Bien) Beltar (malice, Mal)
Cyndor (temps, Neutre) Xan Yaë (ombres, Neutre) Delleb (raison, Bien) Béreï (famille, Bien) Bralm (zèle au travail, Bien)
Joramie (volcans, Bien)   Kurell (jalousie, Neutre)   Fortubo (pierre, Bien)  
Lirr (poésie, Bien)   Sotillion (été, Bien)[18]   Llerg (bêtes sauvages, Neutre)
Myhriss (amour, Bien)   Telchur (hiver, Neutre)   Lydia (musique, Bien)
    Velnius (climat, Neutre)   Norébo (chance, Neutre)
    Wenta (automne, Bien)[19]   Phaulkon (air, Bien)
        Phyton (beauté, Bien)
        Pyrémius (meurtre, Mal)
      Syrul (tromperie, Mal)
      Xerbo (mer, Neutre)

Demi-dieux humains de "From the Ashes"

Largement vénéré Baklunis Œridiens Flannas Inconnu
Mayaheine (protection, Bien) Zuoken (maîtrise physique et & mentale, Neutre) Rudd (chance, Neutre) Iuz (oppression, Mal) Wastri (intolérance, Mal)
Zagyg (humour, Bien)        

Divinités demi-humaines de "From the Ashes" (races pouvant être jouées par les PJs)

Elfes Nains Gnomes Demi-hommes
Corellon Larethian (magie) Moradin (forge) Garl Brilledor (protection) Yondalla (protection)
Sehanine Archelune (mysticisme) Berronar Purargent (foyer) Baervan Ermiterrant (nature) Arvoreen (vigilance)
Aerdrie Faenya (air) Clanggedin Barbedargent (bataille) Baravar Sombretoge (illusions) Brandobaris (discrétion)
Erevan Ilesere (escrocs) Dumathoin (mines) Flandal Peaudacier (mines) Cyrrollalee (amitié)
Hanali Celanil (romance) Muamman Duathal (voyageurs) Gaerdal Maindefer (protection) Sheela Peryroyl (agriculture)
Labelas Enoreth (temps) Vergadain (richesse) Segojan Hanteterre (terre)
Solonor Thelandira (chansse)    

Faucongris prend un nouveau départ[modifier | modifier le code]

Le changement radical de la campagne de Faucongris du monde original de Gygax à la vision plus sombre présentée dans From the Ashes ne fut pas bien reçu par le public et TSR arrêta de publier des suppléments pour Faucongris en 1993. Plusieurs années plus tard, TSR fut rachetée par Wizards of the Coast et le décor moribond de Faucongris fut ravivé.

Dans Guide du Joueur pour Faucongris publié en 1998 (traduction française 2000), la liste de divinités s'était allongée, mais seules les divinités humaines (et un dieu monstrueux, Raxivort) étaient mentionnées page 19. Le livre note page 18 que "La liste, qui n'est en rien exhaustive, inclut également quelques dieux vénérés par les demi-humains ou les humanoïdes". Deux divinités naines qui n'apparaissent pas sur cette liste, Moradin et Clanggedin Barbedargent sont mentionnées page 62 et les lecteurs intéressés sont orientés vers l'Unearthed Arcana ou les Dieux des Montres pour plus de détails.

Les divinités ajoutés au cadre de campagne par le Guide du joueur comprenaient Al'Akbar, Daern, Kyuss, Dalt, Jascar, Osprem, Vatun, Zodal, Johydée, Kélanen, Kéoghtom et Murlynd (ces trois derniers étaient les “quasi-déités” décrites par Gary Gygax dans Dragon en 1983, et apparaissaient également dans la Glossographie de la boîte de jeu "World of Greyhawk Fantasy Game Setting"). En plus de Raxivort, le dieu mineur des xvarts, un nouveau demi-dieu elfe, Ye'Cind (musique, Bien), fut ajouté, portant le total des divinités listées en page 19 à 74. Cependant, aucun de ces dieux n'y était décrit, ce qui laissait aux joueurs le soins de chercher les informations sur le culte et l'éthique dans les publications antérieures.

L'année suivante, le livret The Scarlet Brotherhood de Sean K. Reynolds introduisait un nouveau peuple humain, les Touv, ainsi que les neuf dieux de leur panthéon. Ce livret comprenait de surcroît le panthéon quasi-aztèque des Olmans qui avait été présenté en 1980, mais n'avait pas été utilisé depuis.

La troisième édition de D&D et la campagne Living Greyhawk[modifier | modifier le code]

En 2000, WotC lança une nouvelle édition de D&D, la troisième, et fit de Faucongris le décor de campagne par défaut de D&D — autrement dit, à moins qu'un Maître de donjon n'utilise spécifiquement un décor de campagne différent, on considérait que sa partie de D&D se situait dans le monde de Faucongris. Du fait que Faucongris se retrouvait être le décor par défaut, les nouveaux dieux furent automatiquement ajoutés au panthéon du jeu. De plus, les administrateurs du monde de campagne partagé Living Greyhawk qui débuta en 2001 décidèrent que toute divinité (humaine et non-humaine) de Faucongris précédemment mentionnée dans une publication officielle ainsi que tout dieu publié par WotC dans le futur, serait une divinité officielle de Faucongris. En 2005, cette politique avait conduit à quasiment tripler le nombre total de divinités, qui atteignit alors 193; la liste recouvrait désormais chaque race du monde de Faucongris et presque toute sphère de pouvoir concevable était mentionnée[5].

En 2008, la 4e édition de Donjons et Dragons changea le monde de campagne par défaut et passa de Faucongris à un "Monde" indéfini, auquel on se réfère parfois comme au monde "points of light". La plupart des divinités du nouveau panthéon par défaut sont inédites, mais on y retrouve néanmoins quelques divinités de Faucongris, comme Pélor et Kord.

À ce jour, WotC n'a édité aucune nouvelle source pour le monde de Faucongris depuis la publication de la 4e Édition, laissant pour l'instant la liste suivantes des divinités de Faucongris inchangée:

Dernière liste en date des divinités de Faucongris[modifier | modifier le code]

Divinités associées aux humains[modifier | modifier le code]

Divinités majeures[modifier | modifier le code]
Largement vénérées Baklunis Œridiens Flannas Suellois Olmans
Boccob (magie, Neutre) Istus (destin, Neutre) Pélor (soleil, Bien) Béorie (Tærre mère, Neutre) Nérull (meurtre, Mal) Mictlantecuhtli, mort (Mal)
Incabulos (épidémies, Mal)   Rao (paix, Bien)     Quetzalcoatl (air, Neutre)
          Tezcatlipoca (trahison, Mal)
Divinités intermédiaires[modifier | modifier le code]
Largement vénérées Œridiens Flannas Suellois Olmans Touv Inconnu
Éhlonna (forêts, Bien) Célestian (étoiles, Neutre) Obad-Haï (nature, Neutre) Kord (athlétisme, Bien) Huehueteotl (feu, Mal) Nola (soleil) Tharizdun (ténèbres éternelles, Mal)
Ulaa (collines, Bien) Érythnul (massacres, Mal)   Lendor (temps, Neutre) Tlaloc (pluie, Mal) Vogan (climat, Bien)  
Olidammara (musique, Neutre) Fharlanghn (voyages, Neutre)   Wy-Djaz (mort, Neutre)      
Ralishaz (folie, Mal) Héronéus (chevalerie, Bien)      
Saint Cuthbert (franchise, Bien) Hextor (guerre, Mal)      
Trithéréon (liberté, Bien) Pholtus(résolution, Bien)      
  Procan (océans, Bien)      
  Zilchus (argent, Bien)    
Divinités mineures[modifier | modifier le code]
Largement vénérées Baklunis Œridiens Flannas Suellois Touv Olmans
Bléredd (mines, Neutre) Geshtaï (rivières, Bien) Atroa (printemps, Bien) Allitur (éthique, Bien) Beltar (malice, Mal) Berna (pardon, Bien) Camazotz (vampires, Mal)
Cyndor (temps, Neutre) Mouqol (commerce, Neutre) Delleb (raison, Bien) Béreï (famille, Bien) Bralm (zèle au travail, Bien) Katay (décomposition, Neutre)  
Joramie (volcans, Bien) Xan Yaë (ombres, Neutre) Kurell (jalousie, Neutre) Vecna (destruction, Mal)[20] Dalt (portails, Bien) Kundo (construction, Bien)  
Myhriss (amour, Bien)   Sotillion (été, Bien) Zodal (pitié, Bien) Fortubo (pierre, Bien) Méyanok (serpents, Mal)  
Lirr (poésie, Bien)   Telchur (hiver, Neutre)   Jascar (montagnes, Bien) Xanag (métaux, Neutre)  
    Velnius (climat, Neutre)   Llerg (bêtes sauvages, Neutre)    
    Wenta (automne, Bien)   Lydia (musique, Bien)    
        Norébo (chance, Neutre)    
        Osprem (voyages maritimes, Neutre)    
      Phaulkon (air, Bien)    
      Phyton (beauté, Bien)    
      Pyrémius (meurtre, Mal)    
      Syrul (tromperie, Mal)    
      Vatun (barbares, Neutre)    
      Xerbo (mer, Neutre)    
Demi-dieux[modifier | modifier le code]
Largement vénéré Baklunis Œridiens Flannas Touv Inconnu
Mayaheine (protection, Bien) Al'Akbar (gardiens, Bien) Mérikka (agriculture, Bien) Iuz (oppression, Mal) Damaran (vermine, Mal) Le Dragon Terrestre (terre, Mal)
Zagyg (humour, Bien) Zuoken (maîtrise physique & mentale, Neutre) Rudd (chance, Neutre)   Vara (cauchemars, Mal) Wastri (sectarisme, Mal)
    Alia la Sévère (loi, Neutre)        
Héros divins[modifier | modifier le code]
Baklunis Œridiens Flannas Suellois Inconnu
Azor'alq (lumière, Bien) Daern (fortifications, Neutre) Kuroth (larcin, Neutre) Nazarn (combat public, Neutre) Heward (bardes, Bien)
Daoud (humilité, Neutre) Johydée (espionnage, Bien) Vathris (douleur, Neutre)   Kélanen (épées, Neutre)
  Murlynd (“technologie” magique, Bien)     Kéoghtom (héroïsme extra-planaire, Bien)
        Kyuss (maîtrise des morts-vivants, Mal)
        Tsolorandril (ondes, Neutre)

Divinités associées aux demi-humains[modifier | modifier le code]

Divinités majeures[modifier | modifier le code]
Elfes Nains Gnomes Halfelins Orques Drows
Corellon Larethian (Magie, Bien) Moradin (forge, Bien) Garl Brilledor (protection, Bien) Yondalla (protection, Bien) Gruumsh (guerre, Mal) Lolth (araignées, Mal)
Divinités intermédiaires[modifier | modifier le code]
Elfes Nains Gnomes Halfelins Orques
Aerdrie Faenya (air, Bien) Abbathor (avarice, Mal) Baervan Ermiterrant (forêts, Bien) Arvoreen (protection, Bien) Bahgtru(force, Mal)
Sashelas des Profondeurs (elfes aquatiques) Berronar Purargent (sécurité, Bien) Callarduran aux Mains Apaisantes (protection, Neutre) Cyrrollalee (amitié, Bien) Ilneval (guerre, Mal)
Erevan Ilesere (espièglerie) Clanggedin Barbedargent (batailles, Bien) Flandal Peaudacier (minage, Bien) Sheela Péryroyl (agriculture, Bien) Luthic (fertilité, Mal)
Hanali Celanil (amour) Dumathoin (exploration, Neutre) Gaerdal Maindefer (vigilance, Bien)   Shargaas (furtivité, Mal)
Labelas Enoreth (temps) Vergadain (richesse, Neutre) Segojan Hanteterre (terre, Bien)   Yurtrus (maladie, Mal)
Rillifane Rallathil (elfes des bois) Laduguer (duergar, Mal) Urdlen (avarice, Mal)
Sehanine Moonbow (mysticisme)
Solonor Thelandira (chasse)
Divinités mineures[modifier | modifier le code]
Elfes Nains Gnomes Halfelins
Fenmarel Mestarine (elfes sauvages, Neutre) Dugmaren Brilletoge (érudition, Bien) Baravar Mantelombre (illusions, Bien) Brandobaris (discrétion, Neutre)
  Muamman Duathal (voyageurs, Bien)
Demi-dieux[modifier | modifier le code]
Elfes Halfelins Drows
Ye'Cind (musique, Bien) Urogalan (death, Neutre) Keptolo (flatterie, Mal)
    Kiaransalee (esclavage, Mal)
    Zinzerena (assassinat, Mal)
Héros divins[modifier | modifier le code]
Elfes Nains Gnomes Halfelins
Gadhelyn (illégalité, Neutre) Gendwar Argrim (obsession, Neutre) Roykyn (cruauté, Mal) Charmalaine (sens aiguisés, Bien)

Divinités associées aux humanoïdes et aux autres peuples[modifier | modifier le code]

Divinités majeures[modifier | modifier le code]
Divinités intermédiaires[modifier | modifier le code]
Divinités mineures[modifier | modifier le code]
Demi-dieux[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gygax, Gary. World of Greyhawk Fantasy Game Setting (TSR, 1983).
  • Moore, Roger E. Greyhawk: l'Aventure commence (TSR, 1998 - Jeux Descartes, 2000).
  • Reynolds, Sean K. The Scarlet Brotherhood (TSR, 1999).
  • Reynolds, Sean K, Frederick Weining, and Erik Mona. "Blood of Heroes." Living Greyhawk Journal #3 (Paizo Publishing, 2001).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kuntz: "Avant que [Gygax] n'ait codifié les dieux, il y avait les Dieux scandinaves... Robilar ne mentionna réellement Odin qu'une fois ou deux; le Gronan de Mornard et l'Ayelerach de Ratners juraient tous deux par Crom." (en) « Robilar Remembers: Goddess of Luck? », Pied Piper Publishing,‎ 2002-11-20 (consulté le 2009-09-16)
  2. Gygax: "St. Cuthbert était plus une plaisanterie qu'autre chose. Imaginez un prêche qui consisterait à marteler du bon sens jusqu'à le faire rentrer dans la tête de quelqu'un à coup de gourdin."(en) « Gary Gygax: Q & A (Part XII, Page 4) », EN World,‎ 2006-08-23 (consulté le 2009-03-15)
  3. Gygax: "Le développement de quelque chose qui aurait ressemblé à un panthéon logique de divinités pour le monde de campagne prit un temps considérable, car nous avions rarement à faire à ces entités en cours de jeu. St. Cuthbert et Pholtus étaient amusants pour les joueurs dotés de PJs clercs, c'est pourquoi j'ai passé du temps à les détailler. L’équilibre fut rétabli lorsque j'introduisis dans le jeu des divinités maléfiques pour servir de méchants et pour contrarier les buts des PJs."(en) « Gary Gygax: Q & A (Part VIII, Page 5) », EN World,‎ 2005-02-24 (consulté le 2009-03-15)
  4. (en) Gary Gygax, « The Gnome Cache (Part II) », The Dragon, Lake Geneva WI, TSR, no 2,‎ August 1976, p. 6
  5. a et b (en) Steve Conforti, Living Greyhawk: Official Listing of Deities for Use in the Campaign, Version 2.0, RPGA,‎ 2 mars 2005 (lire en ligne)
  6. (en) James M. Ward et Robert J. Kuntz, Deities and Demigods, Lake Geneva WI, TSR,‎ 1980 (ISBN 0-935696-22-9)
  7. (en) Gary Gygax, « Greyhawk's World - News, Notes and Views of the Greyhawk World: Events of the Eastern and Southern Flanaess », Dragon, Lake Geneva WI, TSR, vol. VII, No. 3, no 64,‎ August 1982, p. 13
  8. a, b, c et d Gary Gygax, « Deities and Demigods of Greyhawk, Part 1 », Dragon (Issue 67),‎ 1982, p. 23
  9. a, b, c, d et e Gary Gygax, « Deities and Demigods of Greyhawk, Part 2 », Dragon (Issue 68),‎ 1982, p. 63
  10. a et b Gary Gygax, « Deities and Demigods of Greyhawk, Part 3 », Dragon (Issue 69),‎ 1983, p. 27
  11. a, b, c, d et e Gary Gygax, « Deities and Demigods of Greyhawk, Part 5 », Dragon (Issue 71),‎ 1983, p. 52
  12. a, b et c Gary Gygax, « Deities and Demigods of Greyhawk, Part 4 », Dragon (Issue 70),‎ 1983, p. 20
  13. Gygax: “Je pense réellement que des races demi-humaines qui ne seraient pas limitées rendent absolument impossible une campagne basée sur les humains... à moins que les demi-humains ne soient très rares. Pour en faire une partie intégrante d'une campagne, il faut les limiter à un potentiel inférieur à celui des humains dominants. Comme je souhaitais inclure facilement des demi-humains comme PJs ou PNJs, et dans leurs communautés raciales et entités politiques d'origine aussi bien que dans les sociétés humaines, j'ai limité leur pouvoir potentiel de manière à faire de la domination humaine un présupposé raisonnable du jeu.” (en) « Gary Gygax: Q & A (Part VII, Page 21) », EN World,‎ 2005-02-17 (consulté le 2009-08-13)
  14. (en) Gary Gygax, « New druid spells . . . naturally! », Dragon, Lake Geneva WI, TSR, no 71,‎ March 1983, p. 5]
  15. (en) Gary Gygax, « Greyhawk's World: Four Uncharacteristic Characters », Dragon, Lake Geneva WI, TSR, vol. VII, No. 9, no 71,‎ March 1983, p. 19–22
  16. Dans “From the Ashes”, l'alignement de Béorie passe de Bon à Neutre
  17. Pholtus fut accidentellement omis de la liste des divinités de “From the Ashes”, mais li est pleinement décrit dans le livret “Atlas of the Flanaess” qui fait partie de cette boîte.
  18. En raison d'une coquille, le second “i” de “Sotillion” fut omis dans cette édition. “Sotillon” fut repris dans toutes les éditions suivantes jusqu'à ce que le “i” soit finalement rétabli dans la compilation des divinités pour la campagne ‘’Living Greyhawk’’ en 2005.
  19. Wenta (automne) fut omise de cette liste de divinités; cependant, comme Sotillion (été), Telchur (hiver) et Atroa (printemps) y figuraient toujours, on peut présumer assume qu'il s'agir là d'une erreur.
  20. Dans le quatrième supplément aux règles originales de D&D, Eldritch Wizardry (1976), Brian Blume inventa deux artefacts qu'il appela la Main et l'Œil de Vecna (pp.43–44). [Gygax: "Brian blume (sic) fut le créateur de la Main et l'Œil de Vecna, et il ne me révéla jamais à leur sujet le moindre détail au-delà de ce qui fut publié."(en) « Gary Gygax: Q & A (Part I, Page 13) », EN World,‎ 2002-09-16 (consulté le 2009-08-28)] Il s'agissait là des seuls restes supposés d'une liche maléfique du nom de Vecna qui avait été détruite il y a fort longtemps. Trois ans plus tard, ces artefacts réapparaissaient dans le Guide du Maître de Donjon (1979). Plus d'une dizaine d'années plus tard, dans l'aventure Vecna Lives! (1990), écrite en complément de la boîte The City of Greyhawk, Vecna fut redéfini comme un demi-dieu. Dix autres années passèrent et en 2000, Wizards of the Coast publia la dernière aventure écrite pour la 2e édition de D&D, Die, Vecna, Die!, une aventure en trois parties reliant Faucongris aux décors de campagne de Ravenloft et de Planescape. Au cours de cette aventure, Vecna s'élevait du statut de demi-dieu à celui de dieu majeur, avant de finir l'aventure en tant que dieu mineur. Il conserva le statut de divinité mineure dans les 3e et 4e éditions du jeu.