Dieu bouche-trou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le concept du « dieu bouche-trou » ou « dieu des lacunes » consiste à faire appel au divin pour expliquer les lacunes des théories scientifiques[1].

Lacunes laissées par la science en 2003[modifier | modifier le code]

La notion de complexité irréductible, avancée par les tenants du dessein intelligent et selon laquelle certains organismes, dont le flagellum bactérien, montreraient des caractéristiques de complexité que la science ne saurait expliquer, est un exemple de dieu-bouche-trou.

« Fonder une foi sur les insuffisances de la science actuelle, c'est laisser les croyants avec rien de plus qu'un dieu des lacunes [...] La solution raisonnable, même si elle est ennuyeuse, c'est de s'en tenir à l'idée que la science et la religion sont des sphères de compréhension bien différentes et qu'il est faux de chercher à expliquer ou à réfuter l'une par l'autre » (article de New scientist, Royaume-Uni, mars 2003).

Position de Laplace au 19ème siècle[modifier | modifier le code]

On prête à Laplace la réponse suivante « Dieu ? Sire, je n'ai pas eu besoin de cette hypothèse » quand Napoléon lui demanda pourquoi son traité de cosmologie ne mentionnait pas Dieu. Il expliqua plus tard que Dieu étant une hypothèse qui explique tout mais ne prédit rien, il n'est pas utilisable dans le cadre de la science.

Le « dieu des lacunes » viole le critère de réfutabilité de Karl Popper.

Lacunes explicatives des religions au 21ème siècle[modifier | modifier le code]

Neil deGrasse Tyson, amusé par le concept de dessein intelligent (Intelligent Design), montra à son tour dans une conférence que cette hypothèse laissait elle-même en place beaucoup de lacunes, et avança à ce sujet l'expression Stupid Design[2] en expliquant pourquoi.

Illustration vidéo du "God of the gaps"[modifier | modifier le code]

Le Dieu des lacunes a été illustré dans un clip vidéo de Seth Andrews (membre de la Unholy Trinity]] sur sa chaîne TheThinkingAtheist[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Lambert, Sciences et théologie : les figures d'un dialogue, Presses universitaires de Namur,‎ , 220 p. (ISBN 2-87037-276-0 et 9782870372760, lire en ligne), « 3 », p. 76
  2. https://www.youtube.com/watch?v=4238NN8HMgQ
  3. https://www.youtube.com/watch?v=xfZFsXfCy6s