Dies Iræ (poème)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dies Iræ.
Le jugement dernier par Rogier van der Weyden.

La séquence (sequentia) Dies iræ (« Jour de colère » en latin), qu’on appelle aussi Prose des Morts, est un poème partiellement apocalyptique, intégré au corpus grégorien. Ses prémices sont apparues dès le début du XIe siècle. La version actuelle date du XIIIe siècle. Le Dies iræ était (et peut toujours être) chanté dans la messe de Requiem.

Dies iræ[modifier | modifier le code]

Écrit en langue latine sur le thème de la colère de Dieu au dernier jour (celui du Jugement Dernier), le poème évoque le retour (la Parousie) du Christ, au « son étonnant[1] de la trompette » qui jettera les créatures au pied de son trône afin que tout acte soit jugé. Il participe d’une tendance médiévale (liée à l’époque des Croisades) que Jean-Charles Payen a appelée « la prédication par la crainte ». Mais c’est aussi, pour une bonne partie, le poème de la faiblesse de l’humain et du doute : « Quel protecteur vais-je implorer, quand le juste est à peine sûr ? » (Quem patronum rogaturus, cum vix justus sit securus ?). Et plus loin : « Rappelle-toi, Jésus très bon, c’est pour moi que tu es venu, ne me perds pas en ce jour-là » (Recordare, Jesu pie, quod sum causa tuæ viæ ; ne me perdas illa die).

C’est un des poèmes les plus connus de la littérature latine médiévale. Les textes de cette époque diffèrent des poèmes latins classiques par leur distribution de l’accent tonique et par la rime. Dans la séquence Dies iræ, le mètre est trochaïque (une syllabe longue, une syllabe brève). Elle est chantée en style de chant grégorien (ou plain-chant).

Son élaboration remonte au début du XIe siècle (donc aux alentours de l'an mil) et aux tropes (ou développements) du Répons Libera me Domine (« Libère moi, Seigneur, de la mort éternelle ») qu’on chante également dans les messes de Requiem et où l’on trouve les mots Dies illa, dies iræ : « Ce jour-là sera un jour de colère »). L’essentiel du poème du Dies iræ semble avoir été mis en forme au milieu du XIIe siècle (texte et musique). Il a longtemps été attribué à un frère franciscain italien du XIIIe siècle, Thomas de Celano (Tomaso da Celano, 1200-1260). Mais il semble que cet auteur n'ait fait passer à la postérité que la version légèrement remaniée et complétée d’un poème plus bref et plus ancien, conservé dans un manuscrit du XIIe siècle : en 1931, Dom Mauro Inguanez, bibliothécaire du Mont-Cassin, découvrit à Caramanico Terme, près de Naples, ce manuscrit datant de la fin du XIIe siècle, qui donne du Dies iræ une version un peu plus courte que la nôtre : elle se termine avec la strophe Oro supplex. Il manque, en outre, la strophe Juste judex. Celano n'a pu, tout au plus, qu'apporter quelques modifications sur un texte déjà existant, sans doute dans le but de l'intégrer à la Messe des Morts[2].

Après cela, le Dies iræ devint, pour une longue période, une Séquence (Sequentia) de la liturgie des funérailles (à laquelle appartient la Messe de Requiem). C’est à ce titre qu’il a fait l’objet de nombreuses compositions musicales ; parmi les plus célèbres, celles qu’on trouve dans les messes des morts de W. A. Mozart et de Giuseppe Verdi (qui ne reprennent aucun élément du plain-chant, mais seulement l’intégralité du texte)[3]. Cependant, les messes de Requiem ne comportent pas nécessairement le Dies iræ : il est par exemple absent du Requiem de Gabriel Fauré, qui retient plus les idées de repos et de paradis (voir l’In paradisum par lequel la messe se termine) que l’idée de crainte.

Dans le rite approuvé en 1969, à la suite du Concile Vatican II, par le pape Paul VI, la séquence a disparu des messes des défunts (ce qui n’entraîne pas sa disparition totale : elle reste néanmoins présente dans la forme antérieure du rite, celle-ci pouvant toujours être employée). La séquence figure aussi dans la version latine de l’Office des Lectures, à la 34e semaine du Temps ordinaire (Liber Hymnarius, Solesmes, 1983, XVI - 622 p.).

Origine et sources du poème[modifier | modifier le code]

Le poème comporte une indication sur les sources qui l’ont inspiré, avec le vers déclarant Teste David cum Sibylla, « David l’atteste avec la Sibylle ». Le roi David est ici mentionné en tant qu’auteur biblique, en particulier des Psaumes. Le passage biblique ayant le plus clairement inspiré la composition du Dies iræ se trouve cependant dans le premier chapitre du Livre de Sophonie[4]. Les versets 14 à 18 évoquent en effet un « jour de colère », « jour où sonnera la trompette [tuba dans le texte latin] et jour de clameur », dans lequel toute la terre sera dévorée dans le feu de la colère de Dieu. (1,14-18) :

« Dies iræ, dies illa, dies tribulationis et angustiæ, dies calamitatis et miseriæ, dies tenebrarum et caliginis, dies nebulæ et turbinis, dies tubæ et clangoris super civitates munitas et super angulos excelsos. »

— Livre de Sophonie, 1, 15.

La Sibylle évoquée dans le Dies iræ est ce personnage de l’Antiquité auquel étaient attribués des oracles. Certains de ces oracles furent interprétés comme des prophéties chrétiennes par des auteurs de l’Antiquité, en particulier par Lactance. Ce dernier écrivit au début du VIe siècle un livre intitulé La colère de Dieu, mais c’est surtout dans le septième livre des Institutions Divines qu’il a décrit le jour de sa colère en se basant sur des prophéties de la Sibylle Erythée. Ces oracles comportent nombre de thèmes présents dans le Dies iræ : le jour de la colère de Dieu, le jugement final, l’ouverture des tombeaux, la destruction du monde, l’annonce de ce jour par le son d’une trompette, la peur qui saisira tout le monde, l’appel à la clémence :

« …et pour comble de malheur, on entendra une trompette, selon le témoignage de la Sibylle, qui retentira du haut du ciel. Il n’y aura point de cœur où ce triste son ne jette l’épouvante et le tremblement. Alors le fer, le feu, la famine et la maladie servant comme de ministres à la colère de Dieu, se déchargeront sur les hommes qui n’auront point connu sa justice. Mais l’appréhension dont ils seront agités les tourmentera plus cruellement qu’aucun autre mal. Ils imploreront la miséricorde, et ne seront point exaucés ; ils invoqueront la mort, et ne recevront point son secours ; ils ne trouveront aucun repos ; dans la nuit, le sommeil n’approchera point de leurs yeux ; ils seront affligés par l’insomnie et par l’inquiétude du corps ; de sorte qu’ils fondront en pleurs, jetteront des cris, grinceront les dents, déploreront la condition des vivants et envieront celle des morts. La multitude de ces maux et de plusieurs autres, défigurera et désolera la terre, comme la Sibylle l’a prédit, quand elle a dit que le monde serait sans beauté et l’homme sans consolation[5]. »

— Lactance, Institutions divines, VII, XX, 3-4.

Dans ses premiers vers, le Dies iræ reprend des thèmes présents dans Sophonie et chez Lactance, mais la perspective dans laquelle ces thèmes sont exploités est très différente pour chaque œuvre. Dans le livre de Sophonie, l’évocation de la colère de Dieu précède un appel à la conversion. Chez Lactance, l’annonce du jour de la colère de Dieu est celle d’une victoire ultime, sans défaut et sans appel de la justice de Dieu. Cette justice se traduit par des supplices extrêmes pour les méchants dont les appels à la clémence seront sans effet. Lactance est fataliste, la conversion des méchants ne l’intéresse pas, il faut seulement que justice soit faite au dernier jour. Le Dies iræ ne se situe pas dans cette perspective. Il accorde une très large place aux appels à la miséricorde de la part du juste qui n’est pas certain d’avoir vraiment été juste. Par ailleurs, le Dies iræ ne dit pas que les méchants iront fatalement en enfer, il ne décrit pas non plus les supplices et les tourments que Lactance a très largement détaillés. Le Dies iræ évoque plutôt la Passion du Christ qui a souffert pour le salut des pécheurs, il rappelle aussi le pardon accordé à Marie-Madeleine et se termine par un appel à la clémence envers les pécheurs.

Le poème[modifier | modifier le code]

Texte original en latin
Dies iræ, dies illa,
Solvet sæclum in favílla,
Teste David cum Sibýlla !
Quantus tremor est futúrus,
quando judex est ventúrus,
cuncta stricte discussúrus !
Tuba mirum spargens sonum
per sepúlcra regiónum,
coget omnes ante thronum.
Mors stupébit et Natúra,
cum resúrget creatúra,
judicánti responsúra.
Liber scriptus proferétur,
in quo totum continétur,
unde Mundus judicétur.
Judex ergo cum sedébit,
quidquid latet apparébit,
nihil inúltum remanébit.
Quid sum miser tunc dictúrus ?
Quem patrónum rogatúrus,
cum vix justus sit secúrus ?
Rex treméndæ majestátis,
qui salvándos salvas gratis,
salva me, fons pietátis.
Recordáre, Jesu pie,
quod sum causa tuæ viæ ;
ne me perdas illa die.
Quærens me, sedísti lassus,
redemísti crucem passus,
tantus labor non sit cassus.
Juste Judex ultiónis,
donum fac remissiónis
ante diem ratiónis.
Ingemísco, tamquam reus,
culpa rubet vultus meus,
supplicánti parce Deus.
Qui Maríam absolvísti,
et latrónem exaudísti,
mihi quoque spem dedísti.
Preces meæ non sunt dignæ,
sed tu bonus fac benígne,
ne perénni cremer igne.
Inter oves locum præsta,
et ab hædis me sequéstra,'
státuens in parte dextra.
Confutátis maledíctis,
flammis ácribus addíctis,
voca me cum benedíctis.
Oro supplex et acclínis,
cor contrítum quasi cinis,
gere curam mei finis.
Lacrymósa dies illa,
qua resúrget ex favílla
judicándus homo reus.
Huic ergo parce, Deus.
Pie Jesu Dómine,
dona eis réquiem. Amen.
Traduction littérale
Jour de colère, ce jour-là
Il réduira le monde en cendres,
David l’atteste, et la Sibylle.
Quelle terreur à venir,
quand le juge apparaîtra
pour tout strictement examiner !
La trompette répand étonnamment ses sons,
parmi les sépulcres de tous pays,
rassemblant tous les hommes devant le trône.
La Mort sera stupéfaite, comme la Nature,
quand ressuscitera la créature,
pour être jugée d’après ses réponses.
Un livre écrit sera produit,
dans lequel tout sera contenu ;
d’après quoi le Monde sera jugé.
Quand le Juge donc tiendra séance,
tout ce qui est caché apparaîtra,
et rien d’impuni ne restera.
Que, pauvre de moi, alors dirai-je ?
Quel protecteur demanderai-je,
quand à peine le juste sera en sûreté ?
Roi de terrible majesté,
qui sauvez, ceux à sauver, par votre grâce,
sauvez-moi, source de piété.
Souvenez-vous, Jésus si doux,
que je suis la cause de votre route ;
ne me perdez pas en ce jour.
En me cherchant vous vous êtes assis fatigué,
me rachetant par la Croix, la Passion,
que tant de travaux ne soient pas vains.
Juste Juge de votre vengeance,
faites-moi don de la rémission
avant le jour du jugement.
Je gémis comme un coupable,
la faute rougit mon visage,
au suppliant, pardonnez Seigneur.
Vous qui avez absous Marie(-Madeleine),
et, au bon larron, exaucé les vœux,
à moi aussi vous rendez l’espoir.
Mes prières ne sont pas dignes (d’être exaucées),
mais vous, si bon, faites par votre bonté
que jamais je ne brûle dans le feu.
Entre les brebis placez-moi,
que des boucs je sois séparé,
en me plaçant à votre droite.
Confondus, les maudits,
aux flammes âcres assignés,
appelez-moi avec les bénis.
Je prie suppliant et incliné,
le cœur contrit comme de la cendre,
prenez soin de ma fin.
Jour de larmes que ce jour-là,
où ressuscitera, de la poussière,
pour le jugement, l’homme coupable.
À celui-là donc, pardonnez, ô Dieu.
Doux Jésus Seigneur,
donnez-leur le repos. Amen.
Traduction plus littéraire
Jour de colère, que ce jour-là
Où le monde sera réduit en cendres,
Selon les oracles de David et de la Sibylle.
Quelle terreur nous saisira,
lorsque la créature ressuscitera
(pour être) examinée rigoureusement
L’étrange son de la trompette,
se répandant sur les tombeaux,
nous jettera au pied du trône.
La Mort, surprise, et la Nature,
verront se lever tous les hommes,
pour comparaître face au Juge.
Le livre alors sera produit,
où tous nos actes seront inscrits ;
tout d’après lui sera jugé.
Lorsque le Juge siégera,
tous les secrets apparaîtront,
et rien ne restera impuni.
Dans ma détresse, que pourrais-je alors dire ?
Quel protecteur vais-je implorer ?
alors que le juste est à peine en sûreté…
Ô Roi d’une majesté redoutable,
toi qui sauves les élus par grâce,
sauve-moi, source d’amour.
Rappelle-toi, Jésus très bon,
que c’est pour moi que tu es venu,
ne me perds pas en ce jour-là.
À me chercher tu as peiné,
Par ta Passion tu m’as sauvé,
qu’un tel labeur ne soit pas vain !
Tu serais juste en condamnant,
mais accorde-moi ton pardon
avant que j’aie à rendre compte.
Vois, je gémis comme un coupable
et le péché rougit mon front ;
mon Dieu, pardonne à qui t’implore.
Tu as absous Marie-Madeleine
et exaucé le larron ;
tu m’as aussi donné espoir.
Mes prières ne sont pas dignes,
mais toi, si bon, fais par pitié,
que j’évite le feu sans fin.
Parmi tes brebis place-moi,
à l’écart des boucs garde-moi,
en me mettant à ta main droite.
Quand les maudits, couverts de honte,
seront voués au feu rongeur,
prends-moi donc avec les bénis.
En m’inclinant je te supplie,
le cœur broyé comme la cendre :
prends soin de mes derniers moments.
Jour de larmes que ce jour-là,
où surgira de la poussière
le pécheur, pour être jugé !
Daigne, mon Dieu, lui pardonner.
Bon Jésus, notre Seigneur,
accorde-leur le repos. Amen.

Le poème devrait être complet à l’issue de l’avant-dernier paragraphe. Certains érudits se demandent si la suite est un ajout pour convenir à des fins liturgiques car la dernière strophe casse l’arrangement de trois rimes plates en faveur de deux rimes, tandis que les deux derniers vers abandonnent la rime pour l’assonance et sont en outre catalectiques.

Voici une paraphrase en vers du poème tirée des œuvres posthumes de Jean de La Fontaine[6] :

Traduction paraphrasée de la prose Dies iræ
Dieu détruira le siecle au jour de sa fureur.
Un vaste embrasement sera l’avant-coureur,
Des suites du peché long & juste salaire.
Le feu ravagera l’Univers à son tour.
Terre & Cieux passeront, & ce tems de colere
Pour la dernière fois fera naître le jour.
Cette dernière Aurore éveillera les Morts.
L’Ange rassemblera les débris de nos corps ;
Il les ira citer au fond de leur asile.
Au bruit de la trompette en tous lieux dispersé
Toute gent accourra. David & la Sibille.
On prevû ce grand jour, & nous l’ont annoncé.
De quel frémissement nous nous verrons saisis !
Qui se croira pour lors du nombre des choisis ?
Le registre des cœurs, une exacte balance
Paroîtront aux côtez d’un Juge rigoureux.
Les tombeaux s’ouvriront, & leur triste silence
Aura bien-tôt fait place aux cris des malheureux.
La nature & la mort pleines d’étonnement
Verront avec effroi sortir du monument
Ceux que dés son berceau le monde aura vû vivre.
Les Morts de tous les tems demeureront surpris
En lisant leurs secrets aux Annales d’un Livre,
Où même les pensers se trouveront écrits.
Tout sera revelé par ce Livre fatal :
Rien d’impuni. Le Juge assis au Tribunal
Marquera sur son front sa volonté suprême.
Qui prierai-je en ce jour d’être mon défenseur ?
Sera-ce quelque juste ? Il craindra pour lui-même,
Et cherchera l’appui de quelque intercesseur.
Roi qui fais tout trembler devant ta Majesté,
Qui sauves les Elûs par ta seule bonté,
Source d’actes benins & remplis de clemence,
Souviens-toi que pour moi tu descendis des Cieux ;
Pour moi te dépoüillant de ton pouvoir immense,
Comme un simple mortel tu parus à nos yeux.
J’eus part ton passage, en perdras-tu le fruit ?
Veux-tu me condamner à l’éternelle nuit,
Moi pour qui ta bonté fit cet effort insigne ?
Tu ne t’es reposé que las de me chercher :
Tu n’as souffert la Croix que pour me rendre digne
D’un bonheur qui me puisse à toi-même attacher.
Tu pourrois aisément me perdre & te vanger.
Ne le fais point, Seigneur, viens plutôt soulager
Le faix sous qui je sens que mon âme succombe.
Assure mon salut dés ce monde incertain.
Empêche malgré moi que mon cœur ne retombe,
Et ne te force enfin de retirer ta main.
Avant le jour du compte efface entier le mien.
L’illustre Pecheresse en presentant le sien,
Se fit remettre tout par son amour extrême.
Le Larron te priant fut écouté de toi :
La priere & l’amour ont un charme suprême.
Tu m’as fait esperer même grace pour moi.
Je rougis, il est vrai, de cet espoir flatteur :
La honte de me voir infidelle & menteur,
Ainsi que mon peché se lit sur mon visage.
J’insiste toutefois, & n’aurai point cessé,
Que ta bonté mettant toute chose en usage,
N’éclate en ma faveur, & ne m’ait exaucé.
Fais qu’on me place à droite, au nombre des brebis.
Separe-moi des boucs reprouvés & maudits.
Tu vois mon cœur contrit, & mon humble priere.
Fais-mois perseverer dans ce juste remords :
Je te laisse le soin de mon heure dernière ;
Ne m’abandonne pas quand j’irai chez les Morts.

Utilisation du thème dans la musique[modifier | modifier le code]

Le thème du Dies Iræ Cet exemple ne donne que la première strophe (texte et musique).

La même chose en notation neumatique :

The Dies Irae melody in four-line neumatic chant notation.

Et en clef de sol, en notation à 5 lignes :

The Dies Irae melody in treble clef.

Le thème musical du Dies iræ, ou certains de ses éléments, ont été réutilisés dans différentes compositions originales, notamment :

dans deux chansons à danser des XIVe ou XVe siècles : J’ai vu le loup (Bourgogne) et la bourrée Ay vist lou loup (Auvergne),
par Antoine Brumel, Missa pro defunctis (quelques années avant 1519),
par Arnold von Bruck, Sequentia ad Missam pro defunctis,
par Cristobal de Morales, Missa pro defunctis (éd. 1544) : la strophe Pie Jesu et l’Amen,
par Claudin de Sermisy, Missa pro defunctis (éd. 1556) : Pie Jesu,
par Jacobus de Kerle, Missa pro defunctis,
par Costanzo Porta (it), Missa mortuorum,
par Tomás Luis de Victoria, Missa pro defunctis,
par Giovanni Matteo Asola (it), Messa per i morti (éd. 1585), Missa pro defunctis ; Missa defunctorum (1600),
par Gregor Aichinger, Dies iræ (1597) : surtout le premier vers,
par Orazio Vecchi, Missa pro defunctis (vers 1600),
par Johann Stadlmayr, Missa pro defunctis (1607 ?) : passim,
par Eustache du Caurroy, Pie Jesu,
par Felice Anerio, Missa pro defunctis (1614) : Pie Jesu,
par Charles d'Helpher (it) (France), Missa pro defunctis (éd. 1656) : Pie Jesu,
par Joan Cererols, Missa de difunts,
par Jean-Baptiste Lully, compositeur baroque, surintendant de la musique de Louis XIV, dans son Grand Motet Dies iræ (1674) : 1re strophe et Pie Jesu,
par Marc-Antoine Charpentier, dans sa Messe pour les Trépassés (1er verset), une Messe des morts (Lacrymosa et Pie Jesu), une Prose des Morts (passim) et un Pie Jesu,
par Michel-Richard de Lalande, grand motet S.31 (1690), pour les obsèques de la dauphine Marie Anne Victoire de Bavière
par Giuseppe Ottavio Pitoni, Missa pro defunctis (passim),
dans deux chansons satiriques sur la mort de Louis XIV (1715, 1re et 3e strophe) et sur la mort du régent Philippe d'Orléans (1723, 1re strophe),
par Louis Homet, Prose des Morts (1722) : les strophes paires en faux-bourdon à 4 voix,
par Francesco Durante, Messa da Requiem (Pie Jesu),
par François-Joseph Gossec, Messe des Morts (Pie Jesu) et Quatuor sur la Prose des Morts : 1re strophe,
par François Giroust, Prose des Morts (1765) : 1re strophe, Lacrymosa et Pie Jesu ; Missa pro defunctis : Elevation (1775) : Pie Jesu,
par Charles Hérissé, Prose des Morts (1788) : passim,
par Sigismund von Neukomm, Missa pro defunctis (1813) : 1er vers,
par Niccolò Paganini, dans ses Vingt-quatre caprices pour violon (1819) : les quatre premières notes dans le Caprice n° 22,
par Charles Henri Plantade (France), Messe de Requiem (1822) : 1re strophe et Tuba mirum,
par Adrien de La Fage (Juste-Adrien Lenoir de La Fage) (France), Requiem a voci e strumenti gravi (1827) : strophe Juste judex ; Missa tertia da Requiem. In anniversariis 1830 (après 1830),
par Hector Berlioz dans sa Symphonie fantastique (1830),
par Edouard Deldevez, Messe de Requiem (1re et 3e strophes),
par Franz Liszt, Danse macabre - en allemand Totentanz - (1849) ; les quatre premières notes dans : Études d’exécution transcendante. N° 6 : Vision (1852),
par Piotr Ilitch Tchaikovski, Dans les gouffres de l’Enfer (1872),
par Modeste Moussorgski, les quatre premières notes dans : Chants et danses de la mort (1875),
par Camille Saint-Saëns dans plusieurs de ses œuvres, comme sa Danse macabre (1874), son Requiem (1878) : 1re strophe et Judicandus, sa 3e symphonie "avec orgue" (1886), son Quatuor op. 112 (1912)…,
par Louis-Auguste Jessel (Belgique), Six offertoires pour orgue (1878) : 1re strophe,
par Franz Liszt, Csárdás macabre, pour piano (1881-82) : les quatre premières notes,
par Gustav Mahler, les quatre premières notes dans : Das klagende Lied (1880) et dans sa 2e symphonie, Auferstehung, en français Résurrection (1894),
par Piotr Ilitch Tchaïkovski, dans sa Suite n° 3, en sol majeur, pour orchestre (op. 55, 1884) : 4e mouvement (thème avec variations),
par Charles Gounod, Mors et Vita (Oratorio pour soli, chœur et orchestre, 1re en 1885),
par Piotr Ilitch Tchaikovski, dans sa symphonie Manfred (1885), d'après Lord Byron,
par Alfred Bruneau, Requiem (1889) : 1re strophe,
par Antonín Dvořák, Requiem (1891) : le début du Pie Jesu,
par Reynaldo Hahn, dans sa mélodie pour chant et piano Trois jours de vendanges (1891),
par Johannes Brahms, dans Intermezzo, dernière pièce des 6 Klavierstücke (« Pièces pour piano »), op. 118 (1893) : le thème principal débute par un rappel des quatre premières notes du Dies iræ,
par Gabriel Pierné, L’An mil (1897),
par Maurice Ravel, dans sa mélodie pour chant et piano La chanson du rouet (1898),
par Jules Mouquet, dans Le Jugement dernier. Poème symphonique et vocal (1898 ?) : les deux premiers vers,
par Antoine Mariotte, Chansons dramatiques. N° 4 : Les cloches (1901),
par Alexandre Glazounov, Suite pour orchestre « Du Moyen Âge », op. 79 (N° II : Scherzo) (1901-1902),
par Albert Périlhou, Impressions d’église. III : Le jour des morts au Mont Saint-Michel (1905),
par Serge Rachmaninov, 1re symphonie (1895) : le thème principal du 1er mouvement est dérivé du Dies iræ ; également dans le 3e mouvement ; on reconnait aussi le motif liturgique en 1936, dans sa 3e symphonie (3e mouvement), dans L’Île des morts (1909), Les Cloches, mélodie (1913), Rhapsodie sur un thème de Paganini (1934), Danses symphoniques (1940), etc.,
par Lili Boulanger, Pour les funérailles d'un soldat, pour baryton solo, chœur à 4 voix mixtes et orchestre (ou piano) (1912), sur un poème d'Alfred de Musset,
par Lorenzo Perosi, Missa pro defunctis tribus vocibus inæqualibus concinenda (sine organo) [Messe pour les défunts, pour chœur à 3 voix mixtes, sans orgue] (1913) : le motif du premier vers sur les mots Quantus tremor est futurus (1er vers de la 2e strophe : séquence en chant alterné),
par Maurice Emmanuel, 3 chansons bourguignonnes (1914) : les deux premiers vers,
par Igor Stravinski, 3 pièces pour quatuor à cordes. N° 3 : Cantique (1914). Pièce devenue la 3e des Quatre études pour orchestre (1929) ; ainsi qu'une citation inconsciente (selon l'auteur) dans L'Histoire du soldat (1918),
par Mel Bonis, La Cathédrale blessée, pour piano (1915). Pièce composée après les bombardements allemands de septembre 1914, sur la cathédrale de Reims,
par Max Reger, Requiem latin (1916) : le début,
par Auguste Schirlé (France), Messe de Requiem pour orgue (1918) : début du 1er vers,
par Ildebrando Pizzetti, Messa di Requiem (1923) : presque tout,
par Nikolaï Miaskovski, 6e symphonie (1923),
par Henri d'Ollone, Héroïque (1923),
par Eugène Ysaÿe dans sa Seconde Sonate pour violon seul, sous-titrée Obsession (1924)
par Sir Granville Bantock, Macbeth (1926),
par Ottorino Respighi, Impressioni brasiliane. N° 2 : Butantan (1927),
par Cyrillus Kreek (Estonie), Requiem en do mineur (1927, 2. Dies iræ) composé sur le texte en estonien, traduit (vers 1870) par G. J. Schultz-Bertram à partir du texte liturgique ; l'autre rédaction estonienne existe depuis 1996, traduite par le théologue Rein Õunapuu et le poète Paul-Eerik Rummo
par Fernand Le Borne (de) (Belgique), Requiem (1928) : presque tout,
par Kaikhosru Shapurji Sorabji (Angleterre), [64] Variazioni e fuga triplice sopra "Dies iræ" per pianoforte (1923-1926), et Sequentia cyclica super "Dies iræ" ex Missa pro defunctis in clavicembali usum (1948-1949)[7],
par Frank Martin (Suisse), La Nique à Satan, spectacle populaire pour 2 soli (soprano et baryton), chœur d'adultes et d'enfants, avec ensemble instrumental (1929-1931). L'auteur y superpose le motif grégorien et la chanson bourguignonne J'ai vu le loup, née du même motif musical liturgique.
par Henri Nibelle, 50 pièces pour orgue ou harmonium (1935) : début du 1er vers,
par Ralph Vaughan-Williams, Five Tudor portraits (1936),
par Dmitri Kabalevski, dans Fléau public (La Peste), extrait de son opéra Le Maître de Clamecy, ou Colas Breugnon, d'après le roman de Romain Rolland (1937, profondément révisé en 1967–68),
par Ernest Bloch, Concerto pour violon et orchestre (1938) ; Suite symphonique (1944),
par Arthur Honegger, Danse des morts (1939),
par Luigi Dallapiccola, dans ses Canti di prigionia (1941),
par Aram Khatchaturian, 2e symphonie (1943),
par Cesar Bresgen (Autriche), Requiem a capella (1945) : presque tout,
par Marcel Rubin (de) (Autriche), 4e symphonie (1946) : 1re strophe,
par Boris Blacher, Variations sur un thème de Paganini (1947),
par Maurice Duruflé, Requiem (1947) : Pie Jesu,
par Johann Nepomuk David (de) (Autriche), Choralwerk (Partita) pour orgue (1947) : les 3 premières strophes; Requiem chorale (1956) : tout,
par Nikolaï Medtner, Quintette pour piano et cordes (1949),
par Kurt Fiebig (de), Markuspassion (1950) : presque tout,
par Einojuhani Rautavaara, dans le Dies iræ de A Requiem in our Time, pour orchestre de cuivres (1953),
par Henri Tomasi, Les noces de cendres, ballet en 2 actes : II (Danse triste), IV (Plainte funèbre), V (La Jeune fille et la mort) (1954),
par René Berthelot, Le Glas, Chanson populaire de l’Orléanais (1955) ; Le roi Renaud (1970),
par Antoine Reboulot, Pièces pour cérémonies funèbres pour orgue (Élévation) (1956) : Pie Jesu et Amen,
par Otto Jochum (de), Cantica sacra (1957) : passim,
par Peter Maxwell Davies, Saint-Michael Sonata (1957) : les quatre premières notes,
par Les Frères Jacques dans Jour de colère poème de Francis Blanche sur une musique d'Henri Leca (1953).
par Ildebrando Pizzetti dans Assassinio nella cattedrale, opera lirica (Meurtre dans la cathédrale). Première représentation : Milan, Teatro alla Scala, 1er mars 1958
par Désiré-Emile Inghelbrecht, Requiem (1959) : la fin du premier vers à l’orchestre,
par Jacques Brel dans sa chanson La mort (1959),
par Bernd Alois Zimmermann dans le prélude de son opéra Die Soldaten (1957-1965),
par Dimitri Chostakovitch dans son opéra Hamlet (1931-1932), dans son premier Concerto pour violon (1947-1955), dans les mouvements I, IV, VII et X (De Profundis, Le Suicidé, À la Santé, La Mort du poète) de sa 14e symphonie (1969) et dans d’autres œuvres,
par Ludvig Nielsen (de) (Norvège), Passacaglia pour orgue (1968) : les 2 premiers vers,
par Rolande Falcinelli, Sorties pour orgue (Cortège funèbre) (1968) : 1re, 3e et 5e strophes,
par Walter Kraft (de), Fantasia Dies iræ pour orgue (1968) : presque tout,
par Michael White, Metamorphosis, opéra, d’après Franz Kafka (1968),
par George Crumb, dans Black Angels, pour quatuor à cordes et verres de cristal (1970),
par Anthony Gilbert (en) (États-Unis), The Scene Machine, opéra (1971),
par Steve Waring, Smokey city blues (1972),
par Frank Martin, Requiem (1974),
par Krzysztof Penderecki, dans son opéra Paradise lost (1975-1978),
par Hubert-Félix Thiéfaine dans sa chanson 22 mai 1968 (1978).
par Julos Beaucarne, Le fossoyeur itinérant (1979),
par Mauricio Kagel, dans Finale, œuvre composée en 1980/81,
par Michel Sardou dans sa chanson L’An mil (1983),
par Alberto Grau (es) (Venezuela), Dies iræ (1985),
par Fritz Selis (Belgique), Musique funèbre (1990),
par Gérard Pesson, Le gel, par jeu (1991),
par Michael Daugherty dans : Metropolis Symphony (5e mouvement : « Red Cape Tango »), (1988–93) ; Dead Elvis pour basson et ensemble instrumental de chambre (1993)
par Olivier Greif, dans son Quadruple concerto, pour piano, violon, alto, violoncelle et petit orchestre (2 hautbois, 2 cors et cordes), sous-titré La Danse des Morts (1998). Au cours du quatrième mouvement, les cors font entendre, à peine déformés : le premier vers Dies irae, le second vers de la strophe Lacrimosa (Qua resurget ex favilla) et le premier vers de la strophe Tuba mirum
par Pierre Henry, au début de Une Tour de Babel, premier épisode de L'homme au microphone, en 7 mouvements. Musique électronique (1998. Créée 1999). Les 4 premières notes, retravaillées,
par Heinz Holliger, Concerto pour violon « Hommage à Louis Soutter », 1993-2002. Pour violon et orchestre (3 flûtes, 3 hautbois, 4 clarinettes, 2 bassons, 3 cors, 3 trompettes, 3 trombones ; percussions, harpe, cymbalum, marimba, célesta, cordes). Le premier vers aux trompettes avec sourdine. Les sept premières notes du second, progressivement égrenées, sur clave (4e et dernier mouvement : Épilogue) : référence à la deuxième sonate pour violon seul, d'Eugène Ysaÿe (dont le premier mouvement s'intitule Obsession, comme le second mouvement du concerto d'Holliger). Ysaÿe fut le professeur de violon de Louis Soutter[8].
par Caroline Marçot, Némésis (2005), La partition est écrite pour 12 voix solistes, clarinette et percussions. Les textes, axés sur la colère, sont de nombreux auteurs, dont Sénèque, Aristote, Tertullien, Lactance, Montaigne, Al Tawhidi. Ils sont en français, latin, allemand, arabe, anglais (sur le mot « war »), et mêlent, dans un univers de tension, différentes sagesses antiques, chrétienne et soufie. L'œuvre est dédiée à Julien Copeaux, compositeur mort en 2003, âgé de 30 ans.
par Donald Grantham, dans Baron Cimetiére’s Mambo, pour ensemble à vent (première le 6 mars 2008, à l'Université de Floride, à Miami, par l'ensemble à vent de cette université),
par Stéphane Leach, dans Miss Knife (textes et chant  : Olivier Py, 2012). Premier vers (citation instrumentale), dans la chanson  : Un enfant s'ennuyait.
par JBX dans Reflets d'acide où l'épisode 13 porte pour nom "Dies irae, dies illa, solvet saeclum in favilla". La fin de cet épisode se fait sur l'épisode Dies irae du Requiem de Mozart (mais cette partition de Mozart ne fait pas entendre le motif musical du Dies irae liturgique. Si c'est bien la musique de ce compositeur qu'on entend, ce dernier paragraphe n'a pas à figurer ici...).

Utilisations modernes, mais non datées :

par Shanandoa dans sa Dies iræ.
par Libera (chœur de garçons anglais), dans Dies iræ.
par Canta u Populu Corsu dans I Ghjuvannali.

Le premier vers du Dies iræ est cité dans les paroles d’une autre chanson de Michel Sardou : Musica ("Au son de la marche nuptiale - j’ai fait une sortie triomphale - Dies iræ dies illa - Quel mauvais jour que ce jour-là")

Utilisation du thème dans le cinéma[modifier | modifier le code]

par Fritz Lang, dans Metropolis (1927), musique de Gottfried Huppertz, pour différentes séquences intitulées ou faisant intervenir Der Tod (« La Mort »), au début puis dans le courant du « Zwischenspiel » (« Interlude ») : on entend les deux premiers vers de la 1re strophe, donnés d'abord presque en entier par les cuivres puis utilisés comme thème, à l'orchestre. Plus loin, les quatre premières notes seront de nouveau entendues et développées, toujours à l'orchestre,
par Carl Theodor Dreyer (1940) dans Jour de colère (Vredens Dag) : musique de Poul Schierbeck (en) (Danemark),
par Bernard Herrmann dans Garden of Evil (Le jardin du diable), western d’Henry Hathaway (1954),
par Ingmar Bergman dans Le Septième Sceau (1956),
par Billy Wilder dans Certains l'aiment chaud (1959),
par Stanley Kubrick avec une version au synthétiseur Moog composée par Walter Carlos (devenu Wendy Carlos) pour le Générique d'Orange mécanique (1972) puis, dans la séquence du même film intitulée Country lane,
par Jean Yanne (arrangements), Chobizenesse (1975),
par Vladimir Cosma, Michel Strogoff (1975),
par les Monty Python dans Sacré Graal (1975) où les pénitents de la scène des morts de la peste récitent inlassablement les deux derniers vers ("Pie Jesu Domine, Dona eis requiem") en se frappant la tête avec une planche ; et dans Jabberwocky, musique de D. Wolfe (Meyer de Wolfe) (1977),
par Lalo Schifrin, Un espion de trop (1977),
par Stanley Kubrick avec une version au synthétiseur Moog composée par Walter Carlos pour le Générique de Shining (1980),
par Charles Gross (États-Unis) dans The Murders in the Rue Morgue (Double assassinat dans la rue Morgue), d’après Edgar Poe (film TV, 1986),
par Kinji Fukasaku dans Battle Royale (2000),
par John Ottman dans l’introduction du film X-Men 2 où Diablo essaye de tuer le président des États-Unis,
par Klaus Badelt dans Starship Troopers 3 : Marauder où il accompagne la scène, vers la fin, de la délivrance des deux survivantes,
par John Williams dans Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones quand Anakin Skywalker confesse le massacre des tuskens et dans La Revanche des Sith quand l’ordre 66 est exécuté. Cf. la musique de Star Wars,
par Hans Zimmer et le groupe Rodrigo y Gabriela, dans Pirates des Caraïbes 4 (2011), à la fin, lors de l'arrivée des Espagnols pour détruire la Fontaine de Jouvence,
par Mark Mancina, dans Esprits criminels (Série TV américaine : Saison 7 - Épisode 19 : Heathridge Manor. Réalisation Matthew Gray Gubler, 2012),
par Terrence Malick, dans The Tree of Life (2011) (L'Arbre de la vie au Québec).

Le chef d’orchestre et producteur de radio Alain Pâris a produit, du 13 au 17 mai 1991, sur France Culture, une série d’émissions intitulées : Le Dies iræ, dix siècles de métamorphoses pour lesquelles Dom Angelico Surchamp et François Turellier avaient été invités. Ces émissions faisaient suite à une autre série, produite plusieurs années auparavant (1979), par le même, sur le même sujet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le son merveilleux, extraordinaire, surnaturel…
  2. Cf. Jean-Charles Payen, Le Moyen Âge, des origines à 1300, in « Littérature française », Arthaud, 1970, p. 331.
  3. Le Dies iræ de Jean-Baptiste Lully est un grand motet et n’est pas rattaché à une messe de Requiem.
  4. Emile Osty signale en note de sa traduction de Sophonie 1,14-18 : « Morceau célèbre qui a fait trembler des générations et qui est à l’origine du Dies iræ, l’admirable séquence, longtemps attribuée à Thomas de Celano. », La Bible Osty, Paris, Seuil, 1973, p. 2034. (ISBN 2-02-003242-2).
  5. Lactance, Institutions divines, livre VII, chap. XX.
  6. La Fontaine, Jean de (1621-1695). Les œuvres posthumes de Monsieur de La Fontaine
  7. http://www.mus.ulaval.ca/roberge/srs/04-sourc.htm
  8. Cité de la musique. Médiatheque

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Charles Payen, Le Dies iræ dans la prédication de la mort, "Romania", LXXXVI, 1965.
  • Malcolm Boyd, Dies iræ, some recent manifestations, "Music and Letters", XLIV, octobre 1968, p. 347-356.
  • François Turellier, Le thème du Dies iræ dans la littérature musicale, Maîtrise d’éducation musicale, Université de Paris-IV-Sorbonne, 1976.
  • Ed. A. Basso, Dizionario enciclopedico universale della musica e dei musicisti, Il lessico, II, Turin, UTET, 1983. Article : "Dies iræ".
  • François Turellier, Le cantus firmus inspiré par la Prose des morts : quelques polyphonies de style franco-flamand, in : Groupe de recherche sur le patrimoine musical de l’École Doctorale Musique-Musicologie de l’Université de Paris-Sorbonne, "Itinéraires du cantus firmus II. De l’Orient à l’Occident", Presse de l’Université de Paris-Sorbonne, 1995, p. 71-80.
  • Id., Le thème du Dies iræ dans la musique profane, in : "Modus, Revista do Instituto Gregoriano de Lisboa", 4, 1993-1997, p. 135-157.
  • J. A. de La Fage
  • Auguste Schirlé
  • A. Schirlé
  • K. S. Sorabji

Liens externes[modifier | modifier le code]