Die schöne Müllerin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Belle Meunière

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir La Belle Meunière (film)

Die schöne Müllerin (en français La Belle Meunière), D. 795, est un cycle de lieder écrit par le compositeur autrichien Franz Schubert.

Composés probablement entre mai et décembre 1823, après une période de doute et de tentatives avortées (symphonies n°7 et 8), Die Schöne Müllerin reprend 20 des 25 poèmes du même titre écrits par le poète allemand Wilhelm Müller (auteur aussi des textes du cycle suivant, Winterreise).

Il s'agit là d'un des premiers cycles complets de lieder de la période romantique, où le compositeur, suivant le fil conducteur d'une histoire complète, utilise différents registres musicaux pour exprimer pleinement les péripéties successives.

Les thèmes développés sont typiquement romantiques : l'amour, l'espoir, la déception, la tristesse, la mort, la quête personnelle, le voyage, la nature. L'histoire est la suivante : un jeune homme, voyageant le long d'un ruisseau, arrive chez un meunier et tombe amoureux de sa fille. Mais la belle, d'abord bienveillante, préfère se laisser séduire par un chasseur. Le pauvre apprenti meunier s'en noie de chagrin et de désespoir.

La cohérence du cycle est assurée par le thème du voyage : le ruisseau (fil conducteur et confident du narrateur), le promeneur, la nature. Mais les lieder sont tous particuliers, même si certains vont manifestement par paire. La première partie est joyeuse et pleine d'espoir, puis le ton s'obscurcit à partir de Der Jäger, pour devenir mélancolique, triste voire violent.

Die schöne Müllerin a été interprété par de grands ténors et barytons comme Olaf Bär, Dietrich Fischer-Dieskau, Peter Pears, Peter Schreier, Fritz Wunderlich mais aussi par des altos comme Brigitte Fassbaender et Christa Ludwig et aussi par des contreténors comme Jochen Kowalski et a été enregistré de nombreuses fois.

Die schöne Müllerin illustre avec Voyage d'hiver l'apogée de la musique des Lieder au XIXe siècle.

Titres des Lieder[modifier | modifier le code]

Titre Début du Lied Tempo Tonalité
1. Das Wandern (Voyager) "Das Wandern ist des Müllers Lust..." «Voyager est le plaisir du meunier...» Mäßig geschwind si bémol majeur
2. Wohin ? (Vers où ?) "Ich hört' ein Bächlein rauschen..." Mäßig sol majeur
3. Halt ! (Halte !) "Eine Mühle seh' ich blinken..." Nicht zu geschwind ut majeur
4. Danksagung an den Bach (Remerciements au Ruisseau) "War es also gemeint, mein rauschender Freund..." Etwas langsam sol majeur
5. Am Feierabend (Le Soir, au moment du repos) "Hätt' ich tausend Arme zu rühren..." Ziemlich geschwind la mineur
6. Der Neugierige (Le Curieux) "Ich frage keine Blume..." Langsam si majeur
7. Ungeduld (Impatience) "Ich schnitt' es gern in alle Rinden ein..." Etwas geschwind la majeur
8. Morgengruß (Salut matinal) "Guten Morgen, schöne Müllerin!" «Bonjour, belle meunière...» Mäßig ut majeur
9. Des Müllers Blumen (Les Fleurs du Meunier) "Am Bach viel kleine Blumen steh'n..." «Au bord du ruisseau poussent de nombreuses petites fleurs...» Mäßig la majeur
10. Tränenregen (Pluie de larmes) "Wir saßen so traulich beisammen..." Ziemlich langsam la majeur
11. Mein! (Mienne!) "Bächlein, lass dein Rauschen sein..." Mäßig geschwind ré majeur
12. Pause (Pause) "Meine Laute hab' ich gehängt an die Wand..." «Au mur, j'ai suspendu mon luth...» Ziemlich geschwind si bémol majeur
13. Mit dem grünen Lautenbande (Avec le vert ruban du luth) "Schad' um das schöne grüne Band..." Mäßig si bémol majeur
14. Der Jäger (Le Chasseur) "Was sucht denn der Jäger am Mühlbach hier?" Geschwind ut mineur
15. Eifersucht und Stolz (Jalousie et Fierté) "Wohin so schnell, so kraus und wild, mein lieber Bach?" Geschwind sol mineur
16. Die liebe Farbe (La Couleur chérie) "In Grün will ich mich kleiden..." Etwas langsam si mineur
17. Die böse Farbe (La Couleur fâcheuse) "Ich möchte zieh'n in die Welt hinaus..." Ziemlich geschwind si majeur / si mineur
18. Trockne Blumen (Fleurs séchées) "Ihr Blümlein alle, die sie mir gab..." «Toutes les petites fleurs, qu'elle m'a données...» Ziemlich langsam mi mineur
19. Der Müller und der Bach (Le Meunier et le Ruisseau) "Wo ein treues Herze in Liebe vergeht..." Mäßig sol mineur
20. Des Baches Wiegenlied (La Berceuse du ruisseau) "Gute Ruh', gute Ruh', tu' die Augen zu..." Mäßig mi majeur

Analyse[modifier | modifier le code]

1. Das Wandern[modifier | modifier le code]

Voyager est le plaisir du meunier. Comme l'eau qui coule, comme la roue qui tourne tout le jour, comme les pierres entraînées par le courant, le jeune homme veut voyager.

2. Wohin ?[modifier | modifier le code]

Le petit ruisseau murmure; il faut descendre avec lui. Vers où ?

3. Halt ![modifier | modifier le code]

Un moulin apparaît, accueillant. Est-ce cela ce que voulait dire le ruisseau ?

4. Danksagung an den Bach[modifier | modifier le code]

Allons voir la meunière ! Ce que je cherchais, je l'ai trouvé. J'ai du travail pour mes mains et pour mon cœur.

5. Am Feierabend[modifier | modifier le code]

Le soir, au moment du repos, le jeune homme est trop las pour se faire remarquer. Le maître est content, la jeune fille souhaite une bonne nuit.

6. Der Neugierige[modifier | modifier le code]

Dis-moi, petit ruisseau, m'aime-t-elle ?

7. Ungeduld[modifier | modifier le code]

Le jeune homme est impatient de déclarer : à toi, mon cœur pour toujours.

8. Morgengruß[modifier | modifier le code]

Bonjour, belle meunière !

9. Des Müllers Blumen[modifier | modifier le code]

Au bord du ruisseau poussent de nombreuses petites fleurs. Je planterai mes fleurs sous sa fenêtre. Dites lui : ne m'oublie pas.

10. Tränenregen[modifier | modifier le code]

Le meunier regarde dans le miroir de l'eau son portrait. Mes yeux se remplissent de larmes. Elle dit : il va pleuvoir, je rentre.

11. Mein![modifier | modifier le code]

La meunière bien-aimée est à moi ! conquête imaginée...

12. Pause[modifier | modifier le code]

Au mur, j'ai suspendu mon luth, j'y ai noué un ruban vert...Cher luth, reste accroché à ton clou.

13. Mit dem grünen Lautenbande[modifier | modifier le code]

La bien-aîmée aime le vert. Je vais détacher le ruban et le lui envoyer. Qu'elle le mette dans sa chevelure.

14. Der Jäger[modifier | modifier le code]

Que cherche le chasseur ? Il n'y a pas de gibier pour toi. Laisse le moulin et le meunier en paix.

15. Eifersucht und Stolz[modifier | modifier le code]

Où va le ruisseau sauvage, en colère contre le chasseur. Gronde la meunière frivole. Ne lui dis pas mon chagrin.

16. Die liebe Farbe[modifier | modifier le code]

Ma bien aimée aime le vert. Ma bien aimée aime la chasse. Le gibier que je chasse, c'est la mort. Creusez ma tombe dans le gazon.

17. Die böse Farbe[modifier | modifier le code]

Vert, méchante couleur. Je voudrais chanter un mot : adieu !

18. Trockne Blumen[modifier | modifier le code]

Petites fleurs, qu'elle m'a données, qu'on les mette avec moi dans la tombe.

19. Der Müller und der Bach[modifier | modifier le code]

Le meunier et le ruisseau.

Le meunier se meurt : petit ruisseau, sais-tu ce que fait l'amour ?

Sous terre, le repos est frais ! Petit ruisseau, chante encore.

20. Des Baches Wiegenlied[modifier | modifier le code]

Repose-toi, repose-toi, Ferme les yeux! Voyageur fatigué, tu es à la maison.

Discographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]