Die Glocke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

50° 37′ 43″ N 16° 29′ 39″ E / 50.6287, 16.49424 ()

Vision d'artiste d'un "Haunebu", similaire aux objets volants décrits dans le projet "Die Glocke", ils auraient été prétendument photographiés par George Adamski, Reinhold Schmidt, Howard Menger, et Stephen Darbishire.

Die Glocke (la cloche en français) serait le nom de code d’un projet top secret qui aurait été développé par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale dans la lignée des Wunderwaffen. En fait, ce thème appartient à la mythologie qui entoure les activités de certaines officines nazies telles que l’Ahnenerbe et qui ont alimenté tant les fantasmes des amateurs d’ésotérisme que l’imagination des auteurs de science-fiction et d’uchronie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce projet a été exposé par le journaliste et auteur de science-fiction polonais Igor Witkowski dans son livre Prawda O Wunderwaffe sorti en 2000 qui se fonde sur des documents secrets SS prétendument retrouvés dans les archives de l’Union soviétique. Son existence n’est pas considérée comme prouvée et son utilité reste encore un mystère.

Selon Igor Witkowski, Die Glocke était peut-être une expérience de construction de système anti-gravité. Le site se situerait près de la mine de charbon de Ludwigsdorf (aujourd'hui Ludwikowice Kłodzkie en Pologne coordonnée exacte : 50° 37' 42.02" N 16° 29' 39.32" E ). Selon Witkowski, des vestiges de l'expérience seraient encore présents sur le site. Elle aurait nécessité une quantité très forte d'énergie, ce qui explique qu'une centrale électrique thermique ait été construite près de son site en 1941.

La cloche était dite comme extrêmement dangereuse, causant des pathologies cardiaques, des mutations et la mort des animaux placés près d'elle.[citation nécessaire]

L'essayiste Nick Cook a par la suite contribué à populariser le sujet[1] tout comme Joseph P. Farrell[2].

Citations[modifier | modifier le code]

Années 80[modifier | modifier le code]

L'essayiste allemand D.H. Haarmann von Hugin évoque le projet dans son Geheime Wunderwaffen. Zerrbild zwischen Täuschung und Tatsachen ainsi que des projets semblables « Haunebu » et « Vril »[3]. Il est suivi dans sa démarche par O. Bergmann, dans Deutsche Flugscheiben und U-Boote überwachen die Weltmeere.

Années 90[modifier | modifier le code]

Miguel Serrano évoque le projet dans son essai sur le sujet[4]. L'auteur révisionniste Ernst Zündel sous le pseudonyme de Christof Friedrich consacre 2 essais à ce sujet : Ufos: Nazi-Geheimwaffen?[5] et Hitler am Südpol. L'autrichien Norbert Jürgen Ratthofer en parle dans son Lichtreiche auf Erden.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

L'écrivain de science-fiction Wilhelm Landig a abondamment abordé le sujet dans ses romans. Le romancier James Rollins a évoqué le sujet dans son livre La Bible de Darwin, tout comme la nouvelle d'Hans Altmann Eine Deutsche Legende parue en 1999.Cette invention extraordinaire, qui permet aux objets d'échapper à la gravitation, est aussi l'élément central de l'intrigue dans le roman "La Conjuration des Ombres", de Scott Mariani (série mettant en vedette Ben Hope, un ancien soldat d'élite), et dans Der Trojaner d'Éric Verna (2013).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nick Cook, The Hunt for Zero Point, (2003)
  2. Joseph P. Farrell, SS Brotherhood of the Bell: The Nazi's Incredible Secret Technology, (Adventures Unlimited Press, 2006)
  3. D.H. Haarmann von Hugin, Geheime Wunderwaffen. Zerrbild zwischen Täuschung und Tatsachen, Hugin (1983)
  4. Miguel Serrano, Los ovnis de Hitler contra el nuevo orden mundial, 1993.
  5. Ernst Zündel's Flying Saucers

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]