Didjob Divungi Di Ndinge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Didjob Divungi Di Ndinge est un homme politique gabonais, né le 5 mai 1946[1], et vice-président de la République gabonaise depuis 1997.

Il est président de l'Alliance démocratique et républicaine (ADERE), qui fait partie de la majorité présidentielle supportant le président Omar Bongo Ondimba. Didjob Divungi Di Ndinge est le plus jeune frère de Pierre Claver Divounguy, l'ancien maire de la capitale économique du pays, Port-Gentil. Il est diplômé de l’École Nationale Supérieure d'Arts & Métiers (Arts et Métiers ParisTech).

Vie politique[modifier | modifier le code]

Divungi Di Ndinge devint le secrétaire général de l'ADERE en 1993[1]. Il était le candidat du parti pendant les élections présidentielles de décembre 1993[2] ; il annonça sa candidature le 12 octobre 1993[3], et à l'élection, il obtint 2,2 % des votes[3],[4]. Il fut nommé vice-président de la République en mai 1997[5]. Dans son rôle de vice-président, il assiste le président Bongo, mais il n'est pas le successeur constitutionnel à la présidence[2]. Après la réélection d'Omar Bongo aux élections présidentielles de décembre 1998, il a démissionné selon les exigences de la Constitution, mais retrouva ses fonctions le 23 janvier 1999, après que Bongo fut réélu pour un nouveau mandat[5]. Ndinge fut aussi renommé vice-président par Bongo en janvier 2006, à la suite des élections présidentielles de décembre 2005[6].

En fin 2007, à l'occasion du 40e anniversaire de la présidence de Bongo, Divungi Di Ndinge dit que Bongo fut « capable d'établir un lien fort avec les personnes de son entourage basé sur le dialogue et la tolérance »[7].

Le 6 mai 2009, à la suite de la mort d'Édith Sassou Nguesso, épouse de Bongo[8], il fut annoncé à la télévision gabonaise que Bongo « suspendait temporairement ses fonctions » en tant que président afin de « se reposer et de reprendre des forces ». Cette annonce mis l'accent sur le fait que Bongo avait été profondément affecté par la maladie et la mort de son épouse, et dit que Divungi Di Ndinge assurerait les fonctions présidentielles pendant que les activités de Bongo seraient suspendues[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b "Divungi Di Ndinge Didjob", Gabon : Les hommes de pouvoir n°4, Africa Intelligence, 5 mars 2002
  2. a et b Political Parties of the World (6e édition, 2005), ed. Bogdan Szajkowski, page 241. (Anglais)
  3. a et b Africa Research Bulletin(1993), page 11,183.
  4. Omar Diop, Partis politiques et processus de transition démocratique en Afrique noire (2006), page 553
  5. a et b "Gabon: Vice-president reappointed after resignation", AFP (nl.newsbank.com), 23 janvier 1999. (Anglais)
  6. "Gabonese president appoints new prime minister", Radio France Internationale (nl.newsbank.com), 21 janvier 2006. (Anglais)
  7. François Gouahinga, "Gabon: Uncertainty Looms as Bongo Marks 40 Years of Power", allAfrica.com, 3 décembre 2007. (Anglais)
  8. Wife of Gabon's President Bongo dies: report (anglais)
  9. "Gabon's Bongo temporarily stands down", AFP, 6 mai 2009. (Anglais)