Dicy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dicy
Image illustrative de l'article Dicy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Charny
Intercommunalité CC de l'orée de Puisaye
Maire
Mandat
Rose-Marie Vuillermoz
2014-2020
Code postal 89120
Code commune 89138
Démographie
Population
municipale
330 hab. (2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 56′ 03″ N 3° 06′ 27″ E / 47.9342, 3.1075 ()47° 56′ 03″ Nord 3° 06′ 27″ Est / 47.9342, 3.1075 ()  
Altitude Min. 125 m – Max. 194 m
Superficie 10,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dicy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dicy

Dicy est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Douchy
(Loiret)
Montcorbon (Loiret) Villefranche Rose des vents
N
O    Dicy    E
S
Chêne-Arnoult Charny Prunoy

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la campagne destinée à reconquérir d'importantes places fortes aux mains des Anglais ou des Bourguignons, Jeanne d'Arc et l'armée royale du futur Charles VII, venant de Gien pour se rendre à Auxerre, prirent gite au château de La Brulerie à Châteaurenard le 28 juin 1429. Puis, remontant la vallée de l'Ouanne jusqu'à Douchy, ils chevauchèrent par Dicy, Villefranche-Saint-Phal, Chevillon le 29 juin, où ils passèrent la nuit au château. Ils atteignirent Auxerre aux mains des Bourguignons le 1er juillet[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Claude Busson[2]    
mars 2014 → en cours Rose-Marie Vuillermoz[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 330 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
367 400 391 127 409 519 533 526 550
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
574 579 624 601 582 541 519 472 466
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
448 442 413 364 339 337 328 312 333
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
276 258 261 271 300 315 320 330 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • château de la Motte-des-Prés : bel édifice bien conservé avec tours d'angle et douves en eau, construit au XVIe siècle. Ses propriétaires successifs furent la famille de Saint-Phal (qui possède également des châteaux à Villefranche-Saint-Phal et à Cudot), puis la famille de Birague en 1665. Cette illustre famille était originaire de Mantoue (Italie) dont un des représentants Georges de Birague sera au service de Catherine de Medicis vers 1550 et anobli en 1614 dont aussi René de Birague (1506-1583), cardinal, Chancelier de France, l'un des instigateurs de la Saint-Barthélemy (cénotaphe au Musée du Louvre).
Début 1800, La Motte-des-Prés passe aux familles Dupont, Conseiller d'État (qui fait rebâtir le château en 1814), de Guillebon, maire de Dicy en 1828, Armynot du Chatelet, maire de Dicy en 1853, puis toujours par succession en 1882 à la famille Lefebvre de Nailly, actuelle propriétaire[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. En suivant Jeanne d'Arc, Marie Françoise Richaud et Paule Imbrecq, Plon, 1956, Fonds Jeanne d'Arc BnF
  2. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 17 décembre 2013.
  3. Résultats élections municipales 2014, [1], consulté le 30 mars 2014.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. Notes historiques sur Dicy, par l'abbé Regnier, curé de Villefranche et Dicy - Bulletin de la Société des sciences historiques de l'Yonne, année 1935