Dicoumarol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dicoumarol
Dicoumarol
Identification
Nom IUPAC 3,3'-méthanediylbis(4-hydroxy-2H-chromén-2-one)
No CAS 66-76-2
Code ATC B01AA01
SMILES
InChI
Apparence cristaux à odeur agréable, goût légèrement amer
Propriétés chimiques
Formule brute C19H12O6  [Isomères]
Masse molaire[1] 336,295 ± 0,0178 g/mol
C 67,86 %, H 3,6 %, O 28,55 %,
Propriétés physiques
fusion 287 à 293 °C
Solubilité Presque insol dans l'eau, l'alcool, l'éther.
Peu sol dans le benzène et le chloroforme.
Sol dans la pyridine, les solutions aqueuses alcalines
Précautions
Directive 67/548/EEC
Toxique
T
Dangereux pour l’environnement
N



SGH[2]
SGH08 : Sensibilisant, mutagène, cancérogène, reprotoxiqueSGH09 : Danger pour le milieu aquatique
Danger
H302, H372, H411,
Écotoxicologie
DL50 rats 541,6 mg·kg-1
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le dicoumarol est un composé organique de la famille des coumarines. Il s'agit formellement des deux molécules de 4-hydroxycoumarine liées par un pont méthyle.

Il est utilisé comme raticide, médicament pour infarctus. Il a pour origine: la fermentation du mélilot, graminées, ombellifères, aspérule odorante.

La série des anticoagulants a été inaugurée par l'héparine (F. C. Mac Lean, 1917) et par le dicoumarol (K. Link, 1941). Les premiers antihistaminiques ont été découverts vers 1940.

Le raticide, à la différence du piégeage ne permet pas de facilement retrouver et éliminer les cadavres de rats ou souris ou animaux involontairement empoisonnés (qui peuvent être vecteurs de microbes). Si la dose est élevée, le cadavre reste une source de poison s'il est lui-même mangé par nécrophage ou animal omnivore. L'hémorragie elle-même si elle est externe peut être source de dispersion de microbes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Numéro index 607-060-00-2 dans le tableau 3.1 de l'annexe VI du règlement CE N° 1272/2008 (16 décembre 2008)