Dichlorofluorométhane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dichlorofluorométhane
représentation du Dichlorofluorométhane
représentation du Dichlorofluorométhane
Identification
Nom IUPAC Dichlorofluorométhane
Synonymes

Fluorodichlorométhane
CFC-21
R-21
Halon 112

No CAS 75-43-4
No EINECS 200-869-8
SMILES
InChI
Apparence gaz incolore ou gaz comprimé liquefié, d'odeur caractéristique[1].
Propriétés chimiques
Formule brute CHCl2F  [Isomères]
Masse molaire[2] 102,923 ± 0,005 g/mol
C 11,67 %, H 0,98 %, Cl 68,89 %, F 18,46 %,
Propriétés physiques
fusion −135 °C[1]
ébullition 8,9 °C[1]
Solubilité dans l'eau : faible (10 g·l-1 à 20 °C)[1]
Paramètre de solubilité δ 17,0 MPa1/2 (25 °C)[3]
Masse volumique 3.57 (/ air)
d'auto-inflammation 522 °C[1]
Pression de vapeur saturante à 21 °C : 159 kPa[1]
Thermochimie
Cp
Précautions
Directive 67/548/EEC
Dangereux pour l’environnement
N



Transport
-
   1029   
SIMDUT[5]
A : Gaz comprimé
A,
Écotoxicologie
LogP 1,55[1]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le dichlorofluorométhane CHCl2F, également appelé Fréon 21, Halon 112 ou R21 selon la liste de réfrigérants, est un hydrochlorofluorocarbure (HCFC).

Applications industrielles[modifier | modifier le code]

Principales applications du dichlorofluorométhane avant l'interdiction d'emploi

  • Ancien réfrigérant
  • Agent propulseur
  • Pesticide
  • Agent d'extinction.

À cause de son impact sur les mécanismes de destruction de la couche d'ozone, depuis 2004, la production et la consommation de dichlorofluorométhane (R21) a été réduite à 15 % de son niveau de 1989 (Protocole de Montréal : L'accord international pour la protection de la couche d'ozone stratosphérique).

Propriétés[modifier | modifier le code]

  • Gazeux dans les conditions atmosphériques
  • Incolore
  • ininflammable
  • Odeur : légèrement éthérée
  • Ce fluide appartient a la famille des hydrochlorofluorocarbures (HCFC)

Masse molaire

  • Poids moléculaire  : 102,92 g/mol

Phase liquide

  • Masse volumique de la phase liquide (1,013 bar au point d'ébullition) : kg/m³
  • Equivalent gaz/liquide (1,013 bar et 15 °C) : vol/vol
  • Point d'ébullition (1,013 bar) : 8,9 °C
  • Chaleur latente de vaporisation (1,013 bar au point d'ébullition) : 25,2 kJ/kg

Point critique

  • Température critique  : 179 °C
  • Pression critique  : 51,7 bar

Phase gazeuse

  • Masse volumique du gaz (1,013 bar au point d'ébullition) : kg/m³
  • Masse volumique de la phase gazeuse (1,013 bar et 21 °C) : 3,82 kg·m-3
  • Facteur de compressibilité (Z) (1,013 bar et 15 °C) :
  • Densité (air = 1) (1,013 bar et 21 °C) : 3,82
  • Volume spécifique (1,013 bar et 21 °C) : 0,218 m³/kg
  • Chaleur spécifique à pression constante (Cp) (1,013 bar et 30 °C) : kJ/(mole.K)
  • Chaleur spécifique à volume constant (Cv) (1,013 bar et 30 °C) : kJ/(mole.K)
  • Rapport des chaleurs spécifiques (Gamma:Cp/Cv) (1,013 bar et 30 °C) :
  • Viscosité (1,013 bar et °C) : Poise
  • Conductivité thermique (1,013 bar et °C) : mW/(m.K)

Autres données

  • ODP (Ozone Destruction Power) : 0,040
  • GWP (Global Warming Potential) :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g DICHLOROMONOFLUOROMETHANE, fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. (en) James E. Mark, Physical Properties of Polymer Handbook, Springer,‎ 2007, 2e éd., 1076 p. (ISBN 0387690026, lire en ligne), p. 294
  4. (en) Carl L. Yaws, Handbook of Thermodynamic Diagrams, vol. 1, 2 et 3, Huston, Texas, Gulf Pub. Co.,‎ 1996 (ISBN 0-88415-857-8, 0-88415-858-6 et 0-88415-859-4)
  5. « Dichlorofluorométhane » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009