Diarmait mac Mail na mBo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diarmait mac Mail na mBo
Titre
Haut-roi d'Irlande en opposition
1064 – 1072
Prédécesseur Donnchad mac Briain
Successeur Toirdelbach Ua Briain
Biographie
Dynastie Uí Cheinnselaigh
Date de décès 1072
Père Donnchad Mail na mBo mac Domnall Cloen
Enfant(s) Murchad mac Diarmata, Énna, Glun Iairn.

Diarmait mac Mail na mBo (mort en 1072) fut roi de Leinster de 1042 à sa mort, prétendant au titre de Haut-Roi d'Irlande (ard ri Érenn) de 1064 à 1072[1]. Il règne également sur le royaume de Dublin de 1052 à 1072 et étend son autorité sur l'Ile de Man de 1061 à 1070.Il fut l'un des rois irlandais les plus importants de l'époque précédant la conquête de l'Angleterre par les Normands. Il fut également l'ancêtre de Diarmait MacMurrough.

Origine[modifier | modifier le code]

Diarmait mac Mail na mBo est le fils aîné de Donnchad mac Diarmait (fl. 1003) et d' Aife la fille de Gilla Patraic mac Donnchada roi d'Osraige. son surnom mac Máel na mBo c'est-à-dire « serviteur du bétail  » est l'identification habituelle de son père la dynastie de Diarmait est celle des Uí Cheinnselaigh implantés dans le sud-ouest du Leinster autour de Ferns, dans le sud-est du comté de Wicklow et tombée dans l'obscurité pendant plusieurs siècles[2].

Roi de Leinster[modifier | modifier le code]

Le drapeau de Leinster

Diarmait devient roi des Uí Cheinnselaigh en 1030 après la mort de Tadg mac Lorcain au cours d'un pèlerinage à Glendalough [3]. Il apparaît ensuite dans les chroniques d'Irlande en 1036 lorsqu'il aveugle un rival. En 1037 il s'assure le contrôle de la ville viking de Waterford, ce qui facilite sa prise de contrôle sur l'ensemble du Laigin après la mort en 1042 du roi Murchad mac Dunlaing lors d'un combat contre l'Osraige[4].

Diarmait mac Mail na mBo s'allia ensuite avec Niall mac Eochada, roi d'Ulaid, qui l'aide à étendre son autorité sur les royaumes de Mide, Brega et Dublin, qui étaient sous l'autorité théorique du « Haut Roi ». Ce dernier, qui exerçait jusque là sa suzeraineté sur le royaume de Dublin ne peut l'empêcher de tomber sous la coupe de Diarmait.

Conquérant et prétendant Ard ri Érenn[modifier | modifier le code]

En 1041 il commence un conflit avec Donnchad mac Briain, roi de Irlande et prétendant au titre de « Haut-Roi d'Irlande » c'est-à-dire ard ri Erenn qui est également le père de l'épouse de Diarmait, Derborgaill, la mère de son héritier Murchad. Donnchad brûle Ferns dans le comté de Wexford, comme vengence Diarmait attaque Killeshin dans le comté de Laois. En 1048 Donnchad oblige Diarmait à se soumettre, Diarmait se débarrasse rapidement de son allégenace en menant un raid contre le Munster.

Diarmait s'implique dans ses premières aventures outremer en 1051 quand il offre un refuge à deux nobles anglo-saxons, Harold et son frère Léofwine Godwinson, pendant leur exil d'Angleterre[2]. À l'été de 1052 il a fourni ses invités une flotte afin de se rétablir en Angleterre car en 1052 Diarmait a capturé l'importante ville viking de Dublin après avoir forcé le roi Margad Ragnaldson à fuir[5]. En dépit de sa montée en puissance, en 1049 et 1053, il est de nouveau contraint de se soumettre à Donnchad mac Briain[2].

Utilisant le royaume de Dublin comme base, Diarmait débute des raid vers le nort et en 1053 son armé attaque le royaume de Mide, qu'il razzie à trois reprises, en 1059, 1068 et 1072. En 1054 il s'allie avec Gilla Pátraic de Osraige pour un raid sur Munster, et en 1057 il fait un raid sur l'île Scattery. In 1058 Diarmait fait alliance avec le neveu de Donnchad Ó Briain, Toirdelbach Ua Briain, qui deteste son oncle à cause du rôle qu'il a joué dans le meurtre de son père Tadg mac Briain. Les alliés razzient Limerick et Diarmait defait Donnchad dans les Galtee Mountains. Diarmait revient l'année suivante et incendie les forts de Donnchad[2].

Diarmait s'implique de nouveau dans des affaires hors de l'Irlande en 1058, lors d'une tentative de conquête de l'Angleterre par le norvégien Magnus fils et héritier roi Harald Hardrada qui utilise les troupes de Dublin[6]. Cette expédition incite Diarmait à intervenir sur un autre objectif, et en 1061 son fils Murchad mac Diarmata conduit une flotte dans l'île de Man, où il oblige le vieil ennemi de son père Margad Ragnaldson doit payer tribut[7].

Diarmait combat lui-même pour annihiler définitivement le pouvoir de son beau-père, Donnchad, et en 1062 allié avec Toirdelbach ils défont l'armée de Donnchad à Cleghile dans le comté de Tipperary[2] et Donnchad se soumet à son tour à Diarmait. L'assassinat politique est aussi utilisé par Diarmait, quand avec Toirdelbach il paient Áed Ó Conchobar 30 onces d'or pour tuer un prince rival en 1066[2]. L'abdication et la mort de Donnchad en 1064 le laisse sans rival dans ses prétentions au titre d'ard ri Érenn.

Après que son allié Harold Godwinson a été tué en , la cour de Diarmait devient l'un des centres de la résistance des Anglo-Saxons[2]. Il donne refuge à la famille d'Harold, notamment à ses fils, Godwine, Edmund, et Magnus, et les appuie dans leurs vaines tentatives d'invasion de l'Angleterre en 1068 et 1069[8].

Le malheur marque les dernières année du règne de Diarmait, après la mort de ses fils Glúniairn et Murchad en 1070[9]. Il ne vient à bout de désordres dans le Leinster cette année qu'avec l'asssitance de Toirdelbach Ua Briain, qui est obligé de réintervenir l'année suivante[2]. En 1071 la guerre éclate dans la propre famille de Diarmait entre son petit-fils Domnall mac Murchada et son neveu Donnchad mac Domhnall [10].

Le vieux roi lance une expédition en 1072, dans le royaume de Mide, mais il est tué à la bataille d'Odba, le 7 février 1072 par Conchobar Ua Maelsechalinn. Les annales des quatre maîtres dépeignent ainsi sa mort :

« Diarmaid, fils de Mael-na-mBo, Roi de Leinster, des étrangers de Ath-cliath, et de Leath-Mogha-Nuadhat, fut tué et décapité à la bataille de Odhbha, le jeudi, lors du septième jour des îdes de février. En outre, de nombreuses centaines d'étrangers et d'hommes de Leinster, ainsi que des Diarmaid furent également exterminés lors de cette bataille. Fut également tué Gillaphadraig O'Fearghaile, Seigneur des Fortuatha. »

— Annales des quatre maîtres AFM 1072.3

Union et descendance[modifier | modifier le code]

Diarmait mac Mail na mBo épousa Derbforgaill (morte en 1080) [11], fille de Donnchad mac Briain dont :

Précédé par Diarmait mac Mail na mBo Suivi par
Murchad mac Dúnlaing
Roi de Leinster
1042-1072
Domnall mac Murchada
Margad Ragnaldson
Coat of arms of the Isle of Man.svg
Roi de l’Île de Man
1061 - 1070
Fingal Godfredson
Donnchad mac Briain
Haut Rois d'Irlande (Prétendant)
1064-1072
Toirdhealbhach Ua Briain

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le Livre de Leinster « Rig Érenn co Fressabra » (i.e: Haut-roi en opposition).
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Benjamin T. Hudson « Diarmait mac Máel na mBó (d. 1072) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  3. Annales des quatre maîtres AFM 1030.16
  4. Annales des quatre maîtres AFM 1042.9
  5. Annales d'Ulster 1052.8
  6. Annales de Tigernach: AT 1058.4
  7. Annales de Tigernach 1061.3 & Annales des quatre maîtres: AFM 1060.6
  8. Chronique Anglo-saxonne AD 1068
  9. annales d'Ulster AU 1070.2
  10. Annales des quatre maîtres AFM 1071.12
  11. Annales d'Ulster: AU 1080
  12. Annales des quatre maîtres: AFM 1070.8

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Benjamin T. Hudson « Diarmait mac Máel na mBó (d. 1072) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  • (en) Francis J.Byrne Irish Kings and High-Kings, Courts Press History Classics Dublin (2001) (ISBN 1 851 182 196)