Diango Cissoko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cissoko.
Diango Cissoko
Fonctions
Premier ministre malien
(intérim)
11 décembre 20125 septembre 2013
(8 mois et 25 jours)
Président Dioncounda Traoré (intérim)
Ibrahim Boubacar Keïta
Prédécesseur Modibo Diarra (intérim)
Successeur Oumar Tatam Ly
Biographie
Date de naissance 1948 (65-66 ans)
Nationalité malienne
Diplômé de Université Pierre-et-Marie-Curie
Université de Rouen
École nationale de la France d'outre-mer

Diango Cissoko
Premiers ministres maliens

Diango Cissoko, né en 1948, est un homme politique malien, Premier ministre de transition du 11 décembre 2012 au 5 septembre 2013.

Administrateur civil diplômé de l'École nationale de l'administration du Mali (Section administration générale), Diango Cissoko est titulaire d'un doctorat d’État en droit de l'Université de Rouen[1].

Carrière administrative[modifier | modifier le code]

Dans l'administration malienne, il a été successivement :

  • Directeur des services pénitentiaires et directeur de la prison centrale de Bamako,
  • Directeur national de la Fonction publique et du personnel,
  • Directeur de cabinet du ministre du Travail et de la Fonction publique et membre de la Commission nationale de réforme administrative,
  • Ministre de la Justice, Garde des Sceaux,
  • Secrétaire général de la Présidence de la République,
  • Gouverneur suppléant du FMI, de la Banque mondiale, de la Banque islamique de développement (BID), de la Banque africaine de développement (BAD), du Fonds africain de développement (FAD), et Gouverneur de la Banque mondiale,
  • Administrateur civil au Ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités locales,
  • Directeur de cabinet du Premier ministre,
  • Médiateur de la République.

À signaler que Diango Cissoko a enseigné dans plusieurs grandes écoles de la place telle que : l’École des Hautes Études Pratiques (EHEP), l’École nationale d'administration (ENA), l’École nationale d'ingénieurs (ENI), l’Institut de Gestion et de Langues Appliquées aux Métiers (IGLAM), le Centre de Formation et d’Appui Conseil pour le Développement local (DELTA-C), l’université de Bamako[réf. souhaitée].

Publications[modifier | modifier le code]

Diango Cissoko est auteur de plusieurs publications sur entre autres thèmes le droit pénal général et la science pénitentiaire, la rédaction administrative, la justice, la fonction publique, la science administrative. Son ouvrage intitulé Rédaction administrative publié en 2005[2] a été honoré par le prix Malouet (2006) de l'Académie des sciences morales et politiques de l’Institut de France[3].

Diango Cissoko est membre de plusieurs organismes internationaux, tels l'Institut international de Droit d’expression et d’inspiration françaises (IDEF), l’Association internationale de la Fonction publique (AIFP), le Groupe de travail Franco-africain sur la gouvernance au Sud.

Diango Cissoko est officier de l’ordre national du Mali.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Fonction publique en Afrique Noire : le cas du Mali, Publ. de l'Université de Rouen, 1986, 298 p. (ISBN 2-902618-70-0) (texte remanié de la thèse soutenue en 1985 [1])
  2. Diffusion restreinte (hors catalogues). N'est pas, non plus, dans le Catalogue des imprimés de l'Institut.
  3. Prix décerné à un professeur de l'enseignement secondaire en France, ayant au moins quatre enfants, qui par ses mérites professionnels (soit de l'ordre scientifique, soit de l'ordre littéraire) et par son dévouement à sa famille, mériterait une marque d'estime publique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]