Diane von Fürstenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
photographie de Diane von Fürstenberg
Diane von Fürstenberg en 2009

Diane von Fürstenberg, auparavant Princesse Diane von Fürstenberg (Diane Prinzessin zu Fürstenberg), née Diane Simone Michelle Halfin le 31 décembre 1946 à Bruxelles[1], est une créatrice de mode féminine, business woman et activiste belgo-américaine.

Elle est la fondatrice et co-présidente de la société Diane von Fürstenberg (DVF), une marque lifestyle de luxe qui distribue prêt-à-porter féminin, chaussures, sacs à main et accessoires. Le siège de l'entreprise est situé à New York. Les collections de la maison de couture sont distribuées dans plus de 70 pays et 1500 points de vente.

Elle est en outre présidente du Conseil des créateurs de mode américains, dont elle avait reçu le prix Geoffrey Beene Lifetime Award en 2005, la récompensant pour son impact et son influence dans la mode.

Diane von Fürstenberg a lancé une collection de lunettes Google Glass, après que celles-ci aient été portées lors de son défilé prêt-à-porter printemps-été 2013 à la New York Fashion Week.[2]

Elle a également lancé sa propre émission de télé-réalité, House of DVF, dont la première saison a été diffusée en novembre et décembre 2014 sur la chaîne E!.[3]

En 2014, elle est désignée 68ème femme la plus puissante du monde par le magazine Forbes, faisant d'elle également la femme la plus puissante de l'univers de la mode.[4]

Les créations de Diane von Fürstenberg ont été portées par de très nombreuses célébrités, notamment Michelle Obama, la Duchesse de Cambridge, Madonna, Jessica Alba, Blake Lively et Jennifer Lopez.

Biographie[modifier | modifier le code]

La Belge Diane von Fürstenberg, nom de son premier mariage à l'âge de 18 ans, arrive à 23 ans à New York. À 30 ans, elle fait la couverture de Newsweek grâce à sa création emblématique, exposée au Costume Institute du MoMA, la « wrap dress »[5].

Elle épousa en premières noces à Montfort-l'Amaury le 16 juillet 1969 le prince Egon von Furtensberg, dont elle eut 2 enfants, avant de divorcer en 1972. Elle épousa ensuite en 2001 l'industriel et spécialiste du télé-achat Barry Diller, avec qui elle promet, en 2010, de reverser 50 % de sa fortune à des organisations caritatives, dans le cadre de « The Giving Pledge »[6]. Elle débute dans la mode vers les années 1970[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Diane von Fürstenberg, Diane: A Signature Life, Simon & Schuster, 1998. ISBN 978-0684843834.
  • Diane von Fürstenberg, The Woman I Wanted to Be, Simon & Schuster, 2014. ISBN 978-1451651546.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Judith A. Leavitt, American Women Managers and Administrators: A Selective Biographical Dictionary of Twentieth-Century Leaders in Business, Education, and Government, éd. Greenwood Publishing Group, 1985, p. 276, extrait en ligne
  2. « FASHION GEEK ALERTE : DIANE VON FURSTENBERG REDESSINE LES GOOGLE GLASS », sur http://www.grazia.fr
  3. (en) « House of DVF », sur http://www.dvf.com
  4. (en) « The World's 100 Most Powerful Women », sur Forbes (consulté le 26 juin 2014)
  5. Philippe Coste, « Diane von Furstenberg - Reine du style », L'Express, no 3199,‎ 24 octobre 2012, p. 73 (ISSN 0014-5270)
  6. http://givingpledge.org/#barry_diller
  7. « Diane Von Furstenberg : la visionnaire du style », sur Madame Figaro (consulté le 13 novembre 2014)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]