Diane de Beausacq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marie Joséphine de Suin, comtesse de Beausacq par son mariage, née le 3 octobre 1829 à Cherbourg et morte le 19 décembre 1899 dans le 8e arrondissement de Paris[1], est une femme de lettres française connue sous le nom de ville de Comtesse Diane de Beausacq et le nom de plume de Comtesse Diane.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille du vice-amiral Marie-Alfred de Suin (1796-1861), préfet maritime à Lorient, et épouse du comte Alfred-Henri de Beausacq, dont elle eut un fils Raoul-Denis, officier de marine[2], Diane de Beausacq tint salon à Paris où elle recevait notamment Jane Dieulafoy, Pierre Loti, Henri Martin, Sully Prudhomme, Jean Aicard, José-Maria de Heredia, Georges Thiébaud, Jules Ricard, Édouard Hervé, Hélène Vacaresco. Grande voyageuse (elle visita l'Europe, mais aussi l'Asie et l'Afrique), elle se lia à la première reine de Roumanie qui écrivait sous le pseudonyme de Carmen Sylva. Elle fut reçue officier d'Académie et de l'ordre roumain du Ben mérité. Elle fut aussi décorée de la Croix des ambulances et de la société d'encouragement au bien, médaille de Chicago. Elle publia ses maximes et réflexions à partir de 1883. Parmi ses descendants actuels figure Marie-Laure de Beausacq.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Maximes de la vie, édit. Ollendorf, 1883.
  • Livre d'or de la comtesse Diane, édit Ollendorf, 1886.
  • Les Glanes de la vie

Armoiries[modifier | modifier le code]

de Beausacq : d’azur au château ouvert flanqué de deux tours et sommé d’un troisième tour, sur laquelle flotte une bannière, le tout d’argent, au lion rampant d’or, tenant une épée d’argent, posé dans l’ouverture du château.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, état-civil numérisé du VIIIe arrondissement de Paris, registre des décès de l'année 1899, acte no 2251 (vue 22/39 de la numérisation). Elle meurt, veuve, à son domicile situé au no 41 de la Rue d'Amsterdam.
  2. Chaix d’Est-Ange, ‘’dictionnaire des familles françaises ancienne ou notable à la fin du XIXe siècle‘’.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Henri Carmoy, Dictionnaire biographique international des écrivains, éditions G. Olms, 1987 (ISBN 348706703X et 9783487067032).

Article connexe[modifier | modifier le code]