Diakhao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diakhao
Pépinière à Diakhao
Pépinière à Diakhao
Administration
Pays Sénégal Sénégal
Région Fatick
Département Fatick
Démographie
Population 3 429 hab.
Géographie
Coordonnées 14° 28′ 00″ N 16° 18′ 00″ O / 14.46667, -16.3 ()14° 28′ 00″ Nord 16° 18′ 00″ Ouest / 14.46667, -16.3 ()  
Altitude 3 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (administrative)

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Diakhao

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (relief)

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Diakhao

Diakhao (ou Jaxaaw en sérère[1]) est une ville de l'ouest du Sénégal. Érigée en commune en 2011[2], elle fait partie du département de Fatick et de la région de Fatick.

Histoire[modifier | modifier le code]

Diakhao fut la dernière capitale du royaume du Sine[3]. Plusieurs sites ont été classés par les Monuments historiques[4]. Il s'agit de la Maison Royale, de la tombe du Maad a Sinig Coumba Ndoffène Famak Diouf (roi du Sine), des tombes des Guelwar, des tombes des Linguères et du baobab Kanger, lieu de libation des rois du Sine.

En 1867, à la Surprise de Mbin o Ngor (une attaque surprise contre les Sérères par le marabout musulman qui a précipité la Bataille de Fandane-Thiouthioune), Diakhao a été brûlée par les marabouts. Afin de reconstituer sa capitale (Diakhao), Maad a Sinig Coumba Ndoffène Famak Diouf met en place de nouvelles mesures fiscales à travers le Sine. Bien que Maad a Sinig Coumba Ndoffène Famak réussisse à élever et percevoir les impôts dans d'autres régions, il échoue à Joal, occupée par l'administration française. Pendant des années il tente d'exercer son autorité sur Joal. En août 1871, il se rend à Joal pour régler le problème et se fait assassiner[5],[6],[7].

Administration[modifier | modifier le code]

Avant d'être une commune, Diakhao était le chef-lieu de la communauté rurale de Diakhao.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les localités les plus proches sont Sorokh, Gadoguene, Ndidor, Tela, Maronem, Ngekor, Ndofene, Ndofane, Ndielem Farha, Bacodiol, sarar, kao, mbimor, ndoffane mourite, famb, marane, sandook

Population[modifier | modifier le code]

Diakhao est une partie du pays Sérère[8],[9]. Selon le PEPAM (Programme d'eau potable et d'assainissement du Millénaire), Diakhao compterait 3429 habitants et 388 ménages[10].

Personnalités nées à Diakhao[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Gravrand, Henry, La Civilisation Sereer - Cosaan, Nouvelles Éditions africaines (1983), p. 202, (ISBN 2723608778)
  2. Décret no 2011-426 du 29 mars 2011 portant création de la Commune de Diakhao et de la Communauté rurale de Thiaré Ndialgui, dans le Département de Fatick, publié au Journal officiel de la République du Sénégal, no 6585 du jeudi 28 avril 2011 [1]
  3. (en) Michael J. Sheridan, Celia Nyamweru. African sacred groves: ecological dynamics & social change. James Currey, 2008. ISBN 0821417894. p. 141
  4. Arrêté du 27 mars 2003 [2]
  5. (fr) Sarr, Alioune, "Histoire du Sine-Saloum (Sénégal)." Introduction, bibliographie et notes par Charles Becker. Version légèrement remaniée par rapport à celle qui est parue en 1986-87. p. 37-39
  6. (en) Klein, Martin A., "Islam and Imperialism in Senegal, Sine-Saloum 1847–1914." Edinburg University Press (1968). (ISBN 85224 029 5)[à vérifier : La longueur du numéro ISBN devrait être 10 ou 13 et non 9, demandé le 22 août 2014]. p. 56-106
  7. (fr) L'epopee de Sanmoon Fay. Ethiopiques no 54 revue semestrielle de culture négro-africaine Nouvelle série volume 7 2e semestre 1991
  8. (en) Lucie Gallistel Colvin. The Uprooted of the western Sahel: migrants' quest for cash in the Senegambia. Praeger, 1981. p. 151-156
  9. (fr)RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL
  10. (fr) Diakhao sur le site PEPAM

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]