Diadumène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le fils de l'empereur Macrin, voir Diaduménien.
« Diadumène de Délos », Musée national archéologique d'Athènes
Torse du « Diadumène de Vaison-la-Romaine », British Museum
Tête du type du Diadumène, musée du Louvre

Le Diadumène est une célèbre statue attribuée au sculpteur grec Polyclète (Ve siècle av. J.-C.). Elle était originellement en bronze, mais les seuls exemplaires que nous en ayons conservés sont des copies en marbre.

Représentation[modifier | modifier le code]

Elle représente un jeune athlète ceignant sa tête du bandeau de la victoire, d'où son nom : διαδούμενος / diadoúmenos, « celui qui se ceint du bandeau », de διαδέω / diadéô, « attacher, ceindre »[1].

La statue illustre parfaitement les principes énoncés par Polyclète dans son Canon : la hauteur totale équivaut à sept fois et demi la hauteur de la tête, qui est également la longueur du pied posé et la distance entre les deux pointes des seins. Le torse s'inscrit dans un carré.

Pièce emblématique du premier classicisme, le Diadumène mêle l'équilibre au dynamisme, grâce à une savante coordination de la torsion des épaules et des hanches, de la tête et des jambes. Pour équilibrer leur marbre, les copistes ont dû ajouter un étai sous la forme d'un tronc d'arbre, qui était absent de l'original en bronze.

Les copies qui nous sont parvenues présentent de légères variations. Ainsi, celle du Musée archéologique d'Athènes, l'une des plus anciennes, ajoute au tronc d'arbre un carquois et un manteau, évocations du dieu archer Apollon.

Attribution[modifier | modifier le code]

Polyclète était célèbre pour ses représentations d'athlète. On lui attribue également la paternité du Doryphore (soldat portant une lance), dont le Diadumène se rapproche. Le Diadumène est attribué au bronzier d'Argos par Lucien de Samosate et Pline l'Ancien.

Exemplaires[modifier | modifier le code]

Une trentaine de copies en marbre nous sont parvenues, parmi lesquelles deux sont les plus étudiées :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Der sich das Stirnband umlegende », selon P.W. Hartmann, Das grosse Kunstlexikon
  2. « Le Diadumène de Vaison a été livré en 1868, sur place, aux Trustees du British Museum, pour la somme nette de 25 000 francs, après plusieurs refus du département des Antiques du Louvre auquel le propriétaire l'avait offert pour une somme relativement minime » : Charles Lenthéric, Le Rhône, histoire d'un fleuve, Plon, 1892, t. II, p. 107.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • B. Holtzmann et A. Pasquier, Histoire de l'art antique : l'art grec, Documentation française, coll. « Manuels de l'École du Louvre », Paris, 1998.
  • Ph. Jockey, Sculptures déliennes, École française d'Athènes, Sites et Monuments XVII, diffusion De Boccard, Paris, 1996.