Di indigetes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les di indigetes étaient une catégorie de dieux de la Rome antique, qui s'opposait aux di novensides (ou novensiles) empruntés à d'autres peuples. Ils étaient les dieux d'origine de la religion et de la mythologie romaines primitives. Cette catégorisation est due au philologue allemand et spécialiste de l'histoire de Rome Georg Wissowa. Elle est aujourd'hui partiellement abandonnée.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Aux origines de la Rome antique, les Romains n'avaient pas les mêmes croyances que durant l'époque classique. En effet, une multitude de dieux les accompagnait en toute chose, sans qu'il y ait une vraie mythologie établie pour chacun d'entre eux[réf. nécessaire], et il faudrait parler de « divinité » plutôt que de dieu ou de déesse. La religion des premiers Romains était plutôt de type animiste (un dieu ou un esprit est responsable d'une chose), et attribuait à une puissance supérieure et incontrôlable chaque événement de la vie[réf. nécessaire]. Les dieux et les déesse n'étaient pas non plus clairement définis physiquement[réf. nécessaire] comme pouvaient l'être les principaux dieux du Panthéon que l'on retrouve durant l'Empire romain, ce qui explique leur quasi disparition au profit des dieux majeurs bien mieux connus[réf. nécessaire]. Cette religion était dans les premiers temps, et dans le cas des di indigetes, une religion privée, sans clergé, et chacun invoquait l'un ou l'autre dieu selon ses besoins.

La plupart des di indigetes sont des divinités mineures qui personnifiaient les activités quotidiennes et les valeurs romaines originelles, et que l'on invoquait lorsqu'on en avait besoin. Seuls quelques-uns sont des dieux majeurs que l'on retrouve dans la mythologie romaine classique. Ils démontrent l'importance accordée, aux origines de Rome, aux éléments qu'ils incarnent. Les offrandes et prières étaient alors scrupuleusement respectées. La plupart des fonctions et des rôles attribués aux di indigetes étant soit des fonctions féminines, soit correspondant à un nom commun au féminin, une grande majorité des di indigetes sont des divinités féminines.

Indiges est un terme de latin classique qui s'applique notamment à Sol (dieu solaire primitif) et au Jupiter de Lavinium, puis à Énée. Ce terme contient une notion d'origine selon Wissowa[1], mais cette étymologie est actuellement rejetée. Deux hypothèses quant au sens cohabitent aujourd'hui. La première suppose que cela signifie « celui à qui l'on parle à l'intérieur de soi » et pourrait être liée aux pratiques religieuses établies avant la mise en place d'un clergé. L'autre hypothèse évoque un sens possible de « celui qui montre la voie (à prendre) » (on pourrait alors rapprocher le terme Indigitamenta).

Les di indigetes[modifier | modifier le code]

Nom Fonction
Abeona Déesse du départ et des enfants qui quittent le foyer[2]. Voir aussi Adeona
Abundantia Déesse du bonheur, de la chance et de l'abondance, aussi appelée Annona. Gardienne de la corne d'abondance.
Adeona Déesse du retour, notamment du retour des enfants au foyer parental[3]. Voir aussi Abeona.
Aequitas Déesse du commerce et des marchands honnêtes. Aussi nommée Aecetia.
Aera Cura Déesse des Enfers.
Aeternitas Déesse du temps perpétuel.
Africus Dieu du vent du sud. Par la suite confondu avec le dieu grec Lips, dieu du vent aussi.
Aius Locutius Dieu qui se manifesta sous la forme d'une voix sortant des cieux prévenant les Romains de l'invasion des Gaulois de la tribu des Sénons en 390 av. J.-C.
Alemona Déesse qui protège et nourrit les enfants qui ne sont pas encore nés. Aussi appelée Alemonia.
Angerona Déesse des secrets, qui pouvait aussi soulager de la douleur. Gardienne du nom secret de Rome.
Angita Déesse des remèdes et de la magie, ainsi que des poisons. Peut-être la même déesse qu'Angitia.
Angitia Déesse des poisons et des remèdes. On trouve aussi Angitiae, ce qui indique qu'il pourrait s'agir d'un terme collectif.
Anna Perenna Déesse de la nouvelle année, qui assure la nourriture.
Antevorte Déesse de l'avenir.
Aquilo Dieu du vent du nord.
Aurora Déesse de l'aurore.
Auster Dieu des vents du sud.
Averna Déesse des morts.
Bellona Déesse de la guerre identifiée par la suite avec la déesse grecque Eryo. Parfois considérée comme l'épouse ou la sœur de Mars. Elle est aussi appelée Duellona. Elle représente la guerre sanguinaire.
Bona Dea Déesse de la fertilité, de la guérison, de la virginité et des femmes.
Bubona Déesse des troupeaux et des chevaux. Ensuite identifiée à la déesse gauloise Epona, populaire dans les légions romaines.
Camenae Déesses des puits et des sources.
Candelifera Déesse de l'accouchement, que les femmes en train d'accoucher invoquent.
Cardea Déesse du seuil de la maison et des gonds des portes.
Carmenta Déesse de la naissance et de la divination. Aussi nommée Carmentis.
Carna Déesse des organes vitaux.
Catillus Fondateur légendaire de la ville de Tibur, du nom de son fils Tiburtus, (aujourd'hui Tivoli).
Cinxia Déesse présidant aux mariages, plus tard assimilée à Junon (Juno Cinxia).
Clementia Déesse du pardon et de la pitié.
Cloacina Déesse qui protégeait la chasteté du mariage. Ensuite identifiée à Vénus Cloacina.
Cocles Déification du légendaire Horatius Coclès, symbole de pugnacité.
Coelus Dieu du ciel.
Concordia Déesse de l'entente et de l'harmonie, notamment dans le mariage.
Conditor Dieu de l'entreposage du grain dans les granges. Célébré lors des flamen cerealis.
Consus Dieu des grains, qu'ils soient dans le sol ou le grenier. Célébré principalement chez les paysans. Ils le célébraient deux fois par an, pendant le mois de Sextilis et celui de décembre. Il est lié à la déesse Ops, célébrée cinq jours après lui.
Convector Dieu du transport des céréales pendant les moissons. Célébré lors des flamen cerealis.
Copia Déesse de la santé et de l'abondance.
Corus Dieu du vent du nord-ouest.
Cuba Déesse du sommeil, notamment celui des jeunes enfants.
Cunina Déesse des jeunes enfants.
Cura Déesse qui créait les hommes à partir d'argile.
Curiatii Déification des Curiaces, symbole de la persévérance.
Dea Dia Déesse de la croissance.
Dea Tacita Déesse des morts.
Devera Déesse des balais employés pour purifier les temples.
Deverra Déesse des femmes en train d'accoucher et des sages-femmes.
Di Penates Dieux de la maisonnée.
Dia Déesse de la jeunesse.
Disciplina Déesse de l'obéissance.
Discordia Déesse de la querelle et des conflits.
Dius Fidus Dieu des serments, ensuite identifié à Jupiter.
Domiduca Déesse invoquée lors des noces pour que les mariés arrivent sains et saufs dans leur nouvelle demeure. Associée à Domiducus, puis identifié à Junon (Junon Domiduca).
Domiducus Dieu invoqué lors des noces pour que les mariés vivent en paix dans leur nouvelle demeure. Associé à Domiduca.
Domitius Dieu qui veillait sur les épouses lorsqu'elles restaient seules au foyer familial.
Duellona Déesse de la guerre identifiée par la suite avec la déesse grecque Eryo. Parfois considérée comme l'épouse ou la sœur de Mars. Elle s'appelle aussi Bellona.
Edusa Déesse de la nourriture qui veillait sur les jeunes enfants lorsqu'ils mangeaient leurs premiers aliments solides.
Egeria Déesse de la sagesse ou déesse des fontaines et des naissances
Egestes Déesse de la pauvreté.
Empanda Déesse de l'espoir, de l'amitié et de la générosité.
Endovelicus Dieu de la santé et du bien-être.
Evander Fondateur légendaire de Pallantium, ville située au pied du mont Palatin ensuite intégrée à Rome.
Eventus Bonus Déesse de la réussite agricole et commerciale.
Fabulinus Dieu des premiers mots des jeunes enfants.
Facunditas Dieu des moissons, des récoltes et des vendanges.
Fama Déesse de la réputation et de la rumeur.
Fauna (Dona Dea) Déesse de la Terre, déesse-mère.
Faunus Dieu de la vie sauvage et de la fertilité. Aussi protecteur des troupeaux sous le nom de Lupercus.
Faustitas Dieu protecteur du bétail et des troupeaux.
Favonius Dieu du vent d'ouest.
Febris Déesse qui protégeait de la fièvre et de la malaria.
Felicitas Dieu de la réussite et du succès.
Ferentina Déesse protectrice de la cité de Ferentinum, dans le Latium, puis protectrice des cités romaines et de l'empire romain.
Feronia Déesse rurale des bois et des fontaines.
Fides Déesse de la loyauté.
Flora Déesse du printemps et de l'éclosion des fleurs.
Fontus Dieu des puits et des sources.
Fornax Déesse du pain et de la boulangerie.
Fortuna Déesse du destin.
Fraus Déesse de la tricherie, équivalent romain de la déesse grecque Apate.
Fulgora Déesse de la foudre et des éclairs.
Furina Une des plus anciennes déesses dont la fonction reste mal connue, peut-être associée à l'eau ou aux voleurs. Vénérée au mois de juillet.
Honos Dieu des honneurs et des charges militaires.
Horatii Déification des Horaces, symbole d'intelligence tactique.
Imporcitor Dieu du tracé des sillons lors des labours. Célébré lors des flamen cerealis
Invidia Déesse de la jalousie.
Inuus Dieu de la fertilité, des rapports sexuels et protecteur des troupeaux.
Jana Déesse des portes et des gonds (proche de Janus).
Janus Dieu gardien des passages couverts et des croisements. Le plus souvent représenté sous sa forme de Janus bifrons.
Junon Déesse qui règne sur les dieux et sur le ciel.
Jupiter Dieu qui règne sur les dieux et sur le ciel.
Justitia Déesse de la justice.
Juturna Déesse des lacs, des fontaines, des puits et des sources.
Juventas Déesse de la jeunesse.
Lactans Déesse de l'agriculture.
Larenta Déesse de la terre, surnommée Dea Tacita (la déesse silencieuse).
Lares Gardien des esprits de la maison et des champs.
Laverna Déesse des Enfers. Selon Plaute et Horace, aussi déesse des voleurs.
Levana Déesse invoquée lorsque le père tient dans ses bras le nouveau-né pour le reconnaître.
Liber Dieu de la fertilité.
Libera Déesse de la fertilité.
Liberalitas Déesse de la générosité.
Libertas Déesse de la liberté.
Libitina Déesse des funérailles.
Lima Déesse des seuils, qui écartait ce qui pouvait être néfaste de ceux qui rentrent dans un bâtiment.
Lua Déesse à laquelle les soldats donnaient en offrande les armes et les enseignes prises à l'ennemi.
Licifer Dieu de l'étoile du matin.
Lucina patrona parturientium feminarum fuit cuius vis virtusque primo Dianae attributa est : nam nomen Luna proximum est nomini Lucinae (Diana Lucina). Sed saepius cognomen Iunonis est quae mulierum patrona Romae maxima erat.
Luna Déesse de la Lune
Lupercus Protecteur des bergers et des troupeaux contre les loups.
Maia Déesse de la fertilité et du printemps.
Maiesta Déesse de l'honneur et du respect.
Mania Déesse des morts.
Manes Âmes des ancêtres qui protègent la maisonnée.
Matronae Triple déesse de la maternité et de la fécondité.
Matuta Déesse de l'aube et de la mer.
Meditrina Déesse de la santé, de la longue vie et du vin.
Mefitis Dieu des vapeurs toxiques qui s'échappent des marais et des zones volcaniques.
Mellona Déesse protectrice des ruches et des abeilles, ainsi que de ceux qui en vivent[4].
Mena Déesse de la période de règles des femmes (incertain).
Mens Déesse de l'abondance et de la joie.
Messor Dieu de la moisson et du fauchage, avec son pendant féminin Messa. Célébré durant les flamen cerealis
Moneta Déesse de la mémoire, équivalent romain de la déesse grecque Mnémosyne. À ne pas confondre avec Junon Moneta.
Mucius Forme déifiée du Mucius Scaevola de la légende[5], qui symbolisait le courage.
Murcia Déesse de la paresse. Aussi nommée Murtia. Ensuite identifiée à Vénus (Vénus Murtia)
Muta Déesse du silence.
Mutinus Mutunus Dieu de la fertilité, protecteur des troupeaux, des jardins, des fruits et des organes génitaux masculins. Pendant romain du dieu grec Priape.
Naenia Déesse des funérailles, parfois associée à Proserpine.
Nascio Déesse de la naissance et protectrice des enfants.
Nemestrinus Dieu des forêts et des bois.
Nerio Déesse de la guerre et de la valeur guerrière, associée à Mars et parfois identifiée à Duellona et Minerve.
Nixi Déesse de la naissance et des femmes durant l'accouchement.
Nodutus Dieu qui faisait des nœuds dans la tige des céréales.
Nona Déesse invoquée par les femmes pendant leur neuvième mois de grossesse. Une des trois Parques avec Decima et Morta, pendant romain de la déesse grecque Clotho.
Novensilus Dieu collectif reprenant les caractéristiques de neuf dieux étrusques.
Nundina Déesse collective reprenant les caractéristiques de neuf déesses étrusques.
Obarator Dieu du dernier labour de surface après les semences.
Occator Dieu du hersage.
Orbona Déesse des orphelins. Déesse qui assurait aux parents ayant perdu leur enfant d'en avoir à nouveau.
Pales Déesse protectrice des troupeaux et des pâturages.
Partula Déesse de la naissance, et qui décidait de la durée de la grossesse des femmes.
Patalena Déesse des fleurs.
Paventia Déesse qui réconfortait les enfants effrayés.
Pax Déesse de la paix.
Penates Dieux de la maisonnée et des celliers.
Picumnus Dieu des engrais donnés aux champs (Picumnus Sterquilinus). Par association avec Pilumnus, il devint aussi dieu des nouveau-nés.
Picus Dieu de l'agriculture.
Pietas Déesse du respect envers l'État, les dieux et la famille.
Pilumnus Dieu des nouveau-nés, puis du battage du grain (dans ce cas, généralement associée à Picumnus)
Poena Déesse de la vengeance et du châtiment, parfois assimilée plus tardivement à la déesse grecque Némésis
Pomona Dieu des arbres fruitiers et des vergers.
Portunes Dieu des ports, des entrepôts et des portes verrouillées.
Porus Dieu de l'abondance.
Postverta Déesse du passé.
Potina Déesse des boissons des enfants, ainsi que du lait maternel.
Priapus Dieu des jardins, de la vigne, des marins et des pêcheurs.
Promitor Dieu de la distribution du grain dans les granges et aussi des troupeaux de chèvres. Ce dieu, associé à Cérès, est célébré dans les flamen cerealis.
Prorsa Postverta Déesse des femmes en train d'accoucher.
Providentia Déesse de la prévoyance.
Pudicitia Déesse de la modestie et de la chasteté.
Puta Déesse de la taille des vignes et des buissons.
Quirinus Dieu protecteur de l'État.
Quiritis Déesse des mères.
Rederator dieu du second labour.
Robigo Aussi Robiga. Pendant féminin de Robigus, déesse du blé qui le protège des maladies.
Robigus Dieu des cultures céréalières qui les protège de la gelée.
Roma Déesse protectrice de la ville de Rome.
Rumina Déesse des mères d'enfants en bas âge.
Runcina Déesse protectrice des semailles et des récoltes.
Rusina Déesse protectrice des champs. Aussi nommée Rurina
Sancus Dieu des serments et des bons présages.
Saritor Dieu du désherbage et du débroussaillage.
Securitas Déesse de la stabilité et de la sécurité.
Semonia Déesse des semailles.
Sentia Déesse qui veillait au développement mental de l'enfant.
Sentinus Dieu qui donne la pensée au nouveau-né[6]. Souvent associé à Vitumnus.
Silvanus Dieu de la campagne, qui assure la sauvegarde des troupeaux.
Soranus Ensuite identifié à Apollon et à Dis Pater. Dieu solaire, peut-être aussi celui de la mort qui survient le jour.
Sors Dieu de la chance.
Spes Déesse de l'espoir.
Spiniensis Dieu des plantes épineuses invoqué lors des débroussaillages pour se préserver des blessures[7].
Stata Mater Déesse qui protège des incendies.
Statina Déesse protectrice des enfants lorsqu'ils sortaient pour la première fois de la maison.
Statanus Dieu qui veille sur le premier départ et le retour d'un enfant hors du domicile familial. Aussi nommé Statulinus ou Statilinus, parfois associé à sa femme Statana.
Stimula Déesse qui inspire la passion aux femmes.
Strenua Aussi Trenia; Déesse de la force physique et de l'endurance.
Suadela Déesse de la persuasion, surtout pour la séduction et l'amour.
Subruncinator Dieu du désherbage dans les cultures. Célébré durant les flamen cerealis
Summanus Dieu des orages nocturnes, par opposition à Jupiter, dieu des orages diurnes.
Talasius Dieu du mariage.
Tellumo Dieu de la croissance de la nature. Parfois aussi présenté sous une forme féminine nommée Tellus.
Tempestes Déesse des tempêtes
Terminus Dieu des frontières.
Terra Mater Déesse de la croissance et de la fertilité.
Tibertus Dieu de la rivière Anio, affluent du Tibre. A ne pas confondre avec Tiburtus, le fils de Catillus, fondateur légendaire de Tibur.
Trivia Déesse des carrefours.
Uranus Dieu père de tous les dieux.
Vacuna Déesse de ceux qui sont absents (incertain).
Vaticanus Dieu des pleurs des nouveau-nés
Vervactor Dieu du premier défrichement des jachères. Célébré lors des flamen cerealis
Veritas Déesse de la vérité.
Verminus Dieu des parasites dans les troupeaux, ainsi que de la guérison du bétail.
Vertumnus Dieu des saisons, des fruits, des jardins et de la croissance des plantes. Aussi appelé Vortumnus.
Vica Pota Déesse de la victoire.
Viduus Dieu qui sépare âme et corps après la mort.
Virbius Dieu des forêts. Son nom signifie « doublement homme » car il s'agirait d'Hippolyte ressuscité par Asclepius, qui s'est réfugié dans une forêt.
Viriplaca Déesse des conflits conjugaux.
Virtus Dieu (ou déesse) de la bravoure et de la force militaire.
Vitumnus Dieu qui protège le fœtus et transmet la vie aux nouveau-nés[6]. Parfois associé à Sentinus.
Volturnus Dieu des eaux. La rivière Volturno a été nommée en son honneur.
Volumna Déesse de la chambre des enfants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Realencyclopädie der Classischen Altertumswissenschaft, August Pauly - Georg Wissowa, 1839-1978
  2. Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Pierre Grimal, PUF, 1999
  3. ibid.
  4. Saint Augustin, La Cité de Dieu, 4,34 ; Arnobius, Adversus Nationes, 4
  5. Tite-Live, Ab Urbe Condita, II.12-13
  6. a et b Cité de Dieu, Saint-Augustin, livre VII
  7. Ces blessures pouvaient provoquer de nombreuses maladies, comme le tétanos, ou s'infecter et provoquer la gangrène.