Dhul-Nûn al-Misri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dhul-Nun al-Misri (en arabe ذو النون المصري), né en 796 à Akhmîm en Haute-Égypte, mort en 859, est un saint soufi égyptien. Considéré comme le saint patron des médecins au début de l'ère islamique en Égypte, il passe pour avoir introduit le concept de gnose dans l'Islam.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dhul-Nun al-Misri est considéré comme l'un des saints principaux des débuts du soufisme. Étudiant sous l'autorité de nombreux maîtres il voyage beaucoup en Arabie et en Syrie où il rencontre des ermites chrétiens[1]. De par ses audaces et sa rupture avec la charia, il est arrêté comme hérétique et envoyé en prison à Bagdad, mais il est libéré sur les ordres du calife Jafar al-Mutawakkil impressionné par ses qualités morales et retourne au Caire où il meurt en 859, sa tombe étant encore visible dans la « cité des morts »[2].

Comme alchimiste et thaumaturge, il est supposé connaitre le secret du déchiffrement des hiéroglyphes. Aucun de ses écrits ne nous est parvenu, mais une vaste collection d'aphorismes, poèmes et paroles continue à survivre dans la tradition orale[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ibn Arabi, Vie merveilleuse de Dhu-l-Nun l'Égyptien, Sindbad-Actes Sud,‎ 1990 (ISBN 2727401574)

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Durand, L'islam au risque de la laïcité, L'Harmattan, 2005, (ISBN 2747592332), p. 71
  2. Dho'l-Nun al-Mesri, Muslim Saints and Mystics, trad. A.J. Arberry, London; Routledge & Kegan Paul 1983
  3. John Esposito, The Oxford Dictionary of Islam, Oxford University Press 2003