Deuxième circonscription de Nouvelle-Calédonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte (en rouge) de la deuxième circonscription de Nouvelle-Calédonie depuis 1988

La deuxième circonscription de Nouvelle-Calédonie, en place depuis le découpage électoral de 1986 appliqué pour la première fois aux élections législatives de 1988, est représentée à l'Assemblée nationale française; dans la XIVe et actuelle législature de la Cinquième République, par Philippe Gomès, député Union des démocrates et indépendants (UDI).

Description géographique et démographique[modifier | modifier le code]

La deuxième circonscription de Nouvelle-Calédonie est composée de l'ensemble du Territoire à l'exception des communes comprises dans la première circonscription. Il s'agit donc des communes de la banlieue nouméenne et de toutes les autres communes rurales de la Grande Terre, soit une grande partie de la Province Sud et de la totalité de la Province Nord. La population est donc surtout composée de Kanak mais aussi des éleveurs « Caldoches » de la Côte ouest, dits aussi « Broussards », et des importantes minorités wallisiennes et futuniennes du Grand Nouméa. Elle ne doit pas être confondue avec l'ancienne 2e circonscription, dite « circonscription Ouest », qui a existé de 1978 à 1986.

D'après les chiffres du recensement de 2009, la circonscription était alors peuplée de 128 596 habitants, répartis ainsi :

Il y avait en 2002 66 925 inscrits au 1er tour puis 66 908 au second, et en 2007 76 842 pour le premier tour et 77 938 au second.

Description politique[modifier | modifier le code]

La 2e circonscription a toujours élu depuis 1988 un anti-indépendantiste et à chaque fois avec une certaine avance au second tour. L'écart est néanmoins moins net que dans la première circonscription. En effet, elle comprend les fiefs indépendantistes de la côte est de la Province Sud et de l'ensemble de la Province Nord. En revanche, si les communes anti-indépendantistes de cette circonscription ne sont qu'au nombre de huit, leur poids démographique, notamment pour les communes du Grand Nouméa, est considérable.

Historique des députés[modifier | modifier le code]

Députés de la circonscription élus à l'Assemblée nationale (Législatures de la Ve République)
Législature Début de mandat Fin de mandat Député élu Parti politique Qualité Suppléants
IXe 23 juin 1988 1er avril 1993 Maurice Nénou RPCR, RPR Robert Frouin
Xe 2 avril 1993 27 novembre 1996 Maurice Nénou[1] RPCR, RPR Pierre Frogier
Xe 27 novembre 1996 21 avril 1997 Pierre Frogier[2] RPCR, RPR Maire du Mont-Dore
XIe 12 juin 1997 18 juin 2002 Pierre Frogier RPCR, RPR Maire du Mont-Dore jusqu'en 2001 puis président du Gouvernement de Nouvelle-Calédonie Maurice Ponga
XIIe 19 juin 2002 19 juin 2007 Pierre Frogier RPCR, UMP Président du Gouvernement de Nouvelle-Calédonie jusqu'en 2004, puis membre du Gouvernement de Nouvelle-Calédonie Maurice Ponga
XIIIe 20 juin 2007 19 juin 2012 Pierre Frogier
Vacant
Rassemblement-UMP, UMP Membre du Gouvernement de Nouvelle-Calédonie, puis président du Congrès (2007-2009) et de l'Assemblée de la Province Sud (depuis 2009)

Démissionne le 30 septembre 2011 suite à son élection au Sénat
Léontine Ponga
XIVe 20 juin 2012 Philippe Gomès Calédonie ensemble, UDI Membre du Gouvernement de Nouvelle-Calédonie Gérard Poadja

Résultats aux élections[modifier | modifier le code]

Élection du 5 juin 1988[modifier | modifier le code]

dm
Candidats Partis Votes du 1er tour %
Maurice Nénou (sortant) Rassemblement pour la Calédonie dans la République (RPCR), antenne locale du Rassemblement pour la République (RPR), anti-indépendantiste. 86,2 %
Patrick Fayard « Entente populaire et nationale » (EPN) - Front national (FN), anti-indépendantiste. 13,8 %
Source: « Un demi-siècle de législatives en Nouvelle-Calédonie », Les Nouvelles Calédoniennes, 06/07/2002.

Élection du 21 mars 1993[modifier | modifier le code]

dm
Candidats Partis Votes du 1er tour %
Maurice Nénou (sortant) RPCR, antenne locale du RPR, anti-indépendantiste. 54,15 %
Léopold Jorédié Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS, membre de l'Union calédonienne ou UC), indépendantiste. 29,79 %
Justin Guillemard Mouvement des calédoniens et loyaltiens libres (MCLL), ex-RPCR, ex-FC, ex-FN, ex-Calédonie demain (CD), anti-indépendantiste 8,76 %
Georges Devillers Calédonie demain (CD), anti-indépendantiste. 7,3 %
Aloïsio Sako Union océanienne (UO), indépendantiste.
Anthony Wendt Union océanienne (UO), neutre sur la question de l'indépendance.
Source: « Un demi-siècle de législatives en Nouvelle-Calédonie », Les Nouvelles Calédoniennes, 06/07/2002.

Élection des 25 mai et 1er juin 1997[modifier | modifier le code]

Si Pierre Frogier obtient dès le 1er tour plus de 50 % des suffrages exprimés, il n'atteint toutefois pas les 25 % des inscrits et un second tour doit donc être disputé. L'Union calédonienne et le bureau du FLNKS ont appelé à l'abstention, mais le Palika, ainsi que le syndicat USTKE, ont apporté leur soutien à l'homme d'affaires pourtant ouvertement anti-indépendantiste Philippe Pentecost. La participation a été particulièrement faible (sur 53 142 inscrits au 1er tour, seuls 24 000 se sont déplacés aux urnes, soit un taux de participation de 45,16 % uniquement, celui-ci remonte quelque peu au second tour pour s'établir à 48,58 %).

dm
Candidats Partis Votes du 1er tour % Votes du 2nd tour %
Pierre Frogier (sortant) RPCR, antenne locale du RPR, anti-indépendantiste. 13 088 56,57 % 15 398 60,99 %
Philippe Pentecost Sans étiquette anti-indépendantiste, soutenu par les indépendantistes du Parti de libération kanak (Palika) et de l'Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités (USTKE). 6 397 27,65 % 9 849 39,01 %
Thierry Valet Une Nouvelle-Calédonie pour tous (UNCT), anti-indépendantiste. 1 556 6,73 %
Guy George FN, anti-indépendantiste. 1 521 6,57 %
Delin Wema Développer ensemble pour construire l'avenir (DECA), anti-indépendantiste. 575 2,49 %
Total (participation 45,16 %) 23 137 100,0 25 247 100,0
Source: Assemblée nationale.

Élection des 9 et 16 juin 2002[modifier | modifier le code]

dm
Candidats Partis Votes du 1er tour % Votes du 2nd tour %
Pierre Frogier (sortant) RPCR, antenne locale du RPR et de l'Union pour une majorité présidentielle (UMP), anti-indépendantiste. 12 694 47,6 % 15 719 55,7 %
Paul Néaoutyine Union nationale pour l'indépendance (UNI) - FLNKS - Parti de libération kanak (Palika), indépendantiste. 7 406 27,75 % 12 495 44,3 %
Bianca Hénin FN, anti-indépendantiste. 2 930 11 %
Raphaël Mapou Fédération des comités de coordination indépendantistes (FCCI), indépendantiste. 1 172 4,4 %
Justin Guillemard Réveil calédonien, ex-MPF, anti-indépendantiste. 1 093 4,1 %
Éric Douyère Mouvement pour Réussir l'Accord de Nouméa (MPRAN), neutre sur l'indépendance. 728 2,7 %
Gabriel Païta Mouvement chiraquien des démocrates-chrétiens (MCDC), se déclarant de l'Union pour une majorité présidentielle, pourtant indépendantiste, soutenu par les Verts. 654 2,45 %
Total (participation 41,1 %) 26 677 100,0 22 729 100,0
Source: Ministère de l'Intérieur.

Élection des 10 et 17 juin 2007[modifier | modifier le code]

dm
Candidats Partis Votes du 1er tour % Votes du 2nd tour %
Pierre Frogier (sortant) Rassemblement-UMP (RPCR), antenne locale de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) qu'il préside, anti-indépendantiste. 13 439 34,53 % 25 559 54,13 %
Charles Pidjot FLNKS (membre de l'UC), indépendantiste. 11 823 30,38 % 21 663 45,87 %
Harold Martin Avenir ensemble, proche UMP, anti-indépendantiste. 8 729 22,43 %
Bianca Hénin FN, anti-indépendantiste. 2 519 6,47 %
François-Xavier « Franck » Apock USTKE, syndicaliste indépendantiste proche de José Bové. 2 412 6,2 %
Total (participation 62,2 %) 38 922 100,0 47 222 100,0
Source: Ministère de l'Intérieur.

Élection des 10 et 17 juin 2012[modifier | modifier le code]

dm
Candidats Partis Votes du 1er tour % Votes du 2nd tour %
Jean-Pierre Djaïwé FLNKS (Palika), soutien du PS, indépendantiste. 15 090 36,2 % 25 648 47,46 %
Philippe Gomès Calédonie ensemble, soutiens du LMD, de l'UDC, anti-indépendantiste. 14 470 32,96 % 28 398 52,54 %
Éric Gay Rassemblement-UMP, antenne locale de l'UMP, soutiens de l'AE, du NC, anti-indépendantiste. 8 814 20,08 %
Bianca Hénin FN, anti-indépendantiste. 2 534 5,77 %
Cédrik Sangarné RPC, anti-indépendantiste. 2 193 5 %
Total (Participation 1er tour : 49,15 % ; 2e tour : 62,4 %) 43 901 100,0 54 046 100,0
Source:Ministère de l'intérieur.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décédé le 27 novembre 1996
  2. En remplacement de Maurice Nénou, décédé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]