Deuxième République tchécoslovaque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

République tchécoslovaque
Česko-Slovenská republika (cs)

Česko-Slovenská republika (sk)

1938 – 1939

Drapeau
Drapeau
Blason

Devise : Couronne tchécoslovaque

Description de l'image  Czechoslovak Republic (1939).svg.
Informations générales
Statut République
Capitale Prague
Langue Slovaque, tchèque
Histoire et événements
1er octobre 1938 Amputation territoriale à la suite des accords de Munich
15 mars 1939 Entrée des troupes allemandes

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Article général Pour un article plus général, voir Tchécoslovaquie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le nom de Deuxième République tchécoslovaque (Druhá republika ou Druhá československá republika) est donné à la brève période qui suit les accords de Munich et précède l'invasion et la séparation, par le Troisième Reich, du reste du territoire tchécoslovaque. Bien que la Tchécoslovaquie continue d'appliquer la constitution de 1920, l'amputation territoriale du pays constitue un changement de facto, le nom de seconde République étant un nom d'usage.

Historique[modifier | modifier le code]

L'amputation du territoire du pays, qui perd notamment la région des Sudètes, le laissent pris en tenaille par le Troisième Reich, et pratiquement indéfendable. Le Président de la République Edvard Beneš démissionne le 5 octobre et choisit l'exil; après un intérim exercé par le général Jan Syrový, Emil Hácha est élu chef de l'État le 30 novembre.

La Bohême et la Moravie ont perdu environ 38 % de leur superficie; la Hongrie a annexé 11 882 kilomètres carrés à la lisière de la Slovaquie et sur le territoire de la Ruthénie. Le gouvernement doit gérer l'afflux de réfugiés tchèques et transfère des unités militaires en Slovaquie pour contrer les manœuvres sécessionnistes. Le 6 octobre 1938, un accord est conclu pour former au sein d'une République fédérale un gouvernement autonome slovaque, dont Jozef Tiso prend la tête. Le 18 janvier 1939, les premières élections en Slovaquie donnent 98 % des voix au Parti du peuple slovaque de Tiso. En février, Vojtech Tuka, allié de Tiso, rencontre Adolf Hitler à Berlin et reçoit son soutien pour la formation d'un État slovaque indépendant. Le 22 février, Jozef Tiso en fait la proposition devant l'assemblée slovaque. Emil Hácha finit par déclarer la loi martiale : le 9 mars une intervention armée est effectuée et la destitution de Tiso est décrétée.

Reçu par Hitler, Tiso reçoit le soutien de ce dernier et proclame le 14 mars l'indépendance de la République slovaque. Également convoqué à Berlin par Hitler et Göring, le président tchécoslovaque Emil Hácha est reçu par le Führer qui l'informe de la prochaine intervention militaire lui intime l'ordre de signer la capitulation de la Tchécoslovaquie, sous peine de bombardements sur Prague. Terrorisé par Hitler, Hácha signe la capitulation dans les premières heures de la matinée. Les troupes allemandes pénètrent dans Prague sans rencontrer de résistance. La partie tchèque devient le Protectorat de Bohême-Moravie, territoire autonome du Troisième Reich, dont Hácha demeure le président, soumis à l'autorité d'un commissaire du Reich. En octobre 1939, Edvard Beneš, en exil, fonde le Gouvernement provisoire tchécoslovaque avec sous son autorité les restes de l'armée tchécoslovaque, qui participeront à la Seconde Guerre mondiale aux côtés des Alliés.

Sur les autres projets Wikimedia :