Deuxième Fitna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Deuxième Fitna ou Deuxième guerre civile musulmane est une période d'instabilité générale politique et militaire qui frappe l'empire musulman au début de la dynastie omeyyades après la mort du premier calife omeyyade, Muʿāwiya Ier. Il semble qu'il n'y ait pas de solide consensus quant à la durée exacte du conflit. Plusieurs historiens fournissent des dates différentes. Certains marquent la fin du règne de Muʿāwiya comme le début du conflit tandis que d'autres préfèrent dater le déclenchement des hostilités à l'année 683, après la mort de Yazīd Ier, le fils de Muʿāwiya. De même, la fin du conflit n'est pas précisément située. Certains la placent en 685 (date de l'arrivée au pouvoir d'Abd Al-Malik) et d'autres vont jusqu'à la situer en 692 (après la mort d'`Abdullah ibn az-Zubayr et la fin de sa révolte). Toutefois, le conflit est le plus souvent daté entre 683 et 685.

La Deuxième Fitna est un événement complexe au sein du monde musulman car il implique un grand nombre d'événements qui ne semblent pas directement liés les uns aux autres. Un bref résumé des faits majeurs de cette période peut toutefois être fait.

Muʿāwiya, le premier calife omeyyade meurt en 680 et c'est son fils Yazid qui lui succède. Ce dernier fait face à l'opposition des partisans d'Al-Hussein ibn Ali, le petit-fils du prophète Mahomet et le fils de l'ancien calife Ali ibn Abi Talib qui a été assassiné. Hussein et plusieurs de ses plus proches partisans sont tués par les troupes de Yazid et à la bataille de Kerbala, qui est souvent perçue comme la rupture définitive entre le chiisme et le sunnisme et qui est encore aujourd'hui commémorée par les Chiites lors du jour d'Achoura.

Après ces événements, Yazid fait face à une deuxième révolte d'Abdullah ibn az-Zubayr, le fils de al-Zubayr ibn al-Awwam, un Sahaba et d'Asmaa bint Abu Bakr. Cette rébellion est souvent vue comme une tentative de revenir aux valeurs de la première communauté musulmane. Elle est soutenue par des opposants au règne des Omeyyades. Après la mort soudaine de Yazid et de son fils Mu'awiya II en 683, Ibn al-Zubayr bénéficie d'une importante reconnaissance au sein du califat. En Syrie, Marwan ibn Hakim, un cousin de Mu'awiya Ier, est déclaré calife mais son règne ne dure que deux ans car il décède en 685. C'est son fils Abd Al-Malik qui lui succède. Dans le même temps, Ibn al-Zubayr est isolé dans les régions de Tihama et de l'Hedjaz où les rebelles kharidijites établissent une principauté indépendante au centre de l'Arabie en 684.

D'autres soulèvements kharidjites ont lieu en Irak et en Iran pendant que les Chiites se révoltent à Koufa pour venger la mort d'Husayn et défendre d'autres fils d'Ali comme candidats au califat. Finalement, l'ordre est restauré par les forces syriennes soutenant Abd al-Malik. Ce dernier parvient à vaincre tous ses rivaux et son armée tue Ibn al-Zubayr en 692, ce qui met fin à cette période fortement perturbée.