Desmana moschata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Desman de Moscovie (Desmana moschata) est une espèce de mammifères de la famille des Talpidés (Talpidae). Ce petit animal semi-aquatiques, proche des taupes, est le seul représentant actuel du genre Desmana. On le rencontre au Kazakhstan, en Russie et en Ukraine. C'est l'une des deux espèces de desmans encore vivantes au XXIe siècle, mais ils sont menacés de disparition à cause des méthodes modernes de pêche et la dégradation de leur habitat.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Desman de Russie naturalisé

Son corps a une taille d'environ 20 cm de long et est complété par une queue de la même longueur, son poids peut varier de 400 à 500 grammes pour un adulte.

On peut lui reconnaître en caractéristiques commune de son cousin, le desman des Pyrénées, une trompe développée ainsi qu'une queue aplatie qui lui sert de gouvernail. Pour améliorer ses aptitudes à nager, il dispose également de pattes palmées en U plus longues sur leurs bords latéraux, les pattes avant étant toujours plus courtes que les pattes arrière.

Ses petits yeux et oreilles sont difficiles à discerner car pratiquement dissimulés sous sa fourrure.
Cette dernière adopte une couleur rouge-brune à poils courts, fins et peluchés sauf sous son ventre où elle vire au gris cendré.

Il dispose également d'une glande odorante située sous sa queue.

Comportement de l'espèce[modifier | modifier le code]

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

L'espèce se nourrit essentiellement d'insectes aquatiques, d'où sa classification en insectivore, mais son régime alimentaire peut également se composer de petits invertébrés aquatiques, de limaces, de petits amphibiens, voire parfois de petits poissons et de crabes.

Il chasse en général la nuit, sur le tapis des cours d'eau et étangs, grâce à sa longue trompe qui lui permet de détecter ses proies.

Son territoire de chasse peut s'étendre sur environ un demi hectare.

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Le desman de Russie est un animal sédentaire, vivant en petites communautés (jusqu'à 15 animaux) se partageant les diverses chambres d'un terrier, différentes générations cohabitant souvent ensemble.

La période d'hibernation du desman russe se situe en hiver.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La période de reproduction se situe au printemps, la gestation peut durer de 6 à 7 semaines, les femelles mettent au monde des portées de 3 à 5 petits, les nouveau-nés sont sevrés à un mois, ils deviennent adultes quinze jours après.

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Illustration montrant plusieurs Desmans de Russie au bord d'un cours d'eau

Ce talpidé est connu pour être endémique du bassin de la Volga mais il occupe aussi les régions traversées par d'autre grands fleuves russes tels que l'Oural et le Don.

Le desman russe vit sur les rives des cours d'eau calmes ainsi qu'au bord d'étendues d'eau stagnantes tels les étangs, lacs, marais et mares avec néanmoins une préférence pour les petites mares où les insectes et amphibiens pullulent. Il vit dans des terriers creusés sur les berges, ces terriers sont uniquement accessibles par l'eau.

Lors d'inondations, les animaux abandonnent leur habitat pour se réfugier plus haut, dans les arbres.

Classification[modifier | modifier le code]

L'espèce Desmana moschata a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1778, sous le nom initial de Castor moschatus[4].

Synonymes scientifiques :

  • Castor moschatus Linné, 1758 Protonyme
  • Maygale moschata

L'espèce et l'homme[modifier | modifier le code]

Histoire et conservation[modifier | modifier le code]

Par le passé, le desman russe était chassé pour sa fourrure, jugée d'une très grande valeur, mais depuis 1975 le desman de Russie est protégé par des lois (promulguées sous la période soviétique mais reconduites dans les ex-pays membres concernés) qui rendent sa chasse illégale.

On comptait environ 70 000 desmans russes à l'état sauvage dans les années 1970, on en compte encore 35 000 en 2004.
En 2008 les populations déclinaient toujours[5].

Cette baisse est notamment due aux filets de pêches illégaux installés sur les abords des cours d'eau - un peu comme pour les dauphins et les filets dérivants en mer - mais également à des dégradations de son habitat naturel par pollution ou anthropisation, la baisse rencontrée n'est heureusement pas unilatérale, l'espèce voit sa population croître dans certaines régions de Russie malgré ces changements.

Cet animal est sur la liste rouge des espèces menacées par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Il est considéré comme vulnérable (VU) depuis 1986[5].

Le desman de Russie dans la culture[modifier | modifier le code]

Desman de Russie sur une pièce commémorative

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ITIS, consulté le 27 février 2015
  2. a, b, c, d et e Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  3. a, b et c (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. ISBN 0-444-51877-0, 9780444518774. 857 pages. Rechercher dans le document numérisé
  4. Linnaeus, C. (1758). Systema Naturae per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, Tomus I. Editio decima, reformata. Holmiæ: impensis direct. Laurentii Salvii. i–ii, 1–824 pp : page 59
  5. a et b UICN, consulté le 27 février 2015

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]