Système d'assurage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Descendeur)
Aller à : navigation, rechercher

En alpinisme, en escalade, en spéléologie ou en canyonisme un système d'assurage ou dispositif d'assurage est un élément mécanique simple ou composé permettant de freiner la descente d'un compagnon de cordée, voire de la stopper. Il peut aussi permettre sa propre descente en autonomie ou secondée par un contre assureur.

Les systèmes d'assurage permettent une maîtrise de la ou les cordes de la cordée. Le frein ou le blocage doit s'effectuer avec un effort minimal pour être efficace. Les frottements produits par le blocage progressif de la corde engendre une énergie convertie en chaleur. Après une descente, un dispositif d'assurage peut être brûlant, il faut à la fois le dégager rapidement de la corde pour éviter qu'elle ne se détériore, et le faire sans se brûler soi-même.

Beaucoup de types de dispositifs d'assurage différents existent, et certains d'entre eux peuvent aussi être utilisés en tant que descendeur, pour assurer du haut d'une voie ou en relais intermédiaire. La vigilance de l'assureur est de mise, et tous nécessitent tous un apprentissage spécifique.

Le dispositif peut-être autobloquant, il permet alors de bloquer la corde automatiquement si l'assureur lâche tout ce qui le soulage en partie de l'attention nécessaire à l'assurage, ou non-autobloquant, qui historiquement était le premier type de dispositif existant. Encore avant l'apparition de ces dispositifs, le grimpeur (à l'époque principalement les alpinistes) faisant passer la corde sous une cuisse, puis dans le dos et enfin sur l'épaule. Le frein s'effectuait alors par frottement sur les habits, souvent renforcés avec du cuir pour éviter les brûlures de la corde en chanvre.

Évolution[modifier | modifier le code]

Lorsque les grimpeurs avaient besoin de redescendre d'une ascension, ils utilisaient leur corde. Mais afin d'avoir une descente progressive ou de retenir la corde en assurant le compagnon de cordées, ils passaient la corde « en S », soit derrière le dos et sous la jambe. Cela fut le premier système rudimentaire d'assurage. Ensuite avec l'arrivée des premiers mousquetons, il était possible de réaliser un nœud de cabestan mais cela ne constitue pas en soit un système d'assurage dédié à cet usage.

La forme d'un descendeur Pierre Allain
Forme de la « fourche Pierre Allain »

Le descendeur « Pierre Allain » du nom de son inventeur a été le premier mécanisme conçu pour la descente en évitant les frottements sur le corps et usant les vêtements. De par sa forme, il était également appelé « la fourche ». Il a été inventé en 1943[1] et vendu au moins jusque après les années 1960[2]. Ce système va évoluer tout au long des années et donnera naissance au huit qui est devenu courant.

Une plaquette Sticht
Plaquette Sticht

Le premier dispositif permettant l'assurage en plus de la fonction de descente est la plaquette Sticht[3], dont le nom provient de celui de son concepteur Franz Sticht dans les années 1970. Il consiste en un disque de métal avec un ou deux trous percés en son milieu. Un large ressort en fil est attaché à l'un de ses côtés. La corde est passée dans le trou par le côté sans le ressort puis dans un mousqueton de sécurité et ressort par le même trou. Le mousqueton de sécurité est ensuite attaché au baudrier de l'assureur qui peut alors bloquer la corde à volonté. Afin de transporter la plaquette lorsqu'elle n'est pas utilisée et aussi d'éviter qu'elle ne remonte le long de la corde lors de son usage, une boucle en cordelette y est généralement fixé[3].

Cette conception est précurseur des assureurs plus modernes comme le Reverso[3]. Elle donnera donc naissance au système de type « tube ». Le développement de ces derniers cherchera à : diminuer l'échauffement lors de l'utilisation, s'affranchir du ressort, implanter un système de fixation permanent au mousqueton lors de l'utilisation (avec un câble gainé plastique ou une partie du système disposant d'un large trou).

Enfin au début des années 1980[4] est développé le tube Latok Tuber qui s'approche le plus des système d'assurage actuels, notamment l'ATC[5]. Conçu par Jeff Lowe, ce système dominera le marché des systèmes d'assurage pendant près de 25 ans[4].

À la fin des années 1990 a émergé deux nouveaux types de systèmes : les systèmes auto-bloquants[6] et ceux n'ayant pas à proprement parler cette fonctionnalité mais permettant un blocage assisté de la corde facilitant l'assurage[7].

Systèmes non-autobloquants[modifier | modifier le code]

Dans cette catégorie, on peut distinguer cinq principaux types — du plus simple d'apprentissage au plus complexe : le simple mousqueton avec un demi-cabestan, les dispositifs d'assurage de type « huit » (héritage du descendeur de Pierre Allain), ceux de type « tubes », ceux destinés à la spéléologie et ceux assistant l'assurage. Ces systèmes nécessitent un apprentissage en tant qu'assureur car le freinage de la corde est actif seulement lorsque l'assureur bloque le brin de corde libre (généralement celui du bas en direction du sol).

Type « demi-cabestan »[modifier | modifier le code]

Nœud de demi-cabestan
Nœud de demi-cabestan sur un mousqueton HMS

Il s'appelle également le nœud de Munter, du nom de celui ayant popularisé son usage : Werner Munter . C'est le dispositif le plus simple car il ne nécessite qu'un mousqueton de sécurité et peut être réalisé avec une seule main[8]. Il fonctionne simplement par frottement de la corde sur elle-même. Cela présente l'inconvénient d'user la corde et de la vriller. Il a l'avantage d'être polyvalent car il est de conception très simple. En Europe, il est plus en usage dans la communauté de grimpeurs britanniques que française.

Il peut être utilisé autant pour assurer un leader, en tête ou en moulinette, qu'un ou deux seconds ou encore pour descendre en rappel. Il peut être utilisé indifféremment pour un ou deux brins de corde. Lors de son usage, le nœud se retourne selon que la corde soit tiré d'un côté ou d'un autre. C'est la raison pour laquelle il nécessite un mousqueton ayant une forme de poire de type HMS pour permettre son retournement. En utilisation, il peut arriver que la corde vienne à frotter sur la bague du mousqueton et la fasse tourner ; ce problème peut amener à ce que le mousqueton s'ouvre, diminuant sa résistance maximale ou laissant échapper la corde. Lors de l'assurage il supporte une traction plus importante qu'un descendeur en huit[8].

Type « Huit »[modifier | modifier le code]

Huit[modifier | modifier le code]

Article connexe : Descendeur en huit.
Descendeur en huit
Descendeur en huit

Le descendeur en huit est une pièce métallique présentant deux trous de tailles différentes. Il est très utilisé en escalade, alpinisme et canyonisme. Il a la forme d'un « 8 » et est généralement en aluminium. Son avantage principal est une dissipation efficace de la chaleur et sa simplicité de maniement avec un apprentissage adapté. Du fait que la corde est installée vrillée, il a tendance à toronner la corde, contrairement à d'autres dispositifs d'assurage qui ne vrillent pas la corde. Son usage a tendance à disparaître en France au profit des dispositifs de type « tubes » ou autobloquant comme le grigri.

Le huit est considéré comme un système d'assurage mais son utilisation principale est celle de descendeur. Des précautions sont cependant à prendre lors de l'usage en descendeur au niveau de la possibilité de retournement du mousqueton associé.

Il existe des variantes du huit qui offrent d'autre fonctionnalités. Par exemple Petzl commercialise le « huit antibrûlure ». Celui présente une petite prise plastique à une de ses extrémités pour être pris avec deux doigts afin de ne pas se brûler lorsque le huit a assuré une descente longue et a donc chauffé. Il est aussi d'une forme anguleuse, carrée, cela permettant d'éviter à la corde de se retourner en formant une tête d'alouette. La même société produit le « Pirana ». Simond produit le « Kroko », ce huit présentant deux dents à l'intérieur du grand rond. Ainsi en faisant passer la corde dans les gorges formées, le freinage est accentué[9].

En canyonisme[modifier | modifier le code]

La descente de canyon en rappel, outre le risque de chute comme dans tout rappel, présente des risques particuliers de noyade, par exemple par blocage sur corde sous une cascade ou « saucissonnage » dans une vasque agitée. Les techniques de rappel sont donc spécifiquement aménagées pour permettre un maniement simplifié du descendeur et un dégagement du pratiquant en cas d'incident.

Beaucoup d'appareils spécifiques ont été proposés par divers fabricants au fil des années mais tous ont été plus ou moins rapidement abandonnés : le rappel en canyon se pratique très majoritairement avec de simples descendeurs en huit . La seule exception notable est le « Pirana » ; sa forme offre plusieurs arrangements de la corde permettant un freinage plus ou moins accentué et également des coincements de la corde permettant de se reposer lors d'une descente.

Type « Tube »[modifier | modifier le code]

Différents modèles relativement similaires sont proposés par divers constructeurs. Ils sont regroupés sous le nom générique de « tube », « puits » ou « pot de yaourt ».

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Parmi ce type il existe plusieurs variantes. Des « tubes » présentent une seule gorge pour le passage de la corde. Ceux-ci offre donc une plus grand légèreté et une simplicité accrue ; cependant cette restriction limite l'usage à l'assurage sur un seul brin de corde. D'autres « tubes » présentent deux gorges et permettent d'assurer une ou deux personnes sur un ou deux brins de cordes. Ce type de dispositif a hérité de l'invention de la plaquette Sticht et du Latok tuber. Enfin, des modèles avec deux gorges ont un anneau pour pouvoir être fixé au relais afin d'assurer un ou deux seconds depuis le haut d'une voie.

Modèles[modifier | modifier le code]

Tube[modifier | modifier le code]

Le tube est un dispositif d'assurage qui s'utilise avec un mousqueton à vis. Il est assez bon marché (10 € environ) et génère une bonne force de freinage (200-400 kgf). Il permet aussi de faire du rappel même s'il a le désavantage de pouvoir s'échauffer ou provoquer des heurts dans la fluidité de la descente. Il existe beaucoup de variantes de ce type d'assurage.

Système à une gorge 
ATC Sport (Black Diamond), Jul (Elderid),
Systèmes à deux gorges 
Cubik (Simond), Variable Controller plaquette, VC Pro (Wild Country), Air Traffic Controller, ATC XP (Black Diamond), Verso (Petzl), Chicane, V Twin (DMM), Wingman, Mad Lock (Mad Rock), Tubers (Camp), Master (Grivel)
Systèmes à deux gorges et anneau ou câble pour relais 
Più (1&2 - Cassin), Ghost (Kong), ATC Guide (1& 2 - Black Diamond), Reverso[10] (1, 2, 3 et 4 - Petzl), Reversino (Petzl), Aviator (Mad Rock), Bionic Alpine (Mammut), Master Pro (Grivel), Pro Guide (Wild Country)
ATC[modifier | modifier le code]
Un descendeur ATC-XP
Un ATC-XP sur un mousqueton de sécurité

Il s'agit d'un dispositif récent développé par la société Black Diamond. Il est conçu pour faciliter un glissement fluide et lent de la corde ; il dispose d'une surface pour dissiper la chaleur provoquée par le frottement de la corde sur le dispositif. L'ATC apporte des améliorations significatives par rapport à la plaquette Sticht. Le modèle ATC (Air Traffic Controller) a été suivi par les modèles suivants :

  • l'ATC-XP, qui a résolu la tendance de l'ATC à abimer les cordes par des bords devenus tranchants après un usage prolongé ;
  • l'ATC Guide, qui peut être monté directement sur le relais afin d'assurer un ou deux second(s) de cordée, avec blocage automatique de la corde en cas de chute.
Plaquette[modifier | modifier le code]
Plaquette Gigi
Plaquette Gigi

Il existe plusieurs modèles de plaquettes pour assurer du haut de manière autobloquante : la plaquette New Alp (conçue par Jean Paul Frechin au début des années 1990[11])et la plaquette Gigi (de Kong ou Elderid[réf. nécessaire]) sont les plus répandues[12]. Les deux fonctionnent sur le même principe : elles peuvent être utilisés en haut de voie pour assurer un ou deux seconds[13]. Dans ce cas, la New Alp a l'inconvénient de bloquer les deux brins de la corde à la fois lorsque l'un des deux grimpeurs est en tension sur son brin[11]. Cependant elle peut être utilisé pour assurer un leader en tête ou en moulinette

Type spéléologie[modifier | modifier le code]

Les descendeurs utilisés en spéléologie sont de deux types principaux :

Passage de la corde dans un descendeur à poulie
  • à poulies : les descendeurs à poulies sont constitués de deux « poulies » fixes coincées entre deux flasques. La corde passe sous la poulie du bas, puis entre les deux poulies, et au-dessus de celle du haut. Il peut y avoir un système autobloquant pour prévenir tout lâcher de corde.
  • à barrettes : la corde passe entre les barrettes (comme un skieur entre les piquet de slalom). Au fur et à mesure de la descente, il est possible de jouer sur le nombre de barrettes pour régler le freinage. Cette opération se fait sans ôter le matériel, et donc avec toute la sécurité nécessaire. Ce système est surtout adapté pour les grandes verticales nord américaines.

Les descendeurs présentent de nombreuses variantes[14]. Le descendeur en huit n'est pas utilisé en spéléologie parce qu'il faut le détacher du baudrier pour passer la corde. Cela n'est ni pratique ni très sûr (quand on le manipule en tête de puits avec des gants boueux).

Type « assistance à l'assurage »[modifier | modifier le code]

Un système d'assurage Tre de Sirius
Le Tre de Sirius

Certains systèmes plus élaborés n'offrent pas de fonction à proprement parler autobloquante mais vont permettre d'assister l'assureur dans le blocage de la corde. Il est typiquement recommandé pour ce type de dispositif d'adopter la même vigilance que pour les autres systèmes non autobloquants mais qui vont faciliter l'assurage avec un blocage provisoire. De conception donc plus originale, ils nécessitent encore plus un apprentissage spécifique à chaque modèle.

Les modèles existants peuvent être répartis en deux catégories :

  • les systèmes qui ne fonctionnent que pour un seul brin de corde :
    • 9 spirit (Inawa)[15]
    • Yoyo (Camp)
    • Smart (Mammut)
    • Click'Up (Climbing Technology)
    • Zap-O-Mat (Elderid)
  • les systèmes permettant un ou deux brins de corde :
    • Toucan (1 et 2) (Simond)
    • Tre (Sirius)[16]
    • Alpine Up (Climbing Technology)[17]

Systèmes autobloquants[modifier | modifier le code]

Un Gri-gri ouvert
Un Gri-gri en position non-bloquée avec la flasque mobile pivotée montrant le mécanisme interne

Les dispositifs suivants nécessitent une vigilance moindre de l'assureur en permettent un certain blocage automatique de la corde. Il fonctionne avec une came pivotante qui commence à tourner lorsqu'il y a une traction importante sur le brin de corde. Plus il y a une traction importante, plus la came vient appuyer sur la corde jusqu'à complètement bloquer celle-ci lors de la chute du grimpeur. Pour la débloquer, une poignée est présente sur le côté de l'appareil ; elle doit être actionné en maintenant le brin de corde libre afin de réguler le défilement de la corde. Pour pouvoir introduire la corde dans l'appareil, une flasque mobile permet de faire apparaître le mécanisme pour y faire passer le brin de corde en respectant le sens. Ces systèmes ne permettent d'assurer que sur un seul brin de corde. Cela engendre une polyvalence moins importante.

En raison de leur mécanisme d'autoblocage, il est plus difficile de donner du mou que sur un dispositif non-autobloquant et des techniques d'assurage différentes sont utilisées. Il est reproché à ces systèmes un blocage plus brutal que sur un dispositif d'assurage classique car moins de corde passe dans le dispositif lors d'une chute importante. Ce sont des dispositifs privilégiés pour assurer le second depuis le relais car, au contraire d'autres dispositifs conçus pour cette utilisation (le Trango B-52 et le Petzl Reverso), redescendre le second est plus facile.

La fonction autobloquante peut engendrer une attention moins importante de l'utilisateur. Ainsi il existe des cas rapportés de retour au sol du grimpeur avec l'utilisation de ce type de systèmes[18]. Souvent cela peut être dû à plusieurs facteurs tels que :

  • un mauvais positionnement de l'appareil,
  • un mauvais sens de la corde dans l'appareil,
  • un manque de tenue de la corde avec la main,
  • une corde trop fine ou trop neuve étant trop fluide.

Pour ces raisons, dans leur notice d'utilisation, les constructeurs rappellent l'importante du sens de placement de la corde, la nécessité de toujours tenir le brin libre ou de ne pas géner le blocage avec sa main[19].

Grigri[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grigri (escalade).

Un Grigri est un dispositif d'assurage breveté par la société Petzl. Sur ce modèle, Petzl a également conçu un système d'assurage mais tourné pour un usage plus professionnel : l'ID. Celui-ci est plus lourd et plus encombrant que le Grigri mais il est possible de le déverrouiller pour y insérer la corde alors qu'il est toujours accroché à un mousqueton. Également, muni d'une poigné à double sens, il permet une descente fluide en jouant sur celle-ci et possède une fonction anti-panique qui bloque la corde quand la poignée est trop actionnée. Il est surtout utilisé pour un assurage par le haut et est favorisé dans les interventions de secours.

Cinch[modifier | modifier le code]

Le Cinch est un dispositif d'assurage mis au point par la société Trango. Ce dispositif a été mis sur le marché après le Grigri duquel il se différencie par différentes améliorations: compacité, poids, taille de corde. Il pèse 185 g et est plus compact que le Grigri. Il accepte des cordes de 9,4 à 11 millimètres.

Eddy[modifier | modifier le code]

Ce dispositif est produit par Edelrid. Il est apparu en 2005 et pèse 360 g. Il accepte des cordes de 9 à 11 millimètres. Il dispose d'un bouton pour pouvoir débloquer la flasque mobile. Il est réputé pour sa sécurité pour plusieurs points :

  • Un montage avec les brins de cordes vers le haut ou vers le bas conserve la fonction autobloquante.
  • La came est en position bloquée tant qu'aucune intervention manuelle n'est effectuée dessus même s'il n'y a plus de traction sur la corde.
  • La poignée de déblocage est « double-stop » : si le mouvement de déblocage (poussée ou tirée selon le montage brins vers le haut ou brins vers le bas) est trop accentuée, la corde est à nouveau bloquée comme lorsque la poignée n'est pas actionnée[20].

Sum[modifier | modifier le code]

Ce dispositif est produit par Faders. Il pèse 255 g. Il accepte des cordes de 9,1 à 10,5 millimètres. Il se différencie des autres systèmes autobloquants par un blocage plus ou moins progressif. Il est unique également dans le fait que la poignée est dans le prolongement direct de la came[21]. Ainsi le déblocage peut être plus délicat que sur les autres systèmes où le dépliage de la poignée permet une finesse de manipulation plus importante[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie.net - Bio de Pierre Allain » (consulté le 4 mars 2012)
  2. « Éditions Guérin - Bio rapide de Pierre Allain » (consulté le 4 mars 2012)
  3. a, b et c (en)« Peak Mountaineering - Histoire et choix du système d'assurage » (consulté le 4 avril 2012)
  4. a et b (en).« The Gear Caster - Interview avec Jeff Lowe »,‎ 5 décembre 2011 (consulté le 5 avril 2012)
  5. (en)« Historique de Lowe Alpine » (consulté le 5 avril 2012)
  6. Le grigri est apparu vers 1997.
  7. Le Tre est apparu au début des années 2000.
  8. a et b « Varappe.fr - explications sur le cabestan; » (consulté le 6 avril 2012)
  9. « Simond - Fiche produit du Kroko » (consulté le 15 mars 2012)
  10. « Grimpavranches - Présentation du Reverso de Petzl » (consulté le 14 mars 2012)
  11. a et b « Grimporama - Les différents système d'assurage » (consulté le 4 avril 2012)
  12. « GrimpAvranches - Les descendeurs » (consulté le 3 avril 2012)
  13. « Camptocamp - Article sur les système d'assurage » (consulté le 4 avril 2012)
  14. Olivier Humbert, « la descente en rappel » (consulté le 9 septembre 2008)
  15. « NoSpot - Présentation du 9 Spirit »
  16. « Grimpavranches - Présentation du Tre de Sirius » (consulté le 14 mars 2012)
  17. « Climbing Technology - Présentation du Alpine Up » (consulté le 5 avril 2012)
  18. « Camptocamp - discussion à propos des risques du Cinch », sur www.camptocamp.org (consulté le 27 avril 2012)
  19. « Varappe - Fiche technique du Grigri », sur www.varappe.fr,‎ octobre 2007 (consulté le 27 avril 20112)
  20. « Kairn - Détails du test de l'Eddy d'Edelrid » (consulté le 6 avril 2012)
  21. « Kairn - Test du Sum de Faders », sur www.kairn.com (consulté le 27 avril 2012)
  22. « Au Vieux Campeur - test des systèmres d'assurage 2010 », sur www.auvieuxcampeur.fr (consulté le 27 avril 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :