Des oiseaux, petits et gros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Des oiseaux, petits et gros

Titre original Uccellacci e uccellini
Réalisation Pier Paolo Pasolini
Scénario Pier Paolo Pasolini
Acteurs principaux
Sociétés de production Vanguard Films
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre comédie dramatique
Sortie 1966
Durée 89 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Des oiseaux, petits et gros ou Les Oiseaux, petits et grands[1] (Uccellacci e uccellini) est un film italien réalisé par Pier Paolo Pasolini, sorti en 1966.

Synopsis[modifier | modifier le code]

François d'Assise prêchant aux oiseaux (d'après les Fioretti) par Giotto

Totò et son fils Ninetto errent dans la périphérie et les campagnes qui entourent Rome. Faisant chemin, ils rencontrent un corbeau. Le film précise dans un sous-titre : « Pour qui aurait des doutes ou aurait été distrait, nous rappelons que le corbeau est un intellectuel de gauche, disons ainsi, d'avant la mort de Palmiro Togliatti. »

Le corbeau leur raconte le récit de Frère Ciccillo et de Frère Ninetto (eux aussi interprétés par Totò et Ninetto Davoli), deux moines franciscains à qui Saint François ordonne d'évangéliser les faucons (les humbles) et les passereaux (les pauvres). Si les deux moines réussissent à évangéliser les deux « classes » d'oiseaux, ils échouent à mettre fin à leur rivalité, les faucons continuant à tuer les passereaux : Saint François leur explique la guerre dans une perspective marxiste et les invite à reprendre leur évangélisation.

La parenthèse du récit du corbeau étant refermée, le voyage de Totò et Ninetto continue. Le corbeau les suit en continuant à pérorer. Les personnages rencontrent successivement : des propriétaires terriens dans le champ desquels ils se soulagent et qui les chassent à coup de fusil ; une famille vivant dans la misère et à qui Totò ordonne de le payer ou de quitter la maison ; un groupe d'acteurs itinérants à bord d'une Cadillac ; un congrès de « dentistes dantesques » ; un propriétaire à qui, cette fois, c'est au tour de Totò de devoir de l'argent. Enfin, ils se retrouvent aux funérailles du dirigeant communiste Togliatti et finalement rencontrent une prostituée.

À la fin du film, les deux, fatigués du bavardage du corbeau, le tuent et le mangent.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1966 : Nomination au festival de Cannes
  • 1966 : Mention spéciale au festival de Cannes pour son interprétation : Totò
  • 1967 : ruban d'argent Meilleur acteur principal : Totò
  • 1967 : ruban d'argent Meilleur sujet original : Pier Paolo Pasolini

Le film a été classé dans la liste des 100 films italiens à sauver (it), créée afin de signaler « les 100 films qui ont changé la mémoire collective du Pays entre 1942 et 1978 »[2].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Les génériques de début et de fin du film ont la particularité intéressante d'être chantés.

Bande son[modifier | modifier le code]

No Titre Musique Durée
Uccellacci E Uccellini (Titoli Di Testa) (interprété par Domenico Modugno) Ennio Morricone et Pier Paolo Pasolini
Aforismi Ennio Morricone
Teatrino All'Aperto 1 Ennio Morricone
Nidi Di Rondine Ennio Morricone
Scuola Di Ballo Al Sole Ennio Morricone
S. Francesco Parla Agli Uccelli Ennio Morricone
Il Corvo Professore Ennio Morricone
Teatrino All'Aperto 2 Ennio Morricone
Scarpe Rotte Ennio Morricone
Uccellacci E Uccellini - strum Ennio Morricone
Funerale Ennio Morricone
Uccellacci E Uccellini (Titoli Di Coda) Ennio Morricone

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La traduction en français varie
  2. (en) « Uccellacci e uccellini », Retedeglispettatori.it

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Crédit d'auteurs[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]