Des clics et des claques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Déclic et des claques.
Des clics et des claques
Présentateur(s) Laurent Guimier (Saison 1)
Bérengère Bonte (Saison 2)
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Diffusion
Station Europe 1
Création 2011
Horaires du lundi au jeudi,
de 20 h à 22 h 30
Podcasting www.europe1.fr
Site web Site officiel

Des clics et des claques est une émission de radio quotidienne diffusée sur Europe 1 depuis le 23 août 2011 et d'abord dirigée par Laurent Guimier, accompagné d’une équipe de chroniqueurs (Guy Birenbaum, David Abiker, Agnès Léglise et Lise Pressac) qui commentent l’actualité vue à travers le prisme des réseaux sociaux, notamment Twitter et Facebook, en compagnie d'un invité et d'interventions d'auditeurs. Les auditeurs qui ne peuvent intervenir au téléphone ont la possibilité de suivre et commenter en direct l'émission sur twitter grâce au hashtag #dcdc[1]. En juin 2012, Bérengère Bonte succède à Laurent Guimier à la présentation de l'émission pour une saison [2]. Elle quitte l'émission à la troisième saison.

Organisation de l'émission[modifier | modifier le code]

De 20 h à 21 h, l'émission se répartit globalement en deux parties : la première (« La Grande Conversation ») est consacrée au thème du jour et la seconde se concentre plus sur l'invité (la « tête à clics ») et sur sa présence sur les réseaux sociaux.De 21h à 22h30 l’émission se consacre à la culture et l'analyse les profils des invités sur les réseaux sociaux et internet.

Vie de l'émission sur les réseaux sociaux[modifier | modifier le code]

En lien avec le concept de l'émission,les échanges en direct avec les réseaux sociaux, et en particulier Twitter, confèrent à l'émission une grande interactivité.

Tout au long de l'émission, Lise Pressac, la « voix des auditeurs », relaie certains des commentaires des auditeurs sur les sujets traités, ainsi que les questions qu'ils peuvent poser aux invités. Depuis fin 2012, un bandeau où sont affichés des tweets commentant l'émission sélectionnés par Lise Pressac a été ajouté sur le live vidéo de l'émission. Il est également fréquent que des chroniqueurs répondent directement sur Twitter à des remarques ou commentaires émis par les auditeurs. L'émission a ainsi une véritable « vie » en dehors de son cadre strictement radiophonique.

Éléments cultes de l'émission[modifier | modifier le code]

Les T-shirts du chroniqueur Guy Birenbaum, chaque jour différents, sont très vite devenus cultes[réf. nécessaire] et font même l'objet d'un blog Tumblr[3].

Avant l'émission, Lise Pressac demandent sur twitter si les auditeurs ont des questions à poser aux invités. Les réponses des auditeurs, qui rivalisent de jeux de mots sur le nom des invités ont elles aussi leur tumblr dédié[4].

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • Pour Erwan Cario du journal Libération, l'émission n'est qu'une émission de plus sans réelle originalité[5]. Au contraire, pour Les Inrocks, l'émission a toute sa place dans le paysage radiophonique français et dont « l’enjeu est surtout de faire dialoguer les générations, de ceux qui ne connaissent rien aux réseaux sociaux aux twittos les plus acharnés »[6].
  • Le journaliste Vincent Glad[7] a fortement critiqué l'orientation politique de l'émission, notamment la chronique d'Emery Doligé « où, curieusement, la gauche se fait souvent étriller »[8].
  • Le collectif « La Barbe » a publié un communiqué[9] reprochant à l'émission de ne pas faire figurer les femmes de l'équipe sur l'affiche officielle. Ce à quoi Laurent Guimier a répondu dans l'émission suivante que la photo devait être modifiée de toutes façons, indépendamment de ce communiqué[10].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]