Derval (acteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Derval.
Portrait de Derval par Lhéritier
Tombe de Hyacinthe D'OBIGNY DE FERRIERE dit DERVAL - Cimetière Montmartre

Hyacinthe d'Obigny de Ferrière dit Derval, né le 24 juillet 1801 (5 thermidor an 9) à Paris, et décédé le 23 janvier 1885 à Paris 18e, en son domicile 9 passage de l'Élysée des Beaux-Arts, est un comédien français.

Issu d'une famille de robe avec des traditions militaires, il est le fils d'Amand-Benjamin-Sophie D’Obigny et de Marie-Madeleine Labarre, dont mariage le 14 décembre 1808 à Paris, il est le neveu du général de Ferrière, Jacques-Martin-Madeleine de Ferrière, aide de camp et chef d'état-major du roi Louis, père de Napoléon III. Il est aussi le neveu du capitaine de vaisseau d'Obigny

Il commença par travailler au Ministère de la Guerre comme commis d'administration. Mais il était surtout intéressé par le métier d'acteur. En 1827, il céda à sa vocation et se fit embaucher au Théâtre des Nouveautés sous le nom de Derval. Dès ses débuts, il reçut un succès honorable plus particulièrement, a-t-on dit, de la partie féminine du public, séduite par son aisance de manière et le charme de sa diction, résultat sans doute de l'excellente éducation qu'il reçut pendant sa jeunesse.

De haute taille, de fière mine, beau cavalier et homme du monde, il fut l'acteur de bon ton. Il entra au Théâtre du Palais-Royal à l'occasion de son ouverture, le 31 juillet 1831, et il y resta jusqu'en 1857, date à laquelle il passa au théâtre du Gymnase. Henry Lyonnet rapporte l'avis d'un critique en 1841 : « M. Derval est le seul au théâtre du Palais-Royal qui porte la poudre et l'habit français d'une manière convenable. Il a du gentilhomme dans la tournure ».

Avec l'âge, sa diction prit de l'ampleur et de l'autorité, et sa tenue resta parfaite. Son emploi changea, mais il continua à avoir du succès dans les rôles de père noble.

Peu à peu, il devint le bras droit du directeur, Montigny, ne se réservant plus que des rôles secondaires.

Il fut l'un des fondateurs, avec le baron Taylor, de l'Association des artistes dramatiques.

Mahalin a décrit un Derval vieillissant, « qui se promenait, avec des allures d'ours en cage, sous le péristyle du théâtre, maigre comme un vendredi saint et long comme un jour sans tabac, avec des jambes d'échassier et une figure de coupe aquiline, qui avait été belle jadis, mais que déparait, plus que l'âge, une expression de sempiternelle mauvaise humeur ».

Il épouse en première noce Amélie-Geneviève-Henriette-Denise Tabraize le 28 juin 1831 à Paris, de cette union le pianiste Henry-Louis D’Obigny de Ferrière (26 août 1823, Paris - 27 août 1880, Chessy), époux de Mélanie-Louise-Pétronille Trochu, d'où Amélie d'Obigny de Ferrière qui épouse le compositeur André Gedalge

Veuf, il épouse Mary-Ann Nicholson, une anglaise, le 5 octobre 1854 à Paris, dont il eut une fille Louise qui, après avoir entamé une carrière de chanteuse, épousa Alexis Pitron. Leur fils également prénommé Alexis, est devenu le directeur des Folies-Bergère sous le nom de Paul Derval.

Ses obsèques eurent lieu le 24 janvier 1885. Parmi ceux qui tenaient les cordons du poêle, il y avait Alexandre Dumas fils et l'acteur Saint-Germain.

Il est inhumé au cimetière Montmartre.

Quelques-unes de ses créations au théâtre[modifier | modifier le code]

Et aussi dans :

  • Les Trois Dimanches (Cogniard frères et J. Cordier) (1838)
  • Dieu vous bénisse ! (Ancelot et P. Duport) (1839)
  • Le Code des femmes, comédie en 1 acte de Dumanoir (1845).

Sources biographiques[modifier | modifier le code]