Derny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Derny

Création 1930
Disparition 1958
Fondateurs Roger Derny
Siège social Drapeau de France Vichy (France)
Publicité Derny
Le très curieux cyclotandem motorisé avec side-car pour enfant
Photo d'un derny

Derny est le nom de marque d'un ancien constructeur français de motos légères qui s'appelait « Roger Derny », dont l'entreprise Roger Derny et Fils a été créée à Vichy en 1930 et qui a été fermée en 1958.

À cette époque, la société avait tenté de se relancer, en se positionnant sur d'autres marchés que son créneau principal des motos d'entraîneur cyclistes en produisant une élégante moto légère semi carénée nommée « le Taon » (clin d'oeil à la Vespa qui signifie « guêpe » en italien) dont le dessin étonnamment moderne était du au designer Roger Tallon, devenu célèbre par la suite, notamment pour ses études sur le TGV.

Le succès ne sera pas au rendez vous (les années 1960 verront la petite auto d'occasion éliminer la moto du marché, jusqu'aux années 1970 et à la déferlante des motos japonaises, dans un contexte d'embouteillages urbains) mais le Taon derny, par sa rareté et son « look » original, deviendra une pièce de collection assez recherchée.

Le pilote[modifier | modifier le code]

Il remporte en 1902 la première course de côte du mont Ventoux sur bicylindre Clément-Gladiator, ainsi que la course de côte de Laffrey (en Isère), sur autocyclette Clément, le 20 juillet de la même année[1].

Les vélos motorisés[modifier | modifier le code]

Ce constructeur s'était spécialisé dans la construction de vélos motorisés qui ont été très utilisés pour l'entraînement des coureurs cyclistes sur la piste pour les compétitions de demi-fond et sur la route pour les compétitions derrière entraîneur telles que Bordeaux-Paris (première fois utilisé en 1938) ou le Grand Prix des Nations.

Un nom devenu commun[modifier | modifier le code]

Dans le cyclisme, le mot « derny » écrit sans majuscule initiale est devenu un nom commun qui a été conservé après la disparition de la marque. Il continue actuellement à désigner la plupart des modes d'entraînement des cyclistes derrière une petite moto d'entraînement ou des courses telle le keirin. On utilise désormais de plus en plus le terme de « burdin », d'après le nom de la marque française (selon son fabricant Alain Burdin[2]) qui a pris la suite de « Derny » et qui est aujourd'hui fabriqué par Arie Simon en Hollande[3]. Ce dernier terme n'est du reste pas celui utilisé d'origine pour désigner les motos entraînant les cyclistes sur piste (appelées motos de stayer). Ce mode de compétition existait en effet bien avant la marque Derny. Ces motos utilisaient, aux origines de ce sport, des moteurs énormes, ce qui permit par exemple au Belge Léon Vanderstuyft d'atteindre 107,7 km/h derrière une telle moto en 1924.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]