Dernier inventaire avant liquidation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dernier inventaire avant liquidation est un essai écrit en 2001 par Frédéric Beigbeder, dans lequel il commente les 50 premières œuvres littéraires d'un classement des 100 meilleures du XXe siècle établi par les lecteurs du quotidien Le Monde. On commence avec Nadja d'André Breton pour finir avec L'Étranger d'Albert Camus (à la première place), en passant les bandes dessinées d'Hergé ou les poésies de Prévert. L'auteur commente ces œuvres avec son style décalé caractéristique voulant en quelque sorte désacraliser le concept de chef-d’œuvre littéraire.

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Celui qui écrit un chef-d’œuvre ne sait pas qu'il écrit un chef-d’œuvre »[1]
  • « À titre personnel, je vois ce petit opuscule comme une reconnaissance de dette. »[1]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Premiers chapitres : Frédéric Beigbeder, Dernier inventaire avant liquidation », sur le site des éditions Grasset.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Beigbeder, Dernier inventaire avant liquidation, Paris, Grasset,‎ 2001, 222 p. (ISBN 2-246-59691-2)
  • Frédéric Beigbeder, Dernier inventaire avant liquidation : Les cinquante livres du siècle choisis par vous et commentés par moi, Paris, Le Grand Livre du mois,‎ 2001, 222 p. (ISBN 2-7028-6556-9)
  • Frédéric Beigbeder, Dernier inventaire avant liquidation, Paris, Gallimard, coll. « Folio » (no 3823),‎ 2003, 233 p. (ISBN 2-07-042648-3)