Ceci est un bon article. Cliquez pour plus d'informations

Derek Boogaard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Derek Boogaard

Photographie couleur de Boogaard

Boogaard en 2009

Surnom(s) The Boogeyman[Note 1],[1]
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 23 juin 1982,
Saskatoon (Canada)
Mort le 13 mai 2011,
Minneapolis (États-Unis)
Joueur décédé
Position Ailier gauche
Tirait de la gauche
A joué pour LNH
Wild du Minnesota
Rangers de New York
LAH
Aeros de Houston
ECHL
Ice Gators de la Louisiane
Repêc. LNH 202e choix au total, 2001
Wild du Minnesota
Carrière pro. 20022011

Derek Boogaard (né le 23 juin 1982 à Saskatoon, dans la province de la Saskatchewan au Canada – mort le 13 mai 2011 à Minneapolis, Minnesota aux États-Unis) est un joueur professionnel de hockey sur glace canadien, connu comme bagarreur et frère d'Aaron Boogaard, également professionnel.

Il est choisi au septième tour, 202e au total par le Wild du Minnesota, lors du repêchage d'entrée dans la Ligue nationale de hockey de 2001. Il devient professionnel dans l'organisation du Wild en 2003 et y reste jusqu'en 2010. Il joue une dernière saison avec les Rangers de New York en 2010-2011 puis meurt mi-mai suite à une absorption d'alcool conjuguée à un traitement anti-douleur, l'oxycodone[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses débuts juniors[modifier | modifier le code]

Boogaard est le fils de Len et Joanne Boogaard[3] et il naît à Saskatoon, dans la province de la Saskatchewan au Canada le 23 juin 1982. Il est le frère aîné de Ryan, né en 1984[3], et d'Aaron, né en 1986[4] et les deux jeunes Boogaard grandissent à Regina dans la Saskatchewan[5]. Derek débute sa carrière en jouant pour les Caps de Regina de la Ligue de hockey junior de la Saskatchewan en 1998-1999 ; dès cette première saison, il met en avant son côté bagarreur en récoltant un total de 166 minutes de pénalités en seulement trente-cinq rencontres[6].

Lors de la saison suivante, il rejoint les rangs de la Ligue de hockey de l'Ouest toujours dans la ville de Regina, mais cette fois en jouant pour l'équipe des Pats. Après cinq rencontres en début de saison, il prend la direction des Cougars de Prince George toujours dans la LHOu ; il compte 17 minutes de pénalités avec les Pats puis 149 avec les Cougars. Malgré un nouveau total de 166 minutes de pénalité, cette fois en trente-trois rencontres, il n'est pas dans le classement des dix joueurs le plus pénalisés de la ligue. Éric Godard, des Hurricanes de Lethbridge, est premier avec 310 minutes[7].

Lors de sa deuxième saison dans la LHOu, son temps de jeu augmente puisqu'il joue une soixantaine de matchs ; il augmente également son temps sur le banc des pénalités et compte désormais 245 minutes. Il est le huitième plus haut total de la ligue alors que David Kaczowka qui joue avec Regina compte 414 minutes de pénalités[8]. Malgré son total de pénalité, il est un des joueurs préférés des fans de l'équipe[9]. Il joue au cours de cette saison ses premiers matchs lors de séries éliminatoires ; il joue les six rencontres de son équipe qui est éliminée 4-2 par les Winterhawks de Portland et inscrit un but, le deuxième de sa carrière dans la LHOu[9].

Boogaard participe au repêchage d'entrée[Note 2] dans la Ligue nationale de hockey de 2001. Il est le sixième choix du Wild du Minnesota, au titre de 202e joueur repêché, alors que le Wild choisit Mikko Koivu au premier tour[10]. Boogaard ne rejoint pas pour autant la LNH et continue dans la LHOu pour la saison 2001-2002. Au début de cette dernière, il ne joue que deux rencontres, et déjà 16 minutes de pénalité, avant de changer d'équipe et de rejoindre les Tigers de Medicine Hat[6]. Au cours de la saison suivante, il débute dans la LHOu mais avant la fin de la saison, il devient professionnel[2].

Sa carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

2002 à 2007[modifier | modifier le code]

Photographie de Gáborík avec le maillot blanc du Wild
Marián Gáborík joue aux côtés de Boogaard entre 2005 et 2009 avec le Wild puis une saison avec les Rangers.

Boogaard fait ses débuts avec les Ice Gators de la Louisiane de l'ECHL lors de la saison 2002-2003 ; l'équipe est une des équipes affiliées au Wild dans les ligues mineures[11]. Avec les Ice Gators, il joue trente-trois matchs de la saison régulière et compte 240 minutes de pénalité[12] ; l'équipe est qualifiée pour les séries mais il ne joue que deux des six rencontres des siens[6].

Il joue la saison suivante pour la franchise affiliée dans la Ligue américaine de hockey, les Aeros de Houston. Lors de cette première saison dans la LAH, il inscrit quatre points et encourt 207 minutes de pénalité, le plus haut total de son équipe[13]. Suite à la saison régulière, une série de qualification pour les séries éliminatoires de la Coupe Calder a lieu entre les équipes ayant terminées quatrième et cinquième de leur division ; les Aeros et Boogaard jouent donc deux rencontres qu'ils perdent contre les Mighty Ducks de Cincinnati[14]. Il joue encore une saison dans la LAH avec les Aeros et il y totalise une nouvelle fois le plus haut total de pénalités de son équipe soit 259[15] ; Brian McGrattan des Senators de Binghamton est le joueur de la ligue le plus pénalisé avec 551 minutes[16]. Son équipe termine qualifiée de justesse pour les séries mais perd au premier tour contre les Wolves de Chicago premiers de la division lors du calendrier régulier[17].

Boogaard fait ses débuts dans la LNH lors de la saison 2005-2006 où il devient le joueur le plus puni du Wild du Minnesota, avec 158 minutes de pénalité[18]. Boogaard décroche à cette occasion des records pour les minutes de pénalités de son équipe : le plus grand total pour un joueur recrue[Note 3],[19] dont 17 minutes au cours d'un seul match[20]. Il inscrit son premier but dans la LNH le 19 octobre 2005 lors d'une victoire 6-1 contre les Sharks de San José[21]. Brian Rolston est le meilleur pointeur de son équipe mais la saison se termine avec une non-qualification pour les séries de la Coupe Stanley[22] et une onzième place au classement de la conférence[23].

Au début de la saison suivante, en octobre, il livre un combat contre Todd Fedoruk des Ducks d'Anaheim ; ce dernier quitte la rencontre après avoir reçu un coup de poing du bagarreur du Wild[24]. Cinq plaques d'acier sont nécessaires pour réparer la blessure que subit Fedoruk[25]. Le Wild, terminant cette saison septième de la conférence de l'Ouest et deuxième de leur division[26], est qualifié pour les séries éliminatoires. Ils y rencontrent les Ducks lors du premier tour et les joueurs du Wild sont rapidement débordés et menés trois matchs à zéro ; ils parviennent à sauver l'honneur en remportant la quatrième rencontre sur la marque de 4-1 mais ils sont éliminés en perdant le cinquième match sur la même marque[27]. À la fin de la saison, les frères Boogaard fondent le « Derek and Aaron Boogaard Fighting Camp » dans la ville de Regina pour apprendre aux jeunes joueurs de hockey, âgés entre 12 et 18 ans, comment se battre lors d'un match de hockey. Partant du principe que tous les joueurs de la LNH ne peuvent pas être des pointeurs, ils préfèrent apprendre aux joueurs plus limités techniquement comme se battre sur une patinoire de manière intelligente plutôt que de les laisser se blesser en se bagarrant[5].

2007 à 2011[modifier | modifier le code]

Photographie de Matt Carkner avec le maillot blanc des Sénateurs.
Matt Carkner et Boogaard se battent ensemble lors de la saison 2010-2011. Il s'agit du 70e et dernier combat de Boogaard dans la LNH.

Lors de la saison 2007-2008, Marián Gáborík se place meilleur pointeur de l'équipe avec quatre-vingt-trois points alors que Boogaard ne joue que trente-quatre matchs[28]. Pour la première fois de son histoire, l'équipe termine la saison à la première place de sa division avec trois points de plus que l'Avalanche du Colorado[26]. Les deux équipes s’affrontent au premier tour des séries et les trois premières rencontres se décident suite à des prolongations ; le Wild mène alors deux à un mais perd les trois rencontres suivantes pour une nouvelle élimination précoce[29]. En six rencontres de séries jouées, Boogaard totalise 24 minutes de pénalités[6]. Lors de la saison 2008-2009, Mikko Koivu est le meneur du Wild alors que Boogaard joue une cinquantaine de rencontres ; l'équipe finit troisième de la division mais ne parvient pas à se qualifier pour les séries[30],[31]. Laissé libre à la fin de la saison, Gáborík quitte le Wild et signe un contrat avec les Rangers de New York[32] et dans le même temps, l'équipe change d'entraîneur avec le départ de Jacques Lemaire et l'arrivée de Todd Richards mi-juin[33].

Boogaard joue sa dernière saison avec le Wild en 2009-2010. Le 13 janvier 2010, il dépasse la barre des 500 minutes de pénalité en carrière dans la LNH[34]. Quatrièmes de la division, les joueurs du Wild sont une nouvelle fois écartés de la course à la Coupe Stanley[35] alors que Boogaard dépasse la barre des cent minutes de pénalités en jouant cinquante-sept rencontres[36]

Le 1er juillet 2010, il signe un contrat à titre d'agent libre avec les Rangers de New York pour quatre ans et 6,5 millions de dollars[37]. Il est alors dans l'histoire du Wild l'équipe le deuxième joueur le plus pénalisé avec un total de 544 minutes derrière Matt Johnson qui en compte 698 en quatre saisons avec le Wild[38]. Il inscrit un but le 9 novembre 2010, lors d'une défaite 5-3 contre les Capitals de Washington, et met alors fin à une série de 234 matchs consécutifs dans la LNH sans avoir inscrit le moindre but[39]. Il joue une vingtaine de matchs avec sa nouvelle équipe au début de la saison 2010-2011 avant de se blesser à l'épaule au cours d'une rencontre contre les Sénateurs d'Ottawa début décembre[40]. Il se blesse lors d'un combat contre Matt Carkner, le 70e de sa carrière[41]. Boogaard manque la fin de la saison alors que les Rangers perdent au premier tour des séries contre les Capitals de Washington[42].

En raison de son jeu physique, Boogaard est apprécié par les fans des différentes équipes pour lesquelles il joue[1],[9]. Il est également très impliqué dans les différentes associations locales ; ainsi, il est un des joueurs à défendre la cause de Defending the Blue Line, une fondation américaine basée au Minnesota et visant à ce que les enfants de militaires puissent jouer au hockey[43]. Au sein des Rangers, il crée l'association des Boogaard’s Booguardians permettant aux familles de militaires d'assister aux rencontres de l'équipe de New York[44].

Son décès[modifier | modifier le code]

Le 13 mai 2011, il est retrouvé mort à son domicile[1],[45]. L'autopsie révèle plus tard que sa mort est accidentelle et est due à une absorption d'alcool conjuguée à un traitement anti-douleur, l'oxycodone[46]. À la suite de sa mort, sa famille décide de donner son cerveau à la science afin qu'elle puisse étudier l'état d'un cerveau d'un sportif dans un sport physique[3]. Il apparaît également qu'il faisait partie depuis un certain temps du « NHL/NHLPA Substance Abuse & Behavioral Health Program », programme de la LNH destiné à aider les joueurs dépendants des drogues et/ou de l'alcool[3].

Le 22 juillet 2011, Aaron Boogaard est mis en cause par l'enquête sur la mort de son frère. Il est mis en examen, pour le crime d'avoir fourni à Derek l'oxycodone qui lui aura été fatal et pour le délit d'avoir fait disparaître les pilules restant après la mort de son frère dans les toilettes avant l'arrivée des secours[47].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Boogaard est plus connu pour ses talents à imposer le respect en se battant plutôt qu'à inscrire des points. Ainsi, il totalise en saison régulière seulement trois buts dans la LNH, deux avec le Wild et un avec les Rangers ; d'un autre côté, il totalise à la fin de sa carrière 589 minutes de pénalités récoltées en 277 rencontres soit 2,12 minutes de pénalités en moyenne par matchs de saison régulières. L'ensemble des statistiques de sa carrière depuis sa première saison en 1998-1999 dans la Ligue de hockey junior de la Saskatchewan jusqu'à sa dernière avec les Rangers en 2010-2011 sont reprises dans le tableau suivant[48].

Statistiques par saison
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1998-1999 Caps de Regina LHJS 35 2 3 5 166 - - - - -
1999-2000 Pats de Regina LHOu 5 0 0 0 17 - - - - -
1999-2000 Cougars de Prince George LHOu 33 0 0 0 149 - - - - -
2000-2001 Cougars de Prince George LHOu 61 1 8 9 245 6 1 0 1 31
2001-2002 Cougars de Prince George LHOu 2 0 0 0 16 - - - - -
2001-2002 Tigers de Medicine Hat LHOu 46 1 8 9 178 - - - - -
2002-2003 Tigers de Medicine Hat LHOu 27 1 2 3 65 - - - - -
2002-2003 Ice Gators de la Louisiane ECHL 33 1 2 3 240 2 0 0 0 0
2003-2004 Aeros de Houston LAH 53 0 4 4 207 2 0 1 1 16
2004-2005 Aeros de Houston LAH 56 1 4 5 259 5 0 0 0 38
2005-2006 Wild du Minnesota LNH 65 2 4 6 158 - - - - -
2006-2007 Wild du Minnesota LNH 48 0 1 1 120 4 0 1 1 20
2007-2008 Wild du Minnesota LNH 34 0 0 0 74 6 0 0 0 24
2008-2009 Wild du Minnesota LNH 51 0 3 3 87 - - - - -
2009-2010 Wild du Minnesota LNH 57 0 4 4 105 - - - - -
2010-2011 Rangers de New York LNH 22 1 1 2 45 - - - - -
Totaux LNH 277 3 13 16 589 10 0 1 1 44

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le surnom de Derek Boogaard, The Boogeyman, est une référence au mot anglais bogeyman signifiant le croque-mitaine en français.
  2. Le terme « repêchage » est un terme canadien correspondant à l'anglicisme draft et désigne un événement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, comparable à une bourse aux joueurs, où les équipes sélectionnent des sportifs issus de l'université, de l'école secondaire ou d'une autre ligue, voir d'une autre équipe.
  3. Le terme « recrue » désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de « rookie ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Glen Andrese, « The Wild Organization Mourns The Loss Of Derek Boogaard », sur Minnesota Wild,‎ 13 mai 2011 (consulté le 4 juin 2011).
  2. a et b (en) « Derek Boogaard , hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 13 mai 2011)
  3. a, b, c et d (en) Michael Russo, « Boogaard's family will donate brain for concussion research », sur www.startribune.com,‎ 15 mai 2011 (consulté le 5 juin 2011).
  4. (en) « Aaron Boogaard hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.
  5. a et b (en) Greg Harder, « Boogaard brothers offer fighting tips to young hockey players », sur www.canada.com,‎ 8 juin 2007 (consulté le 4 juin 2011).
  6. a, b, c et d « Derek Boogaard - Statistiques », sur www.nhl.com
  7. (en) « 1999-00 WHL League Leaders », sur The Internet Hockey Database (consulté le 4 juin 2011).
  8. (en) « 2000-01 WHL League Leaders », sur The Internet Hockey Database (consulté le 4 juin 2011).
  9. a, b et c (en) « Cougars Mourn Passing Of Derek Boogaard », sur www.pgcougars.com,‎ 14 mai 2011 (consulté le 4 juin 2011).
  10. Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide, p. 156
  11. (en) « Louisiana IceGators of the ECHL », sur The Internet Hockey Database (consulté le 4 juin 2011).
  12. (en) « ECHL mourns loss of former player Boogaard », sur ECHL.com,‎ 14 mai 2011 (consulté le 4 juin 2011).
  13. (en) « 2003-04 Houston Aeros roster and player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 5 juin 2011).
  14. (en) « 2003-04 AHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 5 juin 2011).
  15. (en) « 2004-05 Houston Aeros roster and player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 5 juin 2011).
  16. (en) « 2004-05 AHL League Leaders », sur The Internet Hockey Database (consulté le 5 juin 2011).
  17. (en) « 2004-05 AHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 5 juin 2011).
  18. Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide, p. 136
  19. Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide, p. 173
  20. Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide, p. 174
  21. (en) « San Jose Sharks 1, Minnesota Wild 6 FINAL », sur www.nhl.com,‎ 19 octobre 2005 (consulté le 2 septembre 2014).
  22. Official Guide & Record Book 2010, p. 77
  23. Official Guide & Record Book 2010, p. 162
  24. (en) « Minnesota 3, Ducks 2 (OT) - Friday, 10.27.2006 / 12:00 AM / News », sur Anaheim Ducks,‎ 27 octobre 2006 (consulté le 5 juin 2011).
  25. (en) « Todd Fedoruk, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 5 juin 2011).
  26. a et b Official Guide & Record Book 2010, p. 163
  27. Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide, p. 200-201
  28. Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide, p. 132
  29. Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide, p. 198-199
  30. Official Guide & Record Book 2010, p. 183
  31. Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide, p. 130
  32. (en) « Rangers agree to terms with All-Star Gaborik », sur le site officiel des Rangers de New York,‎ 1er juillet 2009 (consulté le 2 mars 2011).
  33. Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide, p. 24-25
  34. Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide, p. 122
  35. Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide, p. 118
  36. Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide, p. 124
  37. (fr) « Derek Boogaard meurt à l'âge de 28 ans », sur Réseau des sports,‎ 13 mai 2011 (consulté le 5 juin 2011).
  38. Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide, p. 180
  39. (en) « Rangers can't hold off red-hot Capitals at The Garden », sur new York Rangers,‎ 9 novembre 2010 (consulté le 5 juin 2011).
  40. (en) Jim Cerny, « Boogaard left a legacy of friendship », sur New York Rangers,‎ 16 mai 2011 (consulté le 5 juin 2011).
  41. (fr) « Un dernier hommage à Derek Boogaard », sur Réseau des sports,‎ 21 mai 2011 (consulté le 5 juin 2011).
  42. (en) Corey Masisak, « Caps win 3-1 to eliminate Rangers », sur NHL.com,‎ 24 avril 2011 (consulté le 24 avril 2011).
  43. (en) « Hockey Players Supporting Defending the Blue Line », sur www.defendingtheblueline.org (consulté le 5 juin 2011).
  44. (en) « Rangers forward Derek Boogaard passes away at 28 », sur TSN.ca,‎ 14 mai 2011 (consulté le 5 juin 2011).
  45. « Boogaard retrouvé mort », sur www.sport24.com (consulté le 20 mai 2011)
  46. « Un accident pour Boogard », sur www.sport24.com (consulté le 20 mai 2011)
  47. (en) Paul Walsh, « Charges: Boogaard brother controlled pills, destroyed evidence », sur Star Tribune,‎ 22 juillet 2011 (consulté le 22 juillet 2011).
  48. (en) « Derek Boogaard hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 26 juin 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.