Der Geist hilft unser Schwachheit auf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Der Geist hilft unser Schwachheit auf
226
Image décrite ci-après
Genre Motet
Nb. de mouvements 3
Texte Épître aux Romains (8,26)
Effectif 2 chœurs SATB
Dédicataire Funérailles de Johann Heinrich Ernesti (en)
Création 21 octobre 1729
Paulinerkirche (en)

Der Geist hilft unser Schwachheit auf (L'Esprit nous aide dans notre faiblesse), BWV 226, est un motet composé par Jean-Sébastien Bach à Leipzig en 1729 pour les funérailles de Johann Heinrich Ernesti (en).

Histoire[modifier | modifier le code]

Bach écrit sur la partition : « J. J. Motetta à doi Cori bey Beerdigung des seel. Hrn. Prof. und Rectoris Ernesti di J. S. Bach. » (Jesu Juva – Motet pour deux chœurs pour les funérailles du Recteur béni, Professeur Ernesti, par J. S. Bach). Ernesti était professeur de poésie à l'Université de Leipzig et directeur de la Thomasschule. Le texte est tiré de l’Épître aux Romains (8,26) et de la troisième strophe de Martin Luther de l'hymne Komm, Heiliger Geist, Herre Gott (1524)[1]. Ernesti lui-même avait choisit le texte de l'épitre pour le sermon des funérailles[2]. Les spécialistes de Bach débattent sur la date de la première représentation (qui a lieu au Paulinerkirche (en), l'église de l'université), le 24 octobre ou plutôt le 21 octobre comme indiqué sur le sermon[3].

Bach a écrit d'autres œuvres pour des évènements de l’université : ce motet est un des douze Festmusiken zu Leipziger Universitätsfeiern (musiques pour les célébrations de l'université) encore existant[4]. L'œuvre fait également partie d'une autre série, les Motets de Bach, qui ont peut-être été tous composés pour des funérailles

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

Le motet est composé de trois mouvements pour deux chœurs à quatre parties. Ils chantent ensemble dans les mouvements deux et trois. Les parties orchestrales sont existantes, ce qui indique que la chorale I est accompagnée de cordes, et le chœur II par des bois (deux hautbois, une taille (en) et un basson). La basse continue est assurée par un violone et un orgue[5].

  1. Der Geist hilft unser Schwachheit auf
  2. Der aber die Herzen forschet
  3. Du heilige Brunst, süßer Trost

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Komm, Heiliger Geist, Herre Gott / Text and Translation of Chorale », bach-cantatas.com,‎ 2006 (consulté le 25 octobre 2012)
  2. (de) Konrad Klek, Von Schwachheit keine Spur / Serie Musica Sacra (60): Motette "Der Geist hilft unsrer Schwachheit auf" von Johann Sebastian Bach, Sonntagsblatt Bayern,‎ 29 avril 2012 (lire en ligne)
  3. (de) Martin Petzoldt, Der Geist hilft unser Schwachheit auf BWV 226, in "Booklet for the Anniversary Edition "Leipziger Universitätsmusik", Johann Sebastian Bach: Festmusiken zu Leipziger Universitätsfeiern.,‎ 2009, p. 8f
  4. (de) David Timm, Festmusiken zu Leipziger Universitätsfeiern, Leipziger Universitätschor,‎ 2009 (lire en ligne), p. 8f
  5. (de) Carol Traupman-Carr, Motet BWV 226 "Der Geist hilft", Leipziger Universitätschor,‎ 2009 (lire en ligne), p. 8f

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]