Dense Inert Metal Explosive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Dense Inert Metal Explosive (DIME) est, en 2009, une munition expérimentale à base d'une enveloppe en fibres de carbone contenant un explosif mélangé à un alliage de poudre de tungstène avec également du cobalt, du nickel ou du fer[1]. Sa production à usage militaire a débuté au début des années 2000.

Il est emporté par la bombe GBU-39 d'une masse totale de 113 kg contenant 17 kg d'explosif. Il possède un grand pouvoir létal mais son effet se dissipe au-delà de 10 mètres grâce à l'inertie du tungstène dont le rôle est de remplacer les éclats habituellement générés par l'enveloppe qui, dans le cas des DIME en fibre de carbone, se pulvérise à l'explosion. Le souffle de l'explosion a un rayon d'action limité afin d'éviter les dommages collatéraux[1],[2].

Composition[modifier | modifier le code]

Ce type d'armes se compose de deux éléments principaux, le vecteur et l’explosif :

  1. Le vecteur doit être aussi précis que possible : la solution trouvée est la roquette ou le missile à guidage GPS de très haute précision (un écart circulaire probable quelques mètres) ou le guidage laser (quelques décimètres).
  2. L'explosif est très puissant. Y est incorporé une poudre très dense d'un alliage de métaux lourds et de tungstène (HMTA pour heavy metal - tungsten alloy) et d'autres métaux, tels que cobalt, nickel ou fer à haute densité)[3].

Deux types d'alliage HMTA existent[3] :

  1. rWNiCo : tungstène (91-93 %), nickel (3-5 %) et cobalt (2-4 %) ;
  2. rWNiFe : tungstène (91-93 %), nickel (3-5 %) et fer (2-4 %).

Effet sur la santé[modifier | modifier le code]

Les bombes de ce type créent des dommages très importants sur la matière vivante et les tissus mous (derme, muscles et os, constitués essentiellement d’eau) dans un rayon inférieur à 10 mètres, et peu ou pas au-delà. Les blessures provoquées sont quasiment incurables et conduisent généralement à l'amputation. Effet connexe, la contamination de l’organisme par ces métaux lourds favorise l’apparition de cancer chez les survivants. Les particules induisent à court terme des transformations néoplasiques des ostéoblastes chez l'homme[3]. Une étude du Département américain de la santé sur les rats a indiqué en 2005 que l'HMTA induisait à court terme des rhabdomyosarcomes[4].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les armes DIME sont particulièrement utiles dans le cadre d'une guerre asymétrique, puisqu'elles permettent à une armée de frapper des cibles limitées, y compris dans des zones de forte densité.

Ce nouvel armement aurait été expérimenté par Israël au Sud-Liban et à Gaza durant l'été 2006 pendant l'opération Pluie d'été[5], ainsi qu'en 2009 durant l'opération Plomb durci[1]. Selon plusieurs médecins[6] en activité à Gaza, qui ont observé sur les victimes des lésions identiques à celles constatées lors des opérations précitées, ces armes seraient également utilisées dans le cadre de l'Opération Bordure protectrice qui est menée en 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]