Denis Marion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marion.

Denis Marion (de son vrai nom Marcel Defosse), né le 15 avril 1906 à Saint-Josse-ten-Noode (Belgique) et décédé le 15 août 2000 à Eaubonne (France), est un écrivain belge francophone, avocat, journaliste, joueur d'échecs, critique littéraire, critique de cinéma, auteur dramatique, professeur d'université; il connut nombre de personnalités culturelles en Belgique et en France.

Parcours[modifier | modifier le code]

Après des études de droit à l'Université libre de Bruxelles, il entame une carrière d'avocat tout en se livrant à sa passion des échecs (il fut parmi les dix meilleurs joueurs de Belgique). En 1928, il publie un article très élogieux sur le roman d'André Malraux Les Conquérants, ce qui lui vaudra l'amitié de l'auteur. Au début des années 1930, il est l'un des animateurs du Club de l'Écran (ancêtre de la Cinémathèque royale de Belgique). En 1933, avec André Thirifays et Pierre Vermeylen, il demande à Henri Storck de coréaliser avec Joris Ivens un film de propagande sur les conditions de vie difficiles du prolétariat borain. C'est ainsi que né Misère au Borinage[1]. En 1938, Malraux fait appel à lui comme assistant et coscénariste du film Espoir, sierra de Teruel, qu'il réalise pour le gouvernement républicain espagnol. En 1945, il quitte son cabinet d'avocat pour devenir le correspondant permanent à Paris du quotidien belge Le Soir. Il écrivit plusieurs ouvrages sur le cinéma, un unique roman chez Gallimard, deux pièces de théâtre, et donna des cours à l'Université Libre de Bruxelles sur la déontologie de la presse et l'histoire du cinéma.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Defoe. Bruxelles, Libris, 1943.
  • Aspects du cinéma. Bruxelles, Éditions Lumière, 1945.
  • Si peu que rien. Paris, Gallimard, 1945.
  • Le Courage de ses actes. Bruxelles, Éditions Lumière, 1945.
  • Le Cinéma par ceux qui le font. Paris, Fayard, 1949.
  • La Méthode intellectuelle d'Edgar Poe. Paris, Éditions de Minuit, 1952.
  • Les Masques du destin. Paris, Éditions de Minuit, 1955.
  • André Malraux. Paris, Seghers, 1970.
  • Ingmar Bergman. Paris, Gallimard, collection Idées, 1990.
Traductions
  • Daniel Defoe, Moll Flanders. Bruxelles, Éditions Lumière, 1945.
  • Daniel Defoe, Lady Roxana. Paris, Club français du Livre, 1957.
Théâtre
  • Le Juge de Malte, 1948.
  • L'Affaire Fualdès, 1951.
À son sujet
  • Le Jeu des Figures Film documentaire de 52 minutes de Claude François, coauteur Gilles Brenta.

Filmographie (comme scénariste)[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cinéma: cent ans de cinéma en Belgique par Jean Brismée, Éditions Mardaga, 1995, page 53