Denis Guedj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guedj.

Denis Guedj, né en 1940 à Sétif, et mort à Paris le 24 avril 2010[1], est un écrivain et mathématicien français[2]. Enseignant à l'Université de Paris VIII, il était également comédien et scénariste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Denis Guedj compte parmi les fondateurs, avec Claude Chevalley, du département de mathématiques du centre universitaire expérimental de Vincennes[3], à l'origine de l'université Paris VIII, dès sa fondation en 1969[4]. Il y enseigne l’histoire des sciences et l'épistémologie et, attaché à l'idée d'université populaire, se refuse à toute participation à la direction ou à la gestion de l'établissement[4].

La « Ronde infinie des obstinés » à Paris en avril 2009.

Auteur d'essais et romans mettant en scène les sciences, les mathématiques et leur histoire, il a collaboré au journal Libération de 1994 à 1997 pour des chroniques dans le cahier scientifique Eurêka[4] qui ont été rassemblées pour former l'ouvrage La gratuité ne vaut plus rien[1].

Il connaît le succès en 1998 avec la publication du roman Le Théorème du Perroquet – traduit dans une vingtaine de langues[4] – qui retrace la naissance des mathématiques et auquel succèdent d'autres succès comme, en 2000, Le Mètre du monde qui raconte comment le système métrique s'impose durant la Révolution française, ou encore Zéro, en 2005, qui explique l'invention du zéro à travers les cinq incarnations d'une femme.

En 2009, il participe à l'action originale de protestation, rassemblant des enseignants et étudiants, appelée « Ronde infinie des obstinés »[5] qui battra le pavé parisien de la Place de Grève pendant 1001 heures pour protester contre la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (dite LRU)[6].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Les sujets mathématiques abordés par ce roman sont Cantor, la théorie des ensembles, l'infini (plus précisément la cardinalité des ensembles infinis), la puissance du continu.
  • Les mathématiques expliquées à mes filles, Le Seuil, 2008.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dominique Leglu, Denis Guedj. Un homme libre, in blogs du Nouvel Obs, 24/04/2010, article en ligne
  2. Sylvestre Huet, Denis Guedj se soustrait, in Libération, 28/04/2010, article en ligne
  3. cf. Jean-Michel Djian (dir.), Vincennes, une aventure de la pensée critique, éd. Flammarion, 2009, présentation en ligne
  4. a, b, c et d Sylvestre Huet, Denis Guedj n'est plus parmi nous, in Science², blog de Libération, 28/04/2010, en ligne
  5. La Ronde infinie des obstinés, tribune libre par Denis Guedj, in L'Humanité, 28/03/2009, article en ligne
  6. Véronique Soulé, Facs : la «ronde infinie des obstinés», in Libération, 24/03/2009, article en ligne

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :