Dendrite (biologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dendrite.
Structure typique d'un neurone


Les dendrites sont des prolongements du corps cellulaire des neurones dont elles partagent les organites (à l'exception du noyau et des lysosomes). Ces dendrites peuvent se diviser par dichotomies successives, s'affinant ainsi de leur origine trapue vers la périphérie, ce qui leur confère un aspect arborescent. Elles peuvent également apparaître soit lisses soit couvertes de courtes excroissances, allongées ou pédiculées, appelées épines dendritiques (1 à 2 microns). Les dendrites, en particulier les épines dendritiques, reçoivent des afférences d'autres neurones au niveau des synapses dont elles constituent l'élément post-synaptique (séparé par la fente synaptique de renflements terminaux des neurones afférents).

Neurone d'hippocampe cultivé in vitro, exprimant une protéine fluorescente verte (GFP) et présentant des dendrites avec de nombreuses épines dendritiques

Les dendrites conduisent des courants électriques (ioniques) générés au niveau synaptique préférentiellement vers le soma, soit de manière passive selon une loi décrémentielle, soit activement grâce à des processus regénératifs faisant intervenir des conductances ioniques transmembranaires (potentiel d'action dendritique). Chez certains neurones, le potentiel d'action axonal peut remonter vers les dendrites (potentiel rétrograde).

Le nombre, la morphologie et la localisation des dentrites permettent de différencier des familles différentes de neurones et sont associés à des propriétés électriques et computationnelles distinctes (aucun chez les neurones unipolaires, beaucoup chez les neurones multipolaires…)

Les dendrites ne sont jamais recouvertes de myéline.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Tritsch D., Chesnoys-Marchais D., Feltz A., "Physiologie du neurone", 2e édition, 1998, Doin.