Demodex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Demodex est un genre d'acariens de la famille des Demodicidae. Certaines espèces font naturellement partie de la microflore de la peau humaine ou vivent associées aux cheveux, cils, sourcils.

Chez la vache, une espèce de Demodex' peut s'insérer dans les follicules pileux, y former des cavités où il vit et se reproduit, en déclenchant une formation de nodules et de vives réactions inflammatoires.
L'infestation pathologique de la partie sous-jacente de la peau de bovins d'élevage par un Demodex est une maladie vétérinaire dite « démodécose » (ici en Afrique de l'Ouest)
Ici, ce sont les follicules pileux d'un singe qui sont colonisés par une espèce de Demodex (formes brunes irrégulières allongées visibles dans les cavités. les cavités se forment dans les follicules pileux enflammés) ; photographie histologique en microscopie optique

Il regroupe des acariens minuscules, très communs sur la peau de tous les mammifères, dont il est encore difficile de dire s’ils sont des Parasites ou des symbiotes (contribuant à nettoyer la peau, notamment du sébum) qui dans certaines conditions (déficit immunitaire leur permettant de pulluler, souvent sans symptômes, pouvant alors parfois jouer un rôle dans certaines pathologies dermatologiques…).
Ils vivent dans ou à proximité des follicules pileux des mammifères.

Demodex folliculorum et Demodex brevis[modifier | modifier le code]

Demodex folliculorum et Demodex brevis sont des espèces peu connues du public, bien que décrites dès 1842 par Simon pour Demodex folliculorum.

Ils sont naturellement présents sur ou dans la peau des êtres humains, essentiellement sur le visage, près du nez, des cils et des sourcils, mais ils peuvent – plus rarement – coloniser d’autres parties du corps.

La peau humaine semble les tolérer alors qu’il est extrêmement rare de voir un homme infecté par un démodex vivant sur une autre espèce, y compris par le Demodex du chien (Demodex canis) qui est pourtant souvent très proche de l’homme. Ce cas se produit cependant parfois.

Demodex brevis n’a été identifié comme une espèce différente de Demodex folliculorum qu’en 1963 par Akbulatova après qu’il constata que le second (D. folliculorum) ne vivait que dans les follicules pileux, alors que le premier (D. brevis) ne vivait que dans les glandes sébacées connectées à des follicules pileux.

Description[modifier | modifier le code]

Les Demodex adultes mesurent de 0,15 à 0,48 mm de long[1]. D. brevis étant légèrement plus court que D. folliculorum[2].

Leur organisme, adapté à leur habitat est très différent de ceux des autres acariens vivant sur la peau : leur corps composé de deux segments fusionnés, est allongé, en forme de cil et il est presque translucide. Huit pattes presque relictuelles, très courtes garnissent le premier segment. Le corps est couvert d'écailles permettant un bon ancrage dans le follicule pileux même, la bouche a une forme lui permettant de manger du sébum ou des cellules de peau qui s’accumulent dans les follicules pileux.

Les Demodex peuvent quitter leur follicules pileux et évoluer sur la peau, généralement la nuit où ils semblent fuir la lumière, à une vitesse d'environ 8-16 cm/heure[2].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Ces acariens ont un système digestif inhabituellement efficace, qui leur permet de ne pas rejeter de déchets autres que gazeux (ils ne disposent pas d’anus).

Dimorphisme sexuel[modifier | modifier le code]

Les femelles du Demodex folliculorum sont un peu plus courtes et plus rondes que les mâles.

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Stades larvaire et adulte du Demodex folliculorum

En climat tempéré, il se déroule sur quelques semaines.

Le mâle et la femelle Demodex ont une ouverture génitale permettant une fécondation interne[3]. L'accouplement a lieu à l’entrée d’un follicule.

Les œufs sont pondus dans le follicule pileux ou dans les glandes sébacées. Les pattes de la larve n’apparaissent qu’après 3-4 jours. Il leur faut environ sept jours pour se développer en adultes.

Les Demodex morts se décomposent dans les follicules pileux ou les glandes sébacées. Ils sont chassés des glandes avec le sébum ou disparaissent avec la chute des poils.

Quantités[modifier | modifier le code]

Soit pour des raisons immunitaires, soit en raison de taux différents de production de sébum, les enfants portent peu de démodex, et on en porte de plus en plus avec l’âge (96 à 98 % des personnes âgées ont une peau abondamment colonisée par les démodex).

Colonisation[modifier | modifier le code]

Le nouveau né n’en porte pas. La colonisation semble se faire au fur et à mesure de la vie, au gré des contacts entre personnes et entre parents-enfants (contacts entre cheveux, cils, sourcils, glandes sébacées du nez). Curieusement, différentes espèces d'animaux portent différentes espèces de Demodex et il ne semble pas y avoir (ou très rarement) de contagion interspécifique (entre deux espèces différentes).

La colonisation semble contrôlée par le système immunitaire : Dans la grande majorité des cas, ces acariens passent tout à fait inaperçus toute la vie des individus, sans symptômes négatifs, mais il arrive dans certains cas (généralement liée à une inhibition du système immunitaire, causée par un stress important, une maladie) que les Demodex ou d’autres acariens connaissent une explosion démographique spectaculaire, qui se traduit alors par une pathologie dite démodécie (demodicosis pour les anglophones), induisant des démangeaisons, une inflammation et/ou d'autres troubles cutanés (exemple de la blépharite : inflammation des paupières).

De forts indices laissent penser que certaines maladies de la peau (la rosacée par exemple) puissent être induites par une bactérie Bacillus oleronius qu’on a trouvée dans les démodex[4]. Certaines personnes pensent qu'il pourrait exister aussi un lien entre certaines formes d’acné et les démodex, mais cela n’a pas à ce jour été confirmé, et de nombreux travaux expérimentaux montrent que l’acné peut être attribuée à une forte sensibilité à Propionibacterium acnes[réf. nécessaire].

Demodex canis[modifier | modifier le code]

Démodex du chien, qui, sauf en cas de déficit immunitaire, ne colonise pas la peau humaine.

Le Demodex du chien est courant dans notre environnement, mais il est repoussé par le système immunitaire de tous les êtres humains en bonne santé, alors que celui du chien le tolère et le contrôle. Comme l’homme le chien peut connaître dans certains cas une déplétion immunitaire qui peut se traduire par une pullulation anormale de Demodex chez le chien, qui cause un prurit important chez le chien et peut conduire à sa mort. Il existe un médicament externe anti-acarien (un acaricide nommé amitraz). Des préparations commerciales contenant amitraz, fipronil et méthoprène sont efficaces en traitement topique [5].

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

On en a identifié 65 espèces dont deux vivent sur l’homme (Demodex folliculorum et Demodex brevis, souvent dénommés eyelash mites (ou « acariens des cils ») par les anglo-saxons, mais leur nombre est sans doute sous-estimé car on les connaît mal et ils comptent parmi les plus petits des arthropodes connus.

Demodex canis qui vit sur le chien domestiqué est également très courant. On peut les observer au microscope dans des échantillons de cils, cheveux ou poils de chiens arrachés.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Owen, 1843 : Lectures on the Comparative Anatomy and Physiology of the Invertebrate Animals, delivered at the Royal College of Surgeons in 1843. Longman, Brown, Green, and Longmans, London.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « demodex.info » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-11-23
  2. a et b Rufli T., Mumcuoglu Y., « The hair follicle mites Demodex folliculorum and Demodex brevis: biology and medical importance. A review. », Dermatologica, 1981 ; 162(1):1-11. PMID 6453029
  3. Rush, A. 2000. « Demodex folliculorum », Animal Diversity Web. Ouvert le 7 janvier 2007
  4. New Study Shows Role for Bacteria in Development of Rosacea Symptoms, National Rosacea Society press release, le 3 mai 2004.
  5. J. Fourie, P. Dumont, L. Halos, F. Beugnet et M. Pollmeier, « Efficacy of a topical application of Certifect(®) (fipronil 6.26% w/v, amitraz 7.48% w/v, (S)-methoprene 5.63% w/v) for the treatment of canine generalized demodicosis. », Parasite, vol. 20,‎ 2013, p. 46 (lien DOI?)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :