Democracy: The God That Failed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Democracy: The God That Failed est un ouvrage de Hans-Hermann Hoppe paru en 2001 contenant une série de treize essais portant sur le concept de démocratie.

Le titre de ce livre est une référence à The God that Failed (en), un ouvrage rédigé en 1946 par six auteurs communistes ou sympathisants communistes, décrivant leur expérience du communisme et la désillusion qu'ils en avaient tirés.

Descriptif du contenu du livre[modifier | modifier le code]

L'ouvrage "décrypte les démocraties modernes à travers leurs différents échecs", qui, selon la vision de son auteur, incluent l'augmentation continuelle du taux de chômage, l'augmentation de la dette publique et les problèmes systémiques des systèmes de sécurité social. Hoppe attribue ces échecs de la démocratie à l’existence de groupes de pression qui cherchent à augmenter les dépenses publiques mais aussi à l’existence de régulations et de taxes qui manquent de contre-poids pour en limiter les effets considérés par l'auteur comme pervers.

L'auteur envisage comme solution la Sécession politique, "permettant de réattribuer la gestion de la richesse nationale, la transférant d'un état surdimensionné et central à une entité étatique plus petite et à échelle régionale", et "permettant par la même de libéraliser les rapports entre les acteurs économiques, les échanges et les flux migratoires"[1]. Hoppe en conclut que la démocratie est la principale cause de la "décivilisation" qui a commencée au début du XXe siècle après la Première Guerre mondiale, et qui doit être aujourd'hui combattue.

Hoppe définit la démocratie comme "un gouvernement de propriété publique", qu'il compare à la monarchie qu'il définit comme "un gouvernement de propriété privée", concluant que cette dernière est préférable à la démocratie. Cependant, Hoppe souligne que la démocratie et la monarchie sont tous les deux des systèmes caduques et qu'il privilégie pour sa part une autre forme d'organisation qu'il nomme l'Ordre naturel, un système exempté de taxes et de monopoles coercitifs au sein duquel chaque acteur serait libre.

Dans l'introduction de son ouvrage, l'auteur liste les différents noms utilisés pour définir la démocratie en déclin telle qu'il la perçoit : "anarchie organisée", "anarchisme de la propriété privée", "anarcho-capitalisme", "auto-gouvernement", "société de droit privé" et "capitalisme parfait"[2].

Titres des chapitres[modifier | modifier le code]

  1. Sur le Time Preference, Gouvernement, et processus de décivilisation
  2. Sur la Monarchie, Démocratie, et l'idée d'Ordre Naturel
  3. Sur la Monarchie, Démocratie, l'opinion publique et la délégitimisation
  4. Sur la démocratie, la redistribution et la destruction de la propriété
  5. Sur la Centralisation et la Secession
  6. Sur le Socialisme et la désocialisation
  7. Sur la libre immigration et l'intégration forcée
  8. Sur le libre échange et les restrictions de l'immigration
  9. Sur la coopération, les peuples, les villes, et l'Etat
  10. Sur le Conservatisme et le Libertarianisme
  11. Sur les erreurs du libéralisme classique et l'avenir de la liberté
  12. Sur le gouvernement et la mise en place d'une Défense privée
  13. Sur l'impossibilité d'un gouvernement bridé et des perspectives d'une révolution

Historique des publications[modifier | modifier le code]

Éditions en anglais

Édition en allemand

Édition en italien

Éditions en coréen

Edition en espagnol

Edition en polonais

Références[modifier | modifier le code]

  1. R.M. Pearce, Book Review: Democracy: the God That Failed, National Observer (Australia), No. 56, Aout 2003.
  2. Hans-Hermann Hoppe, Introduction to Democracy, The God That Failed, contenu importé sur le site internet Ludwig von Mises Institute.

Liens externes[modifier | modifier le code]