Demeure de Roudigou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Demeure de Roudigou
Période ou style Classique et régional
Type Chartreuse, ferme forte
Début construction XVIe et 1723
Propriétaire initial Antoine Bel
Destination initiale Maison de maître
Propriétaire actuel Berna
Destination actuelle Exploitation agricole
Coordonnées 44° 32′ 45″ N 0° 56′ 56″ E / 44.5458333333, 0.94888888888944° 32′ 45″ Nord 0° 56′ 56″ Est / 44.5458333333, 0.948888888889  
Pays Drapeau de la France France
Région historique Aquitaine
Région Guyenne Périgord
Département Lot-et-Garonne
Commune Cuzorn

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Demeure de Roudigou

La demeure de Roudigou est un ensemble de bâtiments d'habitation et d'agriculture situé sur un plateau à 200 mètres d'altitude, sur la commune de Cuzorn dans le Lot-et-Garonne, en limite du Périgord et du Quercy.

Descriptions[modifier | modifier le code]

Roudigou est un domaine rural situé sur un plateau riche en minerais de fer, entaillé par plusieurs combes (ou vallées sèches) descendant vers la vallée de la Lémance: le combe de Brughas et le combe de Massillé. Il est bordé au nord par l'ancienne route sommitale qui allait de Cuzorn à Villefranche-du-Périgord[1]. L'eau provenait d'un puits large et profond qui figure sur le cadastre napoléonien, qui était situé au nord de la cour principale et qui a été comblé lorsqu'une adduction a été créée avec le captage d'une source et un château d'eau privé.

Le toponyme Roudigou est aussi ancien qu'obscure. Le lieu a dû être habité depuis une époque très éloignée car il a été trouvé en 1978 dans le pré à l'ouest de la maison des silex taillés et retouchés que l'on peut rattacher au Sauveterrien. Des cercles de pierres levées à quelque distance sont peut-être aussi d'origine préhistorique.

Les bâtiments principaux sont situés sur une éminence qui domine tous les environs et qui s'inscrivent dans un pentagone qui semble être une ancienne enceinte forte; ils délimitent une cour intérieure à laquelle on accède de plain-pied au nord par une portail du XVIIIe siècle et au sud par une poterne.

Le corps de logis principal est construit en appareil régulier rustique de grès local sur une cave voûtée avec un étage de comble couvert en tuiles canals avec des génoises; il forme trois travées qui abritent une enfilade de trois salons avec des plafonds à la française chauffés par deux cheminées monumentales Louis XV en tuf. Le linteau de la porte principale porte la date 1723.

Il existe un ancien pigeonnier avec une fenêtre dont le linteau est décoré d'une croix basque, un ancien chaix, un ancien séchoir à tabac et une ancienne étable à cornadis où étaient élevées des vaches de race quercynoise ou garonnaise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il semble que le corps de logis principal, daté de 1723, ait été construit avant l'arrivée de la famille Bel.

  • Charles Bel, né dans le Rouergue vers 1698, mort le 18 février 1773 à Saint-Sernin-sur-Rance, procureur du roi au bailiage de Saint-Sernin, et de Marie Sabatier. On ignore par quelle circonstances cette famille s'est intéressé aux activités minières de fer, puis de pétrole. Ils ont eu deux fils nommés Antoine:
    • Antoine Bel ou Le Bel, né vers 1725, mort le 7 février 1789 à Wissembourg, avocat au parlement de Paris, marié en 1765 à Paris avec Anne-Catherine de Serre de Saint-Roman (1740 Perpignan-1797 Pechelbronn), fille de Jean-Baptiste, maître de forges, et de Thérèse Xaupi y Marris; On leur connaît au moins trois enfants: Marie-Anne Charlotte (Paris 1762-Donzenac 1848), mariée en 1777 avec Claude Alexis Mabru, maire de Clermont-Ferrand en 1798, ancien condisciple de La Fayette au Collège d'Harcourt; Anne-Antoinette-Rosale Le Bel née 1769 à Paris, et Joseph Le Bel (1773-1842), maire de Lampertsloch; Cet Antoine Bel devint propriétaire exploitant du gisement de pétrole de Pechelbronn[2], et seigneur de Wissenbourg;
    • Antoine Bel, né vers 1730, avocat au parlement de Bordeaux, qui exploitait des miniers de fer dans les environs, en particulier à Roudigou. Cuzorn possédait au moins depuis XVIe siècle une forge catalane où ces minerais étaient fondus et expédiés à Saint-Domingue par le port de Bordeaux. Il s'est marié vers 1760 avec Anne Louise Lacoste de Laroche en présence de Guillaume Léonard de Bellecombe et ils ont eu au moins un fils:
  • Jean-Antoine Bel de Roudigou (vers 1762). dit le citoyen Bel, maire de Cuzorn, qui prit fait et cause pour la révolution et décida de confisquer et de faire abattre le château de Cuzorn.

Le domaine a été possédé au milieu du XXe siècle par Léon de Vidas qui y a planté de la vigne et qui collectionnait les roses rares. Il était lié d'amitié avec Jiddu Krishnamurti, qui séjourna vers 1954 à Roudigou où il rédigea une partie de Commentaires sur la vie, sur le conseil d' Aldous Huxley[3].

Après une période d'abandon, la maison a été restaurée et une piscine construite par la famille Maitrier. Louis Maitrier, colonel en retraite, puis Jean Maitrier, ancien officier de marine, ont arrêté la culture de la vigne et planté des vergers de noyers et de prune d'ente. Après avoir été récoltées, les prunes sont séchées sur place dans des étuves et conditionnées pour faire des pruneaux d'Agen.

Le domaine a été acquis en 2012 par Stéphane et Marie-Line Berna qui ont relancé l'exploitation de prunes et de noix.

Visites[modifier | modifier le code]

Ne se visite pas.

L'office du tourisme Fumel-Vallée du Lot édite un guide de la Randonnée sur les hauteurs de Cuzorn: Église romane Saint-Martin - Tandou - domaine de Roudigou (office de Tourisme Fumel-Vallée du Lot)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Maitrier, Notice historique sur le domaine de Roudigou, 1979

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Carte de Cassini
  2. Ce gisement avait commencé d'être exploité en 1740 par Louis Pierre Ancillon de La Sablonnière.
  3. Jiddu Krishnamurti, The years of fulfilment, 2002, préface, Mary Lutyens. Les Commentaires sur la vie ont été publiés en 1959, puis en français chez Buchet Chastel en 1973, 3 volumes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]