Delicatessen (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Delicatessen)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delicatessen (homonymie).

Delicatessen

Description de l'image Delicatessen Logo.jpg.
Réalisation Marc Caro
Jean-Pierre Jeunet
Scénario Gilles Adrien
Marc Caro
Jean-Pierre Jeunet
Acteurs principaux
Pays d’origine France
Genre Comédie horrifique
Satire
Durée 99 minutes
Sortie 1991

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Delicatessen est un film français réalisé par Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet, sorti sur les écrans en 1991.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un ancien clown est engagé comme concierge dans un hôtel. Le quartier est peuplé entre autres de « troglodistes », d'un boucher, d'un éleveur de grenouilles et de fabricants de boîte à meuh. Sur fond de guerre et de terrorisme, le voyageur va découvrir l'amour…

Delicatessen plonge le spectateur dans un univers étrange, inquiétant et burlesque, proche de la bande dessinée. Il met en scène des personnages atypiques, servis par des « gueules » du cinéma français (Jean-Claude Dreyfus, Dominique Pinon, Rufus, Ticky Holgado). Le film est caractérisé par un univers sombre et poétique propre aux deux réalisateurs, que l'on retrouve dans La Cité des enfants perdus.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

À l'instar du long-métrage Tous les matins du monde, le film triomphe lors de la 17e Cérémonie des César en 1992 avec pas moins de quatre récompenses ; l'originalité, la référence aux personnages de BD et l’avant-gardisme de l’œuvre y sont pour beaucoup.

Autour du film[modifier | modifier le code]

L'action se passe à une époque indéterminée. Si certains aspects (ruines, marché noir, voitures, mode) évoquent l'occupation allemande pendant la seconde guerre mondiale, le fait qu'on y voit des téléviseurs (commercialisés des 1937, mais en très petit nombre), et des télécommandes (breveté en 1956) fait de ce film une sorte d'uchronie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]