Delahaye type 135

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Delahaye type 135
Photo de Delahaye 135
Type 135 « Coupe des Alpes » 1936.

Marque Drapeau : France Delahaye
Années de production 1935 - 1952
Production Environ 2 592 exemplaires
Classe 18 CV - 20 CV
Usine(s) d’assemblage Paris 13ème
Moteur et transmission
Moteur(s) 6 cylindres en ligne
Position du moteur Avant
Cylindrée 3 227 ou 3 557 cm3
Puissance maximale 95 ou 120 ch
Transmission Propulsion, 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide 935 - 1 050 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Multiples coachs ou cabriolets
Dimensions
Longueur du châssis : 4 028 mm
Largeur du châssis : 1 790 mm

La Delahaye type 135 est une automobile de la marque Delahaye produite entre l'automne 1935 et fin 1952.

Très réussi, le type 135 a été plus vendu que ses concurrentes, la Bugatti 57, la Hotchkiss 20 CV Grand Sport (686 GS) et la Talbot-Lago Baby.

Durant sa longue carrière, le type 135 connaîtra quelques évolutions : au Salon de Paris 1936, la boîte de vitesses Cotal à trains épicycloïdaux et commande électromagnétique est disponible en option ; au printemps 1937, la calandre et les projecteurs deviennent bombés et pour les modèles 1949 la calandre est du type 175 à barrettes horizontales .

Les châssis[modifier | modifier le code]

  • « Sport » 18 CV (130 km/h) :
    3,2 litres et 95 ch réels avec un carburateur (Solex 40 FILP), supprimé en 1939.
  • « Coupe des Alpes » 18 CV (140 km/h) :
    3,2 litres et 110 ch avec trois carburateurs (Solex 40 IFL puis Solex 40 FILP à partir du Salon 1936), supprimé pour le Salon 1938.
  • « normal » 20 CV (150 km/h) :
    3,5 litres et 110 ch avec un carburateur (Solex 40 IFL puis Solex 40 FILP à partir du Salon 1936), s'appelle « Compétition » au Salon 1936 puis devient le type 135 M au Salon 1938.
  • « Compétition » 20 CV (155 km/h) :
    3,5 litres et 120 ch avec trois carburateurs (Solex 40 FILP), devient le type 135 MS avec roues fil Rudge à serrage central au Salon 1938.
  • « spécial » (185 km/h) :
    Châssis allégé (850 kg) à empattement court pour la compétition. Début 1936, il existe une version routière appelée type « 135 Compétition court ». Eugène Chaboud est le principal pilote à s'illustrer sur la version CS (victoires aux Grand Prix du Roussillon et de Marseille en 1947 notamment, avec l'Écurie France), mais il faut également citer Charles Pozzi (victoire au Grand Prix de l´ACF 1949), Yves Giraud-Cabantous (2e au Mans en 1938), et à l'international le Prince Bira (victoires aux 12 heures de Donnington 1937 et à Sydenham Plate 1939).
Photo de Delahaye 135 special, roadster de course
Delahaye type 135 spécial.

Galerie[modifier | modifier le code]

Sous de nombreuses variantes de carrosseries, le type 135 a remporté de nombreux concours d'élégance carrossé par Antem, Chapron, Dubos Frères, Faget-Varnet, Figoni & Falaschi, Franay, Guilloré, Labourdette, Pourtout et Saoutchik.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La compétition[modifier | modifier le code]

Les 135 spécial ont été nombreuses aux départs des rallyes, des courses de côte et des épreuves d'endurance sur circuits.

Le type 135 a remporté la Course de côte du Mont Ventoux en 1936 avec René Carrière, les 24 Heures du Mans en 1938 (135 spécial avec Eugène Chaboud), et le Grand Critérium international de tourisme Paris-Nice ainsi que le Rallye automobile Monte-Carlo en 1937 (135 spécial) et 1939[1] (135 MS). Juste après-guerre elle s'est encore imposée aux tout nouveaux Rallye Soleil Cannes en 1946 avec Régine Peter, Germaine Rouault et melle Laegeot[2], et Rallye du Mont-Blanc en 1947 (Rigodon) et 1948 (Grousset). Elle a encore terminé en version CS 4e du Grand Prix automobile de Turin 1946 (Eugène Chaboud) et 8e du Grand Prix de Monaco 1952 (René Cotton).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 1re place ex-aequo avec Hotchkiss en 1939.
  2. Palmarès complet du rallye Soleil Cannes (1946-1955).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Delahaye. Le Grand Livre, par Jacques Dorizon, François Peigney et Jean-Pierre Dauliac, éditions E.P.A., 1995. (ISBN 2-85120-440-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :