Dei patris inmensa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dei patris inmensa est une lettre écrite par Innocent IV au grand khan des Mongols.

La lettre, signée le 5 mars 1245, est une exposition de la foi chrétienne. Elle fut confiée à une ambassade conduite par le frère franciscain Laurent du Portugal[1].

Nous ne savons rien du déroulement de l’ambassade de Laurent.

Dei patris inmensa est la première des trois lettres envoyées par Innocent IV aux Mongols. La seconde Cum non solum[2] est datée du 13 mars 1245 puis Viam agnoscere veritatis de décembre 1248.

Les deux premières ont la même adresse : "Regi et populo Tartarorum viam agnoscere veritatis"[3]. La troisième est adressée à Baïdju, commandant des armées mongoles en Perse : "Bayonoy regi illustri, et nobilibus viris universis principibus et baronibus exercitus Tartarorum, viam cognoscere veritatis."

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Wikisource-logo.svg

Voir sur Wikisource en latin :

Wikisource-logo.svg

Voir sur Wikisource en anglais :


  1. Pertz, Georg Heinrich / Rodenberg, Karl: Epistolae saeculi XIII e regestis pontificum Romanorum selectae, Bd.: II, Berolini, 1887
  2. idem
  3. Au roi et au peuple des Tartares, pour reconnaître le chemin de la vérité.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]